Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DPVI 44 - SG 106 - Subvention à l’association “Daïka” (18e). - Montant : 20.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2007


 

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DPVI 44 - SG 106 relatif à l?attribution d?une subvention à l?association ?Daïka?, située dans le 18e arrondissement.

Monsieur VUILLERMOZ, vous avez la parole.

M. Jean VUILLERMOZ. - Monsieur le Maire, c?est avec beaucoup d?enthousiasme que je voudrais saluer ce projet initié par la styliste Sakina M?SA et remarquablement soutenu par la DPVI.

Il s?agit en effet d?une très belle illustration d?une nouvelle forme de coopération entre un musée municipal et des acteurs associatifs du champ social relevant de la ?politique de la ville?. Depuis octobre 2006, un véritable partenariat a été institué entre le Petit Palais et l?association ?Daïka?. Il s?agit d?un partenariat autour de quinze femmes des quartiers Goutte d?Or et La Chapelle, pour la plupart immigrées, issues de centres sociaux et de centres d?hébergement. Ce partenariat s?est traduit par leur participation à des ateliers hebdomadaires de couture conduits par la styliste Sakina M?SA.

Le lien avec le Petit Palais s?est créé par l?expérience et l?origine mêmes de ce site, puisqu?il est un lieu identifiable en matière d?arts décoratifs et de valorisation des métiers de la mode. Ce partenariat visait à construire une véritable passerelle entre l?institution muséale et ces femmes, grâce à la valorisation de leur création.

La fréquentation du musée par ces femmes, l?observation des oeuvres et des pratiques de la couture ont débouché sur la création par ce groupe de femmes de leur propre ligne de vêtements. Cette expérience humaine va déboucher sur une exposition au Petit Palais intitulée ?L?étoffe des héroïnes? du 29 juin au 19 août prochains. J?invite vraiment l?ensemble des Conseillères et Conseillers de Paris à s?y rendre.

Ce travail original est vraiment à saluer. Il s?agit d?une véritable innovation en matière de médiation culturelle à la croisée de la culture et de la couture. L?innovation vient aussi de l?institution muséale qui s?aventure hors les murs et de femmes des quartiers populaires qui font l?expérience d?un autre usage de la ville, en sortant de leur univers de proximité.

Dans le cadre de ce projet, ces femmes ont fréquenté régulièrement le musée. Elles ont pu découvrir et observer des ?uvres et des pratiques de la couture qui ont permis de déboucher sur leur propre ligne de création de vêtements.

La valorisation de leur travail par une institution culturelle prestigieuse est un formidable hommage à leur créativité, à leur place dans la ville mais aussi à un rapprochement innovant entre un musée et son public.

Je crois savoir de cette expérience qu?un projet de charte de coopération a été élaboré visant à définir les modalités de coopération entre les musées de la Ville de Paris et le réseau parisien des centres sociaux et des antennes jeunes. Je dois dire qu?un tel projet mériterait d?être vite concrétisé et j?aimerais savoir ce qu?il en est à ce jour.

Par ailleurs, un guide de coopération culturelle a également été élaboré pour inciter l?ensemble des musées de la Ville à s?inscrire dans cette démarche. Ce guide devrait trouver toute sa place sur le site de la Ville ?Paris.fr? afin de favoriser ce genre de coopération.

Pourriez-vous m?indiquer si une telle démarche est envisagée ?

Merci.

(Applaudissements sur les bancs des groupes communiste, socialiste et radical de gauche, du Mouvement républicain et citoyen et ?Les Verts?).

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Merci.

Madame DURLACH, vous avez la parole.

Mme Martine DURLACH, adjointe, au nom de la 5e Commission. - Je remercie Jean VUILLERMOZ de son intervention. Il a eu raison de souligner l?importance du projet qui est derrière ce projet de délibération : ?L?étoffe des Héroïnes?.

C?est en effet un projet, à bien des égards, original et d?une grande richesse humaine et sociale. Un projet qui commence à avoir un certain retentissement, avec plusieurs articles de presse comme celui d?hier dans le ?Journal du dimanche? et dans ?Le Monde? voilà quelques jours.

Je rappelle en quelques mots en quoi consiste ce projet et sa belle histoire.

?L?étoffe des Héroïnes? est un projet de développement culturel à visée sociale. Durant six mois, une quinzaine de femmes, pour la plupart immigrées, issues de centres sociaux et de structures d?hébergement de la Goutte d?Or et de La Chapelle, quartiers ?politique de la ville?, ont participé à des ateliers hebdomadaires de couture conduits par la jeune styliste Sakina M?sa.

Sakina est une des créatrices de la rue des Gardes à la Goutte d?Or. Elle a également expérimenté son travail d?insertion lors d?une résidence artistique en Seine-Saint-Denis.

Ce projet débouche dans quelques jours, jeudi précisément, sur une exposition au Petit Palais, exposition qui sera inaugurée par Bertrand DELANOË, et je vous encourage vivement à aller la visiter.

Ce projet porte une grande ambition : celle de permettre à des femmes éloignées de l?emploi de trouver leurs marques et de s?aventurer dans un trajet professionnel dont des ateliers de couture ont été le vecteur. C?est un projet formidable, riche de signification, où ces femmes ont été amenés à se présenter, se représenter, développer leur regard, leur capacité d?analyse et de maîtrise de la langue par le dialogue autour des ?uvres observées et des pratiques de la couture. Elles y ont vécu une belle expérience de liberté.

Je veux saluer et féliciter toutes celles et ceux qui ont permis cette aventure :

- d?abord Sakina M?sa, créatrice d?origine comorienne, issue des quartiers populaires. Sakina M?sa est une femme d?engagement,à l?énergie et l?enthousiasme communicatifs, une femme d?engagement qui ne parle pas de la femme comme d?un objet mais comme d?une actrice de la société, d?une citoyenne qui ne renonce pas à la beauté.

- l?association ?Daïka?, maison de couture d?insertion, les Directions de la Ville qui ont permis à ce projet d?avancer et d?aboutir, la DAC, l?Observatoire de l?égalité hommes/femmes, la DDEE et une mention particulière à la délégation à la ?politique de la ville? et à Jean-Christophe AGUAS qui en a été un peu la cheville ouvrière et, bien sûr, à l?autre adjointe de la DPVI, Khédija BOURCART.

- le Petit Palais, bien sûr, et les partenaires de l?exposition, comme Emmaüs et la Fédération des centres sociaux.

Cette collaboration engagée depuis des mois va se poursuivre, pour permettre à des publics qui n?ont pas l?habitude d?aller au musée de venir admirer les ?uvres et le travail de Sakina M?sa et de ses couturières.

Nous avons eu déjà, avec la ?politique de la ville?, de belles expériences d?ouverture des musées à de tels publics, avec l?exposition ?Africa Remix? à Beaubourg ou encore ?Naissance? au musée de l?Homme qui ont pu être vues par de nombreux habitants et jeunes des quartiers difficiles, avec des accompagnateurs spécialement formés pour ces visites.

Nous voulons encore développer ces expériences et ce partenariat avec des centre sociaux ou des équipements de jeunesse. Dans le contrat urbain de cohésion sociale, nous avons tenu à indiquer : ?Le territoire parisien est particulièrement riche d?atouts culturels multiples. Il s?agira de mobiliser des équipements culturels de la Ville et de l?Etat en faveur des territoires et de ses habitants. Cette mobilisation passe par une politique volontariste de collaboration et d?ouverture des structures.?

C?est effectivement le sens que nous voulons donner à ce projet de charte avec la Fédération des centres sociaux et la C.A.F., projet qui me tient à c?ur. Les principaux objectifs de cette charte en cours d?élaboration sont :

- un, rapprocher les musées de la Ville de Paris et les publics éloignés de l?offre culturelle en s?appuyant sur le réseau des centres sociaux et des antennes jeunes et selon les modalités adaptées, sensibilisation, information, formation, communication, utilisation coordonnée de ressources.

- deux, donner aux Parisiens les plus éloignés de l?offre culturelle les moyens de maîtriser et de s?approprier les bénéfices de cette coopération et de cette mise en réseau.

Ce projet, qui concerne plusieurs Directions de la Ville, débouchera après les vacances, septembre-octobre. Je vous remercie.

M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPVI 44 - SG 106.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DPVI 44 - SG 106).

Je vous remercie.