Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

134 - QOC 2003-906 Question de M. Christophe LEKIEFFRE et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris concernant l'état d'entretien et d'hygiène de la piscine Suzanne Berlioux dans le quartier des "Halles"

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


Libellé de la question :
"M. Christophe LEKIEFFRE et les membres du groupe U.M.P. interrogent M. le Maire de Paris sur la dégradation de la piscine Suzanne Berlioux, fréquentée, tant par les habitants des 1er et 2e arrondissements que par des salariés travaillant dans le centre de Paris.
Depuis maintenant plusieurs mois, on ne peut que constater la vétusté des vestiaires et des sanitaires : détartrage nécessaire des douches, joint de dilatation en silicone défectueux, apparition de traces d'humidité, température des douches variable, entretien aléatoire des toilettes et des plages de bassin.
Malgré plusieurs interventions, les problèmes restent les mêmes. Or, comme M. le Maire le sait, les arrondissements centraux sont pauvres en équipements sportifs, aussi est-il primordial que le peu qui existe demeure agréable, d'autant plus que cette piscine a été concédée et que son prix d'accès a sensiblement progressé."
Réponse (M. Pascal CHERKI, adjoint) :
"La piscine Suzanne-Berlioux est la piscine parisienne la plus prisée par les Parisiens et Franciliens comme en témoigne sa fréquentation qui la place en première position : 408.000 usagers en 2002, 238.000 pour 8 mois en 2003.
Corrélativement à cette fréquentation très importante qui traduit l'attrait de cet équipement du fait de sa situation centrale dans Paris, de la taille de son bassin et de ses horaires d'ouverture, son entretien doit faire face à des conditions de nettoyage, d'usure et de dégradation hors normes.
Ouverte depuis 1986, cette piscine doit faire l'objet en 2004 d'importants travaux de sécurité incendie, de traitement d'air et de traitement d'eau pour un coût d'investissement de plus de 2,5 millions d'euros.
Ces travaux devraient permettre de résoudre tout ou partie des problèmes de fonctionnement soulignés.
S'agissant de l'hygiène, la piscine Suzanne-Berlioux, comme toutes les autres piscines municipales, n'échappe pas aux contrôles périodiques et réguliers du Laboratoire d'hygiène de la Ville de Paris, auxquels l'administration parisienne et le gestionnaire prêtent l'attention qu'il se doit.
Le gestionnaire sera toutefois informé des remarques quant à la propreté des espaces afin d'y remédier dans les plus brefs délais en vérifiant la qualité de sa prestation.
Les tarifs d'accès à cette piscine municipale dont l'exploitation a été déléguée, ont été fixés par le Conseil de Paris, lors de sa séance du 29 juin 1999. Depuis cette date, ils n'ont subi aucune hausse. La dernière hausse a été pratiquée lors du précédent contrat de délégation de service public et a fait passer l'entrée plein tarif de 24 à 25 F (3,80 euros) en 1997, tarif inchangé depuis. La conclusion d'un nouveau contrat en 1999 n'a pas été l'occasion de modifications tarifaires."