Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

136 - QOC 2003-908 Question de Mme Roxane DECORTE à M. le Maire de Paris relative aux logements vacants appartenant à la Ville de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons à la question 908 posée par Mme DECORTE relative aux logements vacants appartenant à la Ville de Paris.
Madame DECORTE, vous avez la parole.
Mme Roxane DECORTE. - Merci, Monsieur le Maire.
Mes chers collègues, la question du logement à Paris est une question, ô combien, essentielle, sensible et lancinante. Aussi, je souhaite attirer une nouvelle fois votre attention sur les logements vacants appartenant à la Ville de Paris. En effet, plus de 104.000 demandeurs sont en attente d'une proposition émanant de la Ville ou d'un organisme gestionnaire du parc d'H.L.M. parisien.
Des listes d'immeubles et de logements inoccupés appartenant à la Ville de Paris circulent. Aussi, pourriez-vous nous présenter une liste exhaustive des immeubles de la Ville de Paris comportant des logements vacants depuis plus de six mois ? Nous souhaiterions connaître également avec précision les mesures envisagées pour rendre habitables certains de ces logements et renforcer ainsi le parce social parisien et répondre à l'attente de ces nombreux Parisiens qui attendent un logement. Merci.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.
Monsieur MANO, vous avez la parole.
M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Monsieur le Maire, Madame DECORTE, en janvier 2001 on comptait 3.560 logements vacants dans le patrimoine privé de la Ville de Paris.
En novembre 2003, ce nombre n'est plus que de 590. Les 590 logements actuellement vacants comprennent 100 logements au cours de vente dans des immeubles du domaine permanent destinés à être vendus, 280 logements dans des immeubles qui vont être démolis prochainement pour la réalisation de logements sociaux et pour des équipements publics. Pour le solde, soit 210 logements, la DLH étudie actuellement chaque logement afin de les transférer ou de les vendre à des opérateurs sociaux, bailleurs sociaux, associations éligibles au financement de l'Etat afin de réaliser des logements d'insertion conventionnés en milieu diffus.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.
Madame DECORTE, allez-y.
Mme Roxane DECORTE. - Qu'est-ce que vous entendez exactement par logements d'insertion diffus et de quelles localisations s'agit-il ?
M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Il y a une très forte demande de structures associatives qui font du suivi personnalisé des personnes en situation particulière. Nous estimons que ces logements ou propriétés de la Ville, en secteur diffus, parfois un ou deux logements par immeubles, sont appropriés aux missions imparties à ces structures associatives et rendront d'immense service aux Parisiens.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.