Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

74 - QOC 2003-846 Question de M. Christian LE ROUX et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris sur les projets de la Ville de Paris concernant l'immeuble sis 96, rue de Sèvres (7e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


Libellé de la question :
"M. Christian LE ROUX a déjà eu l'occasion d'interroger M. le Maire de Paris sur ses projets concernant l'immeuble dont il avait été décidé la préemption, celui du 96, rue de Sèvres.
Il ne reviendra pas sur les conditions de ces préemptions, ni de l'affectation des appartements une fois ceux-ci réhabilités.
Il souhaiterait par contre connaître la position de M. le Maire sur la proposition qu'il avait faite lors de la séance du 28 avril dernier d'affecter le rez-de-chaussée du 96, rue de Sèvres mitoyen du studio Bertrand.
En effet, le propriétaire de ce cinéma d'art et d'essai fermé depuis plusieurs années avait pris contact avec l'adjoint à la culture. Mais depuis avril, aucune nouvelle des services municipaux quant à cette proposition qui permettrait de doter notre Capitale d'une salle de cinéma supplémentaire.
M. Christian LE ROUX et les membres du groupe U.M.P. demandent à M. le Maire de Paris quels sont les projets concernant cet immeuble."
Réponse (M. Christophe GIRARD, adjoint) :
"A la suite de différents entretiens avec la mission "Cinéma", M. VACHET, propriétaire du Studio Bertrand (7e), a fait part de son souhait d'occuper le rez-de-chaussée de la parcelle mitoyenne (96, rue de Sèvres), afin d'étendre la salle unique du Studio Bertrand et d'en faire un ensemble de 3 salles.
La Direction de l'Urbanisme a souligné, que sur cette parcelle sont encore en activité un salon de coiffure et un café (le dédommagement serait très onéreux). D'autre part, la cave non affectée est très petite (25 mètres carrés) et ne permettrait pas de réaliser une salle de cinéma ; quant à la seconde cave elle appartient au café toujours en activité.
Après étude, cette parcelle est trop petite pour une éventuelle extension du cinéma qui, en tout état de cause, ne pourrait être réalisée qu'en surmontant de très grandes difficultés dès lors qu'il existe encore des commerces en activité."