Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

103 - QOC 2003-875 Question de M. René LE GOFF à M. le Maire de Paris au sujet des réponses apportées aux questions orales posées par les Conseillers de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


Libellé de la question :
"Depuis le début de la mandature M. René LE GOFF a posé à M. le Maire de Paris plus de vingt questions dites "orales" et il constate que l'on répond rarement aux questions posées. Dans le meilleur des cas il est apporté une réponse qui est en rapport avec le sujet traité mais qui n'apporte pas les informations précises aux questions qui sont transmises. Dans le pire des cas il n'est pas répondu et cela oblige de formuler à nouveau la "question sans réponse" jusqu'à temps que l'Exécutif daigne répondre.
Pour donner un exemple, en septembre dernier, M. René LE GOFF avait posé la question concernant le nombre de locomotives diesel à la gare de l'Est concernées par l'opération de remotorisation ; bien entendu il a été répondu "Airparif" sans fournir ce chiffre.... Il faut avouer qu'il est simple de répondre à une telle question de façon précise !
Cette attitude est très préoccupante car, ou bien elle est volontaire et cela traduirait une volonté de l'Exécutif municipal de ne pas vouloir informer l'opposition afin de la réduire au silence, ou bien elle est involontaire et cela résulterait d'une incapacité à traiter les problèmes. Dans les deux cas les élus ne sont pas à même de faire leur travail vis à vis de leurs électeurs parisiens et cela n'est pas acceptable.
M. René LE GOFF demande à M. le Maire de Paris de lui préciser quel usage il fait des questions orales et quelles dispositions il compte prendre pour s'assurer que l'émetteur de la question est satisfait de la qualité de la réponse."
Réponse non parvenue.