Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

265 - Vœu présenté par M. Olivier PAGÈS, au nom du groupe "Les Verts" relatif à la création dans chaque arrondissement parisien de conseil des sages.Vœu présenté par l'Exécutif

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u n° 85 déposé par le groupe "Les Verts" et le v?u référencé n° 85 bis dans le fascicule, déposé par l'Exécutif municipal, relatif à la création dans chaque arrondissement parisien de conseils des sages.
La parole est à M. Olivier PAGÈS.
M. Olivier PAGÈS. - Merci, Monsieur le Maire.
Je souhaite vous dire quelques mots sur l'origine des Conseils des Sages et vous donner quelques informations sur le fonctionnement de ces Conseils car il y a quantité de choses fausses qui circulent sur ce sujet.
Le premier Conseil des Sages a été créé en France en 1989 dans le petit village de Saint-Koulitz par Kofi YAMGNANE, alors maire de ce village du Finistère.
Aujourd'hui, il y a une centaine de Conseils des Sages (des Anciens) en France. Ces conseils existent également chez nos voisins européens, notamment dans les pays du Nord. Une résolution a été adoptée lors de la première conférence européenne sur les Conseils des Sages qui a eu lieu en 1996 à Lillehammer, en Norvège.
Les Conseils des Sages et d'Anciens s'inscrivent en France dans le cadre de la problématique sur la capacité politique et citoyenne des personnes âgées. Ils répondent à leur désir de continuer à jouer un rôle actif et déterminant dans la société et la nécessité de renouveler la démocratie locale.
La création de Conseils des Sages correspond à une déclaration d'utilité civique pour les personnes âgées qui permettent à l'échelon communal une réappropriation du passé et de l'expérience au profit du présent et de la modernité dans une perspective inter-générationnelle. Nous rejoignons ici nombre de questions posées après la canicule de cet été, sur la place et le rôle des citoyens âgés dans notre société qui, souvent, glisse vers un racisme de l'âge.
Le Conseil des Sages est un conseil consultatif, le Maire et le Conseil peuvent le consulter, en lien avec les Conseils de quartier, sur tout dossier nécessitant une réflexion, une maturation, une écoute de la population, que ce soit dans le domaine de la culture, de l'architecture, des transports, de l'environnement et pas uniquement sur des problèmes qui touchent les personnes âgées.
Après appel à candidature, le Conseil des Sages est désigné par tirage au sort, en respectant la parité homme femme. Il représente les retraités de toutes les couches de la population (il est donc transversal, à la différence d'autres conseils comme ceux des jeunes).
Les membres du Conseil des Anciens sont désignés à titre individuel et non en qualité de représentants de structures ou d'associations. Le Conseil des Anciens ne doit être ni un lieu de pouvoir ni un "lobby gris".
Je pourrais citer des exemples comme au plateau Picard, district de 42 communes, où le Conseil des Sages a travaillé sur le dossier de la petite enfance et dont le travail a été repris par le district. A Villiers-le-Bel où 42 nationalités différentes vivent ensemble, le conseil des Anciens a su accueillir des retraités venant de pays différents. A Sarcelles, le Conseil des Retraités citoyens mène un travail sur l'animation des quartiers, entre autres le tutorat en relation avec les maisons de jeunes et les centres sociaux.
Je pourrais citer d'autres villes : Coueron, Blois, La Roche-sur-Yon, Martillas-sur-Jalles, Aurillac, Saint-André-les-Vergès.
Ce projet de créer un Conseil des Sages dans chaque arrondissement de Paris est dans notre contrat de mandature. Aujourd'hui, il en existe seulement deux, dans le 11e et le 19e arrondissement, qui existaient déjà lors de la précédente mandature. Attendre simplement la Création de Conseils a montré son inefficacité : zéro conseil créé depuis la nouvelle mandature.
Il nous faut maintenant tenir nos engagements. Les maires d'arrondissement sont les premiers concernés, mais la Mairie de Paris doit impulser fortement leur création.
Les moyens à développer ne sont pas très importants. L'expérience nous montre qu'il faut bien encadrer la création pour qu'ils n'aient pas tendance à devenir de simples clubs de retraités.
J'invite les maires d'arrondissement à créer des conseils de Sages et, en même temps, je vous précise, que Danièle HOFFMAN-RISPAL, qui va me répondre, et moi-même sommes arrivés à un accord sur le v?u que j'ai déposé.
Je vous remercie.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à Mme Danièle HOFFMAN-RISPAL.
Mme Danièle HOFFMAN-RISPAL, adjointe. - Je partage complètement l'intérêt que M. Olivier PAGÈS porte à ces conseils, des Sages ou des Anciens, vous l'avez dit, Monsieur PAGÈS, qui existent et qui fonctionnent bien dans deux arrondissements de Paris, le 11e et le 19e.
Ils ont des expériences complètement différentes. Je ne parlerai pas du 11e pour être objective, mais le 19e a quatre commissions de travail différentes, une sur les transports, une sur la citoyenneté, il travaille dans l'inter-génération, etc. Ils font des choses extraordinaires. Ils ont réalisé un guide des besoins des aînés et des moins âgés parce qu'en même temps, quand ils travaillent sur l'adaptation d'une rue aux personnes vieillissantes, ce travail sert aussi à la maman qui a une poussette ou à une personne handicapée. Tout cela va toujours dans le bon sens.
J'ai déjà fait part, lorsque nous nous réunissons avec Mme STIEVENARD et les maires d'arrondissement ou leurs adjoints, de mon souhait de voir se créer des structures semblables dans chaque arrondissement de Paris. Ces conseils répondent aux objectifs du contrat de mandature qui lie l'Exécutif municipal aux Parisiens. Ils participent à l'engagement citoyen qui nous est cher. Ils constituent des outils de démocratie participative valorisant l'engagement citoyen de nos aînés.
Mais il apparaît que ces conseils trouvent leur efficacité, leur légitimité, uniquement dans la proximité. Cela doit aussi venir de la proximité. D'ailleurs, les membres du conseil des Anciens des arrondissements que nous avons cités pourraient vous le témoigner.
C'est pourquoi il me paraît pertinent que leur création soit impulsée par les maires d'arrondissement et qu'ils trouvent les formes adéquates.
C'est aussi le seul élément qui nous a différenciés, mais nous nous sommes mis d'accord, je précise que, et vous le saviez, des ressources nouvelles au titre des crédits d'animation ont été affectées aux arrondissements. L'exposé des motifs étant le même, le v?u numéro 85 bis a été mis sur les tables. Nous en sommes d'accord, M. PAGÈS et moi, et je vous propose donc de voter le v?u n° 85 bis.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de v?u est adopté. (2003, V. 213).