Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

246 - Vœu présenté par Melle Charlotte NENNER, M. Christophe NAJDOVSKI et les membres du groupe "Les Verts" relatif à l'opération "Paris Respire" sur les voies sur berges durant la période hivernale.Vœu présenté par M. Claude DARGENT et les membres du groupe socialiste et radical de gauche relatif à la prolongation de l'opération "Paris Respire" sur les voies sur berges

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Je vous propose maintenant d'examiner conjointement les v?ux nos 72 et 73 qui ont trait à l'opération "Paris Respire" sur les voies sur berges déposés respectivement par les groupes "Les Verts" et socialiste et radical de gauche.
La parole est à M. NAJDOVSKI.
M. Christophe NAJDOVSKI. - Merci, Monsieur le Maire.
J'ai donc co-déposé ce v?u avec Charlotte NENNER. Ce v?u est relatif à l'opération "Paris Respire" et à l'extension de cette opération durant la période hivernale. C'est vrai que nous aurions pu faire une présentation conjointe avec le groupe socialiste et radical de gauche dans la mesure où M. Claude DARGENT a déposé un v?u similaire en 3e Commission, et donc nous avons eu la même idée au même moment.
L'opération "Paris Respire" connaît un succès grandissant, en particulier sur les espaces les plus emblématiques de cette opération, les voies sur berges. Les Parisiens et les Franciliens sont nombreux à venir profiter enfin de la Seine sur cette autoroute au bord de l'eau lorsqu'elle est rendue aux circulations douces. Cependant; il est regrettable que cette opération soit suspendue à partir du mois de novembre.
En effet, ce n'est pas parce que c'est l'hiver que les habitants ont moins besoin de s'aérer en profitant des voies sur berges. L'opération "Paris Respire" ne devrait donc être suspendue qu'exceptionnellement. C'est d'ailleurs dans ce sens qu'est intervenu l'adjoint au Maire de Paris en charge de la circulation, M. BAUPIN, auprès de M. le Préfet de police. C'est pourquoi nous proposons que le Conseil de Paris émette le v?u que l'opération "Paris Respire" soit dorénavant effective toute l'année, dimanche et jours fériés. Nous souhaitons à ce sujet avoir la réponse de M. BAUPIN, mais il aurait été souhaitable d'avoir aussi une réponse de M. le Représentant du Préfet de police.
Un dernier point pour terminer. Je me fais le porte-parole de Mme NENNER sur une demande précise, mais peut-être que M. BAUPIN pourra nous répondre sur cette question qui était plutôt adressée au Représentant du Préfet de police : c'est de demander la présence de la Préfecture de police en 3e Commission, compte tenu du fait que le Préfet de police a gardé une compétence sur la voirie parisienne.
Je vous remercie.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à Claude DARGENT sur le v?u n° 73, qui a trait au même objet.
M. Claude DARGENT. - Oui, comme vient de le souligner M. NAJDOVSKI, cette opération "Paris Respire" est largement apprécié des Parisiens. Donc le v?u qui est présenté ici a deux objectifs.
Le premier et le plus simple est de permettre aux Parisiens de profiter plus fréquemment sur toute l'année de ces berges de la Seine, à la fois pour les piétons, les cyclistes et les rollers en particulier.
D'autre part, il est aussi possible d'avancer vers une réduction de la circulation automobile de transit dans le centre de la Capitale, comme cela se fait dans beaucoup d'autres villes comparables en Europe et dans le monde.
Il est clair que la suspension de cette opération de novembre à mars n'était pas une bonne chose. La fin de cette suspension constituerait à nos yeux un progrès réel, avec la pérennisation de cette opération tout au long de l'année.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à M. BAUPIN.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Encore un v?u qui va être exaucé puisque, comme l'a rappelé...
(Brouhaha).
En l'occurrence, comme le rappelait M. NAJDOVSKI, j'avais écrit au Préfet de police, le 22 octobre dernier, pour lui demander que l'opération "Paris Respire" sur les voies sur berges soit prolongée toute l'année.
Comme vous le savez, les voies sur berges sont restées de la compétence du Préfet de police. La décision lui appartient donc.
J'ai obtenu l'accord du Préfet de police par un courrier du 21 novembre, donnant son accord à cette généralisation de l'opération "Paris Respire" le dimanche, sur les voies sur berges.
Il y met une exception que nous avions anticipée au niveau de la Municipalité, c'est que l'opération soit suspendue les dimanches où les commerces sont ouverts, avant les fêtes de fin d'année. Ces dimanches-là, il y a énormément de circulation automobile dans Paris. Trois dimanches sont concernés (7, 14 et 21 décembre).
Pour cette année, sur ces trois dimanches, l'opération sera suspendue, mais il ne s'agit plus que d'une suspension exceptionnelle et ponctuelle. En tout état de cause, pour le reste de l'année, l'opération "Paris Respire" aura lieu toute l'année, tous les dimanches, sauf, éventuellement, en cas de crues.
Dans l'état d'esprit qu'indiquait M. DARGENT, il s'agit pour nous d'une étape supplémentaire dans le sens de la suppression définitive de la voie expresse Georges Pompidou, comme nous l'avons inscrit dans les objectifs du P.A.D.D.
Cela reste un objectif très important. Progressivement, il faut définitivement reconquérir cet espace.
Je vois que le représentant du Préfet de police sourit. Cela donnera sans doute lieu à des discussions entre la Ville et la Préfecture de police au moment où les propositions seront mises sur la table, mais c'est un engagement très fort de la Municipalité, pas forcément dans cette mandature municipale. Nous n'avons jamais prétendu que ce serait forcément possible pendant le temps de la mandature. Tout dépend de l'évolution du trafic automobile qui est significativement à la baisse depuis deux ans, mais cela reste un de nos objectifs, à moyen terme.
En ce qui concerne la présence d'un représentant de la Préfecture de police aux réunions de la 3e Commission, selon les arguments que présente M. NAJDOVSKI, j'ignore totalement quelles sont les possibilités offertes par notre règlement intérieur.
Je me retournerai plutôt vers le Secrétariat général du Conseil pour que cela soit examiné et que l'on puisse vous apporter une réponse.
Je ne sais pas quel dispositif il faudrait mettre en place. Je propose qu'on puisse vous répondre par la suite.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Monsieur NAJDOVSKI, je vous donne la parole, mais très rapidement.
M. Christophe NAJDOVSKI. - Cette demande qu'a exprimée Mme NENNER se fondait sur la pratique qui est en cours en 5e Commission où le Représentant de la Préfecture de police est présent.
Compte tenu du fait que la Préfecture de police a gardé compétence en matière de circulation sur certaines voies parisiennes, il lui a semblé logique qu'un représentant de la Préfecture de Police puisse être présent aux travaux de la 3e Commission.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Je pense qu'il est sage, comme l'a dit M. BAUPIN, que cette question soit examinée et une réponse sera apportée ultérieurement.
Pour les v?ux que faites-vous ?
Vous êtes exaucé...
(Brouhaha).
M. Christophe NAJDOVSKI. - Si c'est exaucé, on peut effectivement retirer ces v?ux.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Monsieur DARGENT, c'est pareil ? Bien, merci.