Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

263 - Vœu présenté par Mme Catherine DUMAS et les membres du groupe U.M.P. relatif à l'installation d'une maison des associations dans le 17e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous examinons à présent 4 v?ux : nos 83, 84, 85 et 85 bis qui ne se rattachent à aucun projet de délibération.
La parole est à Mme Catherine DUMAS sur le v?u n° 83 déposé par le groupe U.M.P., relatif à l'installation d'une maison des associations dans le 17e arrondissement.
Oui, Monsieur BERTHAULT.
M. Jean-Didier BERTHAULT. - Merci, Monsieur le Maire.
Je le présente au nom de Mme DUMAS et de mes collègues élus du 17e arrondissement.
Considérant, à l'occasion de l'examen de l'état spécial du 17e arrondissement, qu'aucun financement dans la dotation de gestion locale n'est prévu pour le fonctionnement des associations dans le 17e arrondissement.
Considérant également que les associations et les élus ont montré leur attachement à ce projet à travers, entre autres, la qualité du document qui a été élaboré par un groupe de travail inter-associatif et présenté aux associations et élus de l'arrondissement à l'occasion des derniers états généraux de la vie associative en novembre 2002.
Considérant qu'après de nombreuses propositions, toutes refusées pour des motifs plus ou moins recevables, une piste sérieuse existe au 23, rue Truffaut acquis par la Ville de Paris, à l'initiative de Françoise de PANAFIEU.
Considérant que ce v?u de création de maison des associations à cet endroit a été adopté lors du Conseil d'arrondissement du 17e, qui s'est tenu le 12 novembre 2003, Catherine DUMAS, les élus du groupe U.M.P. et les élus du 17e arrondissement émettent le v?u que ce dossier soit considéré comme prioritaire et que les études, actuellement conduites sur l'aménagement de cet immeuble, prennent en compte cette impérieuse nécessité.
Je vous remercie.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Madame Marie-Pierre de LA GONTRIE, vous avez la parole pour l'Exécutif.
Mme Marie-Pierre de LA GONTRIE, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.
Je suis ravie d'avoir l'occasion de dire à deux élus du 17e arrondissement, présents dans cette salle, la réalité de l'intéressante question de la localisation de la maison des associations dans le 17e arrondissement, parce que je pense que, peut-être, ils obtiendront que Mme de PANAFIEU mette un terme à son double discours. Je résume les épisodes précédents.
Le 17e arrondissement, comme les autres arrondissements, doit faire...
Un Intervenant. - Double discours !
Mme Marie-Pierre de LA GONTRIE, adjointe. - Vous allez voir, c'est exactement le terme. J'ai tenu ces propos en Commission, donc je ne vais rien dire de nouveau. Je reprends.
La maison des associations doit trouver sa localisation dans le 17e arrondissement comme dans tous les arrondissements. J'indique, si par hasard certains avaient cette idée, que la question n'est pas de savoir si on est un arrondissement de la majorité ou de l'opposition, mais de savoir si l'on a un projet, à preuve la maison du 7e arrondissement va ouvrir dans quelques mois en parfaite intelligence avec les maires successifs du 7e arrondissement qui ne sont pas membres de la majorité municipale.
Alors, Mme de PANAFIEU est demandeur de ce projet. Il n'y a qu'un problème, c'est que, en général, elle s'en sert pour faire contre feu à un projet qui ne lui plaît pas, par exemple du logement social. Et, au passage, le fait est que ces immeubles qu'elle propose successivement, en essayant de contrecarrer la politique de logement social de la Ville, s'avèrent être inaccessibles au public. Je vous suggère, comme vous n'êtes pas celui qui suit le plus le dossier, de vous référer aux documents qui ont été communiqués.
Ce n'est pas une insinuation, Monsieur BERTHAULT...
M. Jean-Didier BERTHAULT. - Ce genre de propos relèvent de l'insinuation.
Mme Marie-Pierre de LA GONTRIE. - Non, non, il n'y a absolument pas d'insinuation.
J'indique que les différentes localisations qui ont été proposées n'étaient soit pas accessibles aux handicapés, soit de surface trop réduite, soit inaccessibles au public et étaient sur plusieurs étages. Bref, ce n'était pas possible. D'ailleurs, Mme de PANAFIEU y renonçait assez aisément lorsque, concrètement, la chose n'était pas possible.
Une adresse a été proposée au 23, rue Truffaut. Pour ceux qui n'habitent pas le 17e, il faut savoir que le 23, rue Truffaut a un avantage : il est mitoyen de la mairie du 17e. J'ai fait partie des adjoints qui ont soutenu la demande de Mme de PANAFIEU pour que la Ville devienne propriétaire de cet immeuble car ce n'est pas si courant d'avoir cette opportunité. Mme de PANAFIEU souhaitant d'un côté étendre les locaux trop étroits de la mairie d'arrondissement, mais également ouvrir un équipement petite enfance et enfin une maison des associations. Je soutenais totalement ce projet.
Cet immeuble est en copropriété. La copropriété consultée a donné son accord - ce qui n'est déjà pas mince - pour qu'un équipement recevant du public soit accueilli. A cela, lors d'une réunion à laquelle Mme de PANAFIEU était présente, celle-ci a choisi l'équipement petite enfance, que je trouve très bien. Mais je souhaiterais que l'on mette un terme à cette polémique stérile, au sens littéral du terme : il n'est pas choisi par la maire du 17e arrondissement d'installer la Maison des associations dans un endroit où l'on ne peut pas mettre deux équipements recevant du public ; il n'est pas choisi la maison des associations. Ce n'est pas grave ! On va continuer de chercher.
J'indique simplement ce point car je pense qu'il faut mettre un terme à ce débat encore une fois stérile. Je n'accepte pas le v?u qui demande que l'aménagement de cet immeuble prenne cette impérieuse nécessité, parce que c'est impossible, et que ce n'est pas le choix de la maire du 17e arrondissement.
J'espère d'autres propositions, mais vous savez, dans tous les arrondissements on fait comme ça le tour d'adresses successives. J'espère que très vite on trouvera une localisation qui permettra enfin d'ouvrir la maison des associations du 17e arrondissement.
Pour conclure, Monsieur le Maire, je suis défavorable à ce v?u car il n'est pas possible d'installer une maison des associations au 23, rue Truffaut.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Je suppose que devant la clarté de cet exposé, vous allez retirer votre v?u ? Non ?
M. Jean-Didier BERTHAULT. - Non.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Ah bon ! Je vous tendais une perche pour vous en sortir par le haut.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 83, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 83 est repoussée.