Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

14 - IV- Question d'actualité de M. Georges SARRE, au nom du groupe du Mouvement des citoyens, à M. le Maire de Paris relative à la voirie parisienne.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1995




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous passons à la dernière question d'actualité de M. Georges SARRE à M. le Maire de Paris relative à la voirie parisienne.
Monsieur SARRE, vous avez la parole.

M. Georges SARRE.- Monsieur le Maire, je voudrais vous parler de la propreté.
Dans le cadre de mon opposition citoyenne, je suis parfois critique, toujours constructif et là, je voudrais reconnaître publiquement que, depuis 1977, un effort réel a été fait au bénéfice de la propreté.
Hélas...

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Vous maintenez votre "hélas" ?

M. Georges SARRE.- Hosanna, hélas ! Monsieur le Maire, je voulais vous dire que dans le cadre du plan "Vigipirate", qui escamote les poubelles, dans le cadre de la chute des feuilles d'automne, le sentiment d'abandon gagne.

(Rires).
... moi, je ne ris pas du tout parce que le dossier est extrêmement sérieux...

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Mes chers collègues, la parole est à M. SARRE et à lui seul.

M. Georges SARRE.- ... la situation dans Paris, de ce point de vue-là, se dégrade et c'est spectaculaire.
Je me suis donc enquis et j'ai souhaité mieux comprendre pourquoi il y a une telle évolution. La réponse est toute claire, Monsieur le Maire. Il vous souvient sans doute qu'au moment de la privatisation, le Maire de Paris de l'époque déclara que s'il privatisait, c'était pour donner plus de souplesse au système de façon à ce que les services puissent bénéficier des 39 heures, des jours de repos et que, dans le cadre de la privatisation, il serait plus simple de demander aux entreprises privées d'intervenir toutes les fois que ce serait souhaitable.
Or, dans le cadre de mon enquête, j'ai découvert que le samedi ce sont des effectifs réduits qui interviennent dans Paris, et ce sont des effectifs qui ont diminué depuis plusieurs années, interdisant toute efficacité, notamment, mais pas seulement, dans l'Est parisien, et le 11e arrondissement.
Poursuivant mes recherches, j'ai découvert que le dimanche le Service du nettoiement est aux abonnés absents. Et enfin, quelle n'a pas été ma stupéfaction de noter que le lundi c'est comme le samedi ! Ce sont des effectifs réduits.
On travaille à effectif réduit, c'est-à-dire qu'en réalité trois jours durant dans Paris le service du nettoiement n'est pas dans la situation de pouvoir balayer et nettoyer les rues, places et avenues de la Capitale.
Si j'interviens aujourd'hui, Monsieur le Maire, c'est que nous ne sommes pas encore entrés dans le processus d'élaboration du budget et moi je voudrais bien éviter, parce que j'ai signalé les causes, la météorologie, le plan "Vigipirate", le fait que les effectifs ont diminué sensiblement et que les orientations que je crois connaître ne vont pas dans le sens du renforcement des matériels et des effectifs, que nous nous trouvions en 1996 devant une situation beaucoup plus dégradée que celle que nous connaissons à l'heure actuelle.
Ma question est toute simple : Monsieur le Maire, qu'entendez-vous faire pour revenir à une situation acceptable et satisfaisante notamment dans l'Est parisien et plus particulièrement dans mon arrondissement ?

(Applaudissements sur les bancs du groupe du Mouvement des citoyens).

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Monsieur SARRE.
Monsieur TRÉMÈGE, vous avez la parole pour répondre à l'intervenant.

M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint.- La question posée par notre collègue M. SARRE et les élus du Mouvement des citoyens sur la propreté du 11e arrondissement peut étonner dans la mesure où, comme dans l'ensemble de la Capitale, le service de la Direction de la Protection de l'Environnement procède à des nettoyages très réguliers de l'arrondissement, y compris les week-ends.
S'agissant du problème, Monsieur le Conseiller, du nettoyage des fins de semaine, les moyens mis en place le dimanche, comme dans les autres arrondissements, sont effectivement moins importants.
Je rappelle à cet effet que l'organisation des Services de propreté du 11e permet d'assurer en propreté une présence maximale du personnel du mardi au vendredi, de 6 heures à 20 heures.
Les services alternés, samedi-dimanche, dimanche-lundi, comme vous le soulignez, permettent cependant d'assurer le nettoiement de l'ensemble des voies de l'arrondissement pour chacun de ces journées.
En outre, le dimanche, il est fait appel à une équipe de permanence de 27 agents qui interviennent sur certains grands secteurs que sont la place de la Bastille, la rue de la Roquette, tous les boulevards limitrophes de l'arrondissement, ainsi qu'une partie du boulevard Voltaire et l'avenue de la République.
Je vous remercie d'avoir bien voulu souligner la situation extrêmement particulière que nous vivons aujourd'hui avec la mise en place du plan "Vigipirate" qui a conduit au retrait d'un très grand nombre de réceptacles de propreté de la voie publique avec les conséquences qui en résultent en termes de propreté.
Cette mesure, et vous avez eu l'amabilité de le reconnaître, était inéluctable et prioritaire dans le cadre d'une action d'urgence destinée à réduire les risques d'attentats.

(M. le Maire de Paris reprend sa place au fauteuil de la présidence).
Pour le reste, Monsieur le Conseiller, vous savez que le Maire de Paris dans sa déclaration liminaire de politique générale sur son mandat à venir a déclaré accorder la priorité à tous les problèmes liés à l'environnement dont celui de la propreté.
Je ne doute pas que vous ayez satisfaction à travers l'affirmation dans le prochain budget d'un effort significatif en matière de propreté de la Capitale.
Merci.

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").