Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

97 - QOC 2003-869 Question de Mme Dominique BAUD et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris concernant la dangerosité pour les enfants du bâtiment de l'école sise 78, rue de la Convention (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons à la question 869 posée par Mme BAUD, au nom du groupe U.M.P., concernant la dangerosité pour les enfants du bâtiment de l'école sise 78, rue de la Convention.
Vous avez la parole, Madame BAUD.
Mme Dominique BAUD. - Monsieur le Maire, chers collègues, cette question est relative à la sécurité des enfants scolarisés à l'école, 78, rue de la Convention sur les terrains de l'ancien hôpital Boucicaut.
Les fenêtres des premier et deuxième étages de l'école ne bénéficient pas de rambardes de protection, ce qui ne manque pas d'inquiéter la directrice, les institutrices et les parents d'élèves des enfants scolarisés. Certes, la commission de sécurité est passée et a donné un avis favorable à l'ouverture de l'école. Il faut espérer, maintenant, qu'il n'y a pas eu précipitation dans cette affaire, simplement du fait de la volonté de la Ville d'ouvrir cette école coûte que coûte à la rentrée de septembre 2003-2004.
En effet, une malheureuse réflexion comme "il fallait demander une école sans fenêtre" laisse perplexe. Les enfants scolarisés ont entre 3 et 6 ans. Or, les fenêtres sont parfaitement accessibles en montant simplement sur un radiateur situé juste dessous. A ce titre, dans le réfectoire, et déjà depuis la rentrée scolaire, un enfant, peut-être attiré par un bruit de l'extérieur, a été rattrapé de justesse.
Il est important de pouvoir continuer à aérer et, malgré une surveillance assidue des personnels, un accident est vite arrivé. On a tous en mémoire des événements récents que l'on voudrait pouvoir éviter. Alors, il faut s'en donner les moyens et agir avant que le pire ne soit arrivé. Il faut, pour ce faire, faire confiance aux professionnels exerçant dans l'école. Tout ceci est d'autant plus regrettable que le bâtiment est tout neuf.
Je vous remercie de bien vouloir me dire de toute urgence dans quel délai vous allez pouvoir permettre que des rambardes de hauteur suffisante soient posées de façon à assurer une réelle sécurité aux enfants de cette école. Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Madame.
Il n'est évidemment pas question de construire des écoles sans fenêtre, et je ne sais pas qui vous a fait cette réponse. En tout cas, elle ne vient certainement pas des services de la Ville. Vous savez que le parti pris architectural a tenu compte des contraintes assez fortes, qui ont été édictées par les services culturels de l'Etat. Vous avez souligné qu'il y a eu une visite de sécurité, comme c'est le cas quand on ouvre une nouvelle école et que le dossier a été validé. Evidemment, il y a la question des fenêtres, elle a été posée lorsque nous avons visité l'établissement avec le Maire de Paris le 15 novembre dernier, et il a été décidé de remplacer les poignées des fenêtres par des poignées dites à carré, qui empêchent les enfants de les utiliser.
Je tiens quand même à préciser une chose : fort heureusement, les accidents sont rares, surtout lorsqu'il y a une surveillance bien organisée des élèves. Les poignées sont situées quand même à 1,80 mètre du sol, et vous avez dit tout à l'heure que l'âge des enfants allait de 3 à 6 ans.
Voilà les précisions que je pouvais vous donner. Les services d'architecture se sont immédiatement mobilisés sur cette question après le signalement par les parents d'élèves, l'équipe enseignante et les élus du 15e arrondissement et donc des poignées à carré seront posées très rapidement.
La parole est à Mme BAUD.
Mme Dominique BAUD. - J'ajouterai simplement pour avoir visité l'école quelques jours avant vous qu'il est très facile pour les enfants, malgré leur jeune âge, de grimper sur le radiateur qui est situé juste en dessous, qui est suffisamment large pour que leurs pieds tiennent dessus et qu'ils ne peuvent pas, même à l'heure actuelle ouvrir la fenêtre avec la poignée qui existe, mais il peut arriver que la fenêtre soit ouverte pour une question d'aération et là, un accident peut arriver. C'est vrai que la surveillance est nécessaire, que tout le monde doit être vigilant, mais on a bien des cas où des accidents sont arrivés, malgré une surveillance. C'est trop vite arrivé pour que l'on se prive de mettre les outils nécessaires de sécurité.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Madame.