Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

128 - QOC 2003-900 Question de M. Philippe GOUJON et des membres du groupe U.M.P. à M. le Préfet de police relative aux exercices de simulation d'attentats chimiques

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons à la question 900 posée par M. Philippe GOUJON à M. le Préfet de police relative aux exercices de simulation d'attentats chimiques.
Vous avez la parole, Monsieur GOUJON.
M. Philippe GOUJON. - Monsieur le Maire, Monsieur le Préfet, le risque terroriste est toujours latent et la situation internationale est là pour nous le rappeler, et il ne faut donc pas baisser la garde.
Je souhaiterais demander à M. le Préfet de police quels enseignements il a pu tirer de l'exercice Piratox, de simulation d'un attentat au gaz chimique dans la nuit du 22 octobre, en souterrain à la station de métro R.E.R. Invalides, qui s'est déroulée en présence du Premier Ministre et du Ministre de l'Intérieur.
Alors qu'en 2001, le plan de modernisation de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, adopté par le précédent Gouvernement, n'avait malheureusement pas prévu le recrutement de personnels spécialisés NRBC pour des raisons budgétaires, je voudrais demander au Préfet de police dans quelles conditions est aujourd'hui préparée la prise en compte de ces risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques, notamment par la création d'une compagnie spécialisée de la Brigade des sapeurs-pompiers de 250 hommes, ainsi que par la mise en ?uvre de nouveaux matériels plus performants.
Je voudrais enfin savoir si d'autres exercices de ce type sont prévus à Paris et dans quel délai.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOUJON.
M. le Préfet de police a la parole.
M. LE PRÉFET DE POLICE. - Comme vous le rappeliez, dans la nuit du 22 au 23 octobre s'est déroulé, pour la première fois à Paris, à la station du métro R.E.R. Invalides, un exercice de simulation d'attentat au gaz chimique permettant de mettre en ?uvre le plan Piratox.
Comme vous l'indiquiez, le Premier Ministre et le Ministre de l'Intérieur se sont rendus sur place, ainsi que des élus du Conseil de Paris. Je puis vous indiquer que cet exercice a permis de vérifier la bonne coordination entre les multiples services intervenants. C'est ainsi que les personnes figurant les victimes ont pu être toutes extraites du site souterrain en 45 minutes, ce qui n'avait pas été le cas dans un exercice similaire à Londres.
J'ajoute que, pour la première fois également, plus de 150 sapeurs-pompiers de la grande couronne ont participé à un exercice de ce type à Paris. Il ressort des premières conclusions que la coordination entre les services s'est révélée efficace.
Néanmoins, la mise en ?uvre du dispositif a révélé un certain nombre de points à améliorer; c'est l'objet même de ces exercices.
Il apparaît nécessaire, afin d'augmenter la capacité de sauvegarde des victimes et de réduire les délais d'activation des chaînes de décontamination, de créer une unité spécialisée et d'améliorer l'équipement.
L'unité spécialisée NRBC devrait être composée à terme de plus de 380 personnes de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.
Au-delà de l'aspect opérationnel, elle pourrait jouer un rôle essentiel en matière d'expertise et de formation des autres intervenants tels que la police, la S.N.C.F. ou la R.A.T.P.
Il apparaît donc indispensable que, dès 2004, les premiers éléments de cette unité puissent être recrutés.
Le deuxième aspect concerne l'amélioration de la prise en charge des victimes et des personnes impliquées. La brigade va recevoir tout prochainement de nouvelles chaînes de décontamination beaucoup plus modernes, permettant de traiter plus rapidement les victimes.
De même, la BSPP sera dotée de nouveaux lots d'évacuation des populations sous nuage toxique, ce qui doublera sa capacité actuelle.
L'exercice, et j'en terminerai par ce point, des 22 et 23 octobre ayant été filmé intégralement, l'efficacité des futures simulations devraient se trouver renforcée par une large diffusion d'un document pédagogique retraçant l'ensemble des opérations.
J'en terminerai en vous indiquant, Monsieur le Président, que les conclusions définitives seront tirées lors d'une réunion qui se tiendra courant décembre dès que les services concernés auront terminé leur travail d'évaluation.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOUJON.