Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

3 - Adoption d'un compte rendu

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2003


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons donc aux sujets de l'ordre du jour. Premièrement, le compte rendu sommaire de la séance des lundi 20 et mardi 21 octobre 2003 a été affiché.
Y a-t-il des observations sur ce document ?
Il n'y en a pas.
Il est donc adopté.
Monsieur Alain RIOU, je vous donne la parole, mais très brièvement, s'il vous plait.
M. Alain RIOU. - Monsieur le Maire, je voudrais faire un rappel au règlement.
Il y a eu, selon l'une des oppositions, des incidents dans l'hémicycle, lors du dernier Conseil de Paris. M. GOASGUEN a dit un mot qui commence par "c" et qui est suivi de quelques autres lettres...
M. LE MAIRE DE PARIS. - Ne compliquez pas les choses, gagnons du temps.
M. Alain RIOU. - Je veux tout de même faire un point sur quelque chose qui me semble grave. Le rappel à l'ordre au sein de l'hémicycle, c'est bien, mais l'expression en dehors de l'hémicycle, c'est important également.
Il se trouve que "Les Verts" ont découvert, dimanche, que vous traitiez nos projets d'idiots et disiez que ce sont des hurluberlus qui les portent. Je pense que cela vaut les formules que nous employons parfois à votre encontre.
Il se trouve que nous avons fait des excuses, nous avons retiré les formules. Je souhaiterais qu'en Commission, comme dans l'hémicycle, comme en dehors de l'hémicycle, il y ait un traitement égal et que nous ne soyons pas traités de cette manière. Il y a eu des mots plus durs dans les précédentes semaines. Il serait bon pour tout le monde, en effet, d'avoir une attitude correcte partout.
M. LE MAIRE DE PARIS. - M. GOASGUEN, je vous donne la parole, mais très vite et passons au travail !
M. Claude GOASGUEN. - Je me félicite de voir M. Alain RIOU avoir tant de tempérance ce matin. J'espère que sa tempérance durera quarante-huit heures. Je n'en suis pas sûr.
En général, quand on dit quelque chose dans la presse, il n'est pas convenable de venir faire des remarques. La liberté d'expression est un droit sacré de la démocratie. Que dans ce Conseil on reste dans la norme, c'est vrai, mais le terme "hurluberlu", en ce qui vous concerne, ne me paraît pas très choquant et, par ailleurs, pour ce qui est du terme "idiot" qui vient du grec idios, idiotes et qui signifie "particulier", vous l'êtes ô combien !
(Rires et applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).
M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, faisons-nous rire, c'est mieux ! Ce n'est pas mal. Je ne connaissais pas cette référence grecque. Dans nos séances, nous avons tellement de boulot et tellement de raisons légitimes d'avoir des désaccords - c'est le sel de la démocratie -, que je demande vraiment à toutes et à tous de veiller au respect. On peut être en désaccord, trouver les projets "idiots", les trouver géniaux, sans s'insulter. Franchement !
Deuxièmement, en dehors, respectons-nous, si nous le pouvons.
Enfin, la démocratie a toujours été assez tonique. Honnêtement, si la démocratie française a quelques problèmes actuellement, ce n'est pas tellement du fait de la tonicité des uns et des autres. Soyons toniques aussi du point de vue des idées. Merci aux uns et aux autres.