Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, SG 214 - Subvention à l’association Mouvement Français pour le Planning Familial (2e). Montant : 8.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2010


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération SG 214 relatif à l?attribution d?une subvention de 8.000 euros à l?association Mouvement français pour le Planning familial (2e).

La parole est à M. Jacques BOUTAULT.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Monsieur le Maire, je saisis l?occasion de cette délibération attribuant une subvention au Planning familial dont le siège départemental est situé dans le 2e arrondissement pour relayer l?inquiétude qu?ont exprimé il y a quelques jours de nombreuses femmes et hommes qui sont descendus dans la rue à l?occasion des 40 ans du Mouvement de libération des femmes.

En effet, 35 ans après l?adoption de la loi Veil légalisant l?avortement et 9 ans après la loi de 2001 qui allonge les délais légaux et qui a permis aux femmes mineures d?avorter sans l?accord parental, on pourrait penser que le droit à l?avortement, liberté fondamentale des femmes à disposer de leur corps, est définitivement acquis. Il n?en est rien.

Aujourd?hui, ce droit obtenu de haute lutte par les femmes est attaqué faute de structures, de médecins et surtout de volonté politique.

L?accès à l?avortement est de plus en plus difficile. Des centres d?interruption volontaire de grossesse sont regroupés ou fermés, les délais d?attente pour obtenir un premier rendez-vous s?allongent, les médecins qui pratiquent l?I.V.G. sont de moins en moins nombreux, la loi 2001 n?est pas appliquée.

Or, il n?existe aucune volonté politique de remédier à ces difficultés dans la politique du Gouvernement, sans compter que de nombreuses idées reçues persistent dans notre société et culpabilisent les femmes, entravant l?exercice libre et serein de ce droit.

Au vu de cette réalité, les associations féministes se sont mobilisées à Paris le 6 novembre dernier, à l?initiative d?associations comme le Collectif national pour le droit des femmes, l?Association nationale des centres d?interruption de grossesse et de contraception, la Coordination des associations pour le droit à l?avortement et à la contraception et, bien sûr, le Planning familial.

L?avortement est un droit au c?ur de l?émancipation des femmes. Nous refusons que la logique économique prenne le pas sur les droits humains.

La fermeture des centres pratiquant l?I.V.G., le démantèlement de l?hôpital public, la déshumanisation des soins, sont un recul considérable pour le droit des femmes à disposer de leur corps.

En votant ce projet de délibération, les élus du groupe ?Europe Ecologie - Les Verts? souhaitent réaffirmer qu?avorter est un droit qu?il est indispensable de préserver.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes ?Les Verts?, socialiste, radical de gauche et apparentés et Communiste et élus du Parti de Gauche).

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Pour répondre, je donne la parole à M. Bruno JULLIARD, en remplacement de Mme LALEM.

M. Bruno JULLIARD, adjoint, au lieu et place de Mme Fatima LALEM, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

J?interviendrai effectivement au nom de Fatima LALEM qui malheureusement n?a pas pu se libérer pour être là à cette heure-ci. En son nom, je vous remercie, Monsieur le Maire, de l?intérêt porté à l?action de cette grande association qui ?uvre depuis plus de vingt-cinq ans maintenant sur la question des droits des femmes, et particulièrement sur le droit à disposer de leur corps.

Depuis 2007, dans le cadre de ces missions de prévention, d?orientation et d?information, le planning familial a mis en place une action innovante à destination du public jeune, qui devient un relais auprès d?autres jeunes afin de démultiplier l?information sur la question de la sexualité, en particulier sur la prévention des risques sexuels et sexistes. Une première action a d?ailleurs été réalisée auprès des membres du Conseil parisien de la jeunesse, il y a quelques mois.

Aujourd?hui, il s?agit par ce projet de délibération de soutenir l?action auprès de jeunes, relais potentiel dans le cadre des actions collégiens, soit environ 15 jeunes âgés de 20 à 25 ans et dans le cadre du service civil volontaire.

Ces actions participent de la démarche volontariste à Paris de prévenir et d?agir en matière d?éducation à l?égalité et à la sexualité en direction notamment des collégiens. Depuis 2008, plus de 60.000 jeunes ont été ainsi concernés.

Et, au-delà, sous l?impulsion du Maire de Paris, Fatima LALEM a souhaité engager une démarche de mise en cohérence des actions menées par les différents prestataires dans les arrondissements parisiens. A cet effet d?ailleurs, Fatima LALEM organise des états généraux ce week-end au stade Charléty pour favoriser l?émergence d?une dynamique commune de tous les acteurs concernés par cette question.

A cette occasion, de nombreuses animations sont organisées à l?attention des jeunes collégiens. Et Fatima souhaite ajouter que cet engagement de notre Municipalité touche une responsabilité qui incombe en premier lieu à l?Etat.

Elle aurait souhaité saisir cette opportunité, alors que nous approchons de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, pour signaler que le remaniement du Gouvernement ne donne aucune lisibilité, ni dans les nominations, ni dans les intitulés de champs de compétences respectifs, à la question de l?égalité entre les hommes et les femmes.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et ?Les Verts?).

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 214.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, SG 214).