Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, SG 205 - Signature de 15 conventions avec 15 établissements cinématographiques parisiens relatives à l’attribution de subventions d’équipement. Montant total : 573 395 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2010


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération SG 205 concernant la signature de 15 conventions avec 15 établissements cinématographiques parisiens relatives à l?attribution de subventions d?équipements pour un montant total de 573.395 euros.

La parole est à Mme Laurence GOLDGRAB, pour le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, les Etats généraux de la nuit qui se sont tenus vendredi et samedi derniers à l?Hôtel de Ville l?ont prouvé : la sortie au cinéma fait partie des loisirs les plus appréciés des Parisiennes et des Parisiens. Les salles ne désemplissent pas et des horaires encore plus tardifs sont même réclamés.

Ainsi, à l?heure d?Internet où tout prédispose ou incite les Parisiens à rester chez eux pour regarder des films, le 7e art n?a rien perdu de son attrait. Bien au contraire, la sortie au cinéma demeure un moment de convivialité et de partage très apprécié. Ce constat conforte, si besoin était, la politique suivie par la Ville en faveur des salles indépendantes.

Comme le Maire s?y est engagé, la Ville accompagne depuis 2002 la mutation de l?exploitation cinématographique à Paris, et plus particulièrement les salles indépendantes d?art et d?essai qui sont une véritable source de culture et de liens sociaux, qu?il convient de préserver. Or le passage à la projection numérique est un véritable défi pour les salles de petite taille. La menace de fracture numérique pèse davantage sur les petites salles que sur les grands opérateurs, lesquels n?ont aucun mal à effectuer la transition vers les nouvelles technologies.

Les petites salles, en revanche, si nous n?aidons pas la transition, risquent de ne plus avoir accès à certains films et de marginaliser leur répertoire.

Aussi, en septembre dernier, le Conseil de Paris a adopté le plan de soutien à la numérisation des salles qui accompagnera les salles dès 2010, et ce pour cinq ans.

La Ville prévoit de venir en aide à 39 établissements, soit 89 écrans, dont 36 sont également aidés, il faut le souligner, par la Région Ile-de-France.

Aujourd?hui, il nous est proposé par ce projet de délibération de voter la signature de 15 conventions avec 15 établissements cinématographiques classés art et essai.

Je veux souligner celui du 18e arrondissement en tant qu?élue du 18e, ?Le Studio 28?, que les élus connaissent bien. Ce petit cinéma de quartier s?attache à apporter un soin particulier à la qualité de projection et de programmation et son directeur pratique la diversification des activités en proposant des conférences, des festivals et des expositions.

Il faut l?y encourager, ainsi que tout le réseau de petites salles qui pratique effectivement cette diversification pour faire face à la concurrence des grands espaces.

Ce passage au numérique présente d?ailleurs une opportunité non négligeable pour la mise en réseau des petites salles. Elles pourront ainsi échanger plus facilement des courts métrages, des documentaires, organiser des festivals et travailler ensemble plus efficacement dans le cadre des dispositifs d?éducation à l?image auquel la Municipalité tient tout particulièrement.

Je ne vais pas les citer ici, mais sans doute que Christophe GIRARD le fera.

Cette opportunité s?envisage également en matière d?amélioration d?accessibilité aux salles. Le numérique ouvre des perspectives intéressantes concernant le sous-titrage pour personnes sourdes ou malentendantes ainsi qu?en audiodescription pour malvoyants.

Paris, capitale du cinéma, est la première capitale à se doter, je veux le souligner, d?un plan de soutien à la transition numérique et je souhaite ainsi saluer ce pari audacieux.

C?est pourquoi le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés soutient avec enthousiasme ce projet de délibération.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et ?Les Verts?).

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Monsieur GIRARD ?

M. Christophe GIRARD, adjoint. - M. CHERKI doit intervenir.

M. Pascal CHERKI, maire du 14e arrondissement. - Je sais que ?Les Verts? ont un problème avec moi, ce n?est pas grave.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pas du tout, non. Pas moi en tout cas.

M. Pascal CHERKI, maire du 14e arrondissement. - Ce que je voulais dire? Monsieur CONTASSOT, ne me coupez pas la parole quand je la prends, sinon je vais demander une suspension de séance.

Je voulais dire, pour appuyer ce que disait Mme GOLDGRAB, que c?est un dossier très important, pas simplement pour l?équipement numérique des salles d?art et d?essai, je vais y revenir, mais c?est un dossier très important pour l?évolution du cinéma.

On ne le souligne pas assez. En tout cas, moi, en tant que Maire du 14e arrondissement, je vois le rôle fondamental que peuvent jouer les cinémas aux côtés des théâtres, à l?animation économique, sociale et culturelle de tout le quartier Montparnasse.

C?est vrai qu?aujourd?hui, les cinémas sont devant un défi. Soit ils passent au numérique, soit ils vont être concurrencés très rapidement par toutes les nouvelles formes de vente à distance, tout le développement des possibilités qu?offrent la numérisation et Internet, pour que les gens n?aillent pas au cinéma.

Donc, le passage au numérique est indispensable si l?on veut que le cinéma survive. Pour Paris, le fait que l?on ait cette chance d?avoir autant de cinémas dans notre Capitale? Ceux qui sont allés dans d?autres capitales du monde entier peuvent le voir : l?un des atouts de Paris, ce n?est pas le seul, c?est tout de même cette densité du réseau de salles de cinéma.

Après, c?est vrai qu?il y a un sujet pour les salles d?art et d?essai qui ne sont pas adossées à des grands groupes. Elles ont une programmation complémentaire des grands groupes et une diffusion culturelle particulière. Elles ne peuvent pas économiquement faire face seules à cette évolution.

C?est donc le rôle de la collectivité publique d?intervenir. Je me réjouis vraiment de la mise en ?uvre de ce plan. Pour avoir rencontré les responsables des salles d?art et d?essai, il est attendu.

C?est vrai que le montant des dépenses est tout de même assez conséquent. La nécessité d?acheter les cabines de projection notamment ou de les renouveler fait qu?il est indispensable que la collectivité publique le fasse.

Je me réjouis que ce plan ne soit pas étalé sur trop d?années, que l?on puisse en quelque sorte favoriser ce passage au numérique en trois ou quatre ans, de manière à ce qu?à la fin de cette mandature, le plus rapidement possible, nous ayons équipé l?ensemble de nos écrans, et je dis bien de nos écrans et pas simplement de nos cinémas, de salles d?art et d?essai de moyens de projection numérique.

C?est un effort qui est considérable. Nous nous réjouissons, dans le 14e arrondissement avec Danièle POURTAUD que, dès cette année, soient prévus quatre écrans sur les sept des ?7 Parnassiens? et je voudrais redire à cette occasion toute l?amitié et l?admiration que nous avons pour nos trois cinémas d?art et d?essai, ?les 7 Parnassiens?, ?l?Entrepôt? et ?le Denfert?, pour la contribution très importante qu?ils ont à la diffusion culturelle et à la diversité de la diffusion culturelle dans l?arrondissement.

Merci.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pour répondre à Mme GOLDGRAB et à M. CHERKI, la parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci à Laurence GOLDGRAB et à Pascal CKERKI.

D?ailleurs, par la voix de Pascal CHERKI, j?ai le sentiment que ce sont les maires d?arrondissement, finalement, qui s?expriment, et je trouve que c?est une très bonne nouvelle qu?il y ait implication des maires d?arrondissement pour la défense, en effet, du cinéma et de l?indépendance.

Les professionnels du cinéma et de la presse ne s?y sont pas trompés, lors de la conférence de presse que nous avions organisée à l?Hôtel de Ville, car ils ont unanimement salué notre initiative. Paris est en effet la capitale du cinéma : 376 écrans, un écran de plus que de jours dans l?année.

Paris étant la capitale du cinéma, il est de notre devoir et de notre passion d?agir ainsi. Ce projet de délibération fait donc sens et permettez-moi à l?occasion de saluer l?excellent travail de la mission cinéma et de son délégué général Michel GOMEZ avec lequel nous travaillons intelligemment.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et ?Les Verts?).

Notre politique cinématographique sera de plus en plus renforcée. D?ailleurs, je signale que dans quelques temps la rénovation du cinéma ?Le Louxor? permettra également l?ouverture d?un nouveau lieu de cinéma important dans des quartiers au croisement des 18e, 10e et 9e arrondissements, où les cinémas peuvent manquer et que l?aide à la numérisation des salles de cinéma s?élève en effet à 1,4 million d?euros sur cinq ans.

Ce soutien de la Ville permet donc d?accompagner la transition numérique irréversible.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et ?Les Verts?).

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 205.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, SG 205).