Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la construction d’une crèche rue Olivier-de-Serres (15e). Vœu déposé par l’Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2010


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen des v?ux référencés n° 94 et n° 94 bis dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A. et l?Exécutif, relatifs à la construction d?une crèche, rue Olivier-de-Serres, dans le 15e arrondissement.

La parole est à M. Jean-Baptiste MENGUY qui le présente en une minute.

M. Christophe NAJDOVSKI lui répondra en présentant le v?u n° 94 bis.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, ce v?u est un v?u de cohérence par rapport au grand projet de restructuration de l?école 99 rue Olivier-de-Serres.

C?est un projet que tous les élus du 15e arrondissement soutiennent, Philippe GOUJON et Jean-François LAMOUR, le député de la circonscription également, bien évidemment.

Nous avons souhaité, pour relayer des demandes et des interrogations des membres du conseil de quartier Brassens, proposer la création d?une crèche sur une parcelle de 2.450 mètres carrés qui sera libérée.

C?est, je le crois, entre une école et la petite ceinture, ce qui est également un projet assez structurant pour le 15e, un projet qui a l?intérêt de pouvoir offrir à tous les élèves, mais aussi aux plus petits, des structures d?accueil public dans un secteur qui en a besoin.

Les habitants le disent, notre expérience du terrain en atteste, c?est un signe important que nous devons envoyer à tous les habitants de ce quartier.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Il y a effectivement un besoin de structures d?accueil de la petite enfance dans le quartier en question, mais ce ne sont pas les seuls besoins du quartier.

Il est donc prématuré de se prononcer pour tel ou tel type d?équipement. Il peut y avoir besoin d?équipements culturels, d?équipements pour les jeunes ou encore à dimension intergénérationnelle.

Par ailleurs, je signale pour mémoire que la Ville de Paris est en train de travailler sur un projet de crèche associative sur l?hôpital Saint-Michel, situé rue Olivier-de-Serres.

Ce projet est actuellement à l?étude, c?est pourquoi nous vous proposons, Monsieur MENGUY, et aux élus du groupe U.M.P.P.A., un v?u qui valide votre proposition de mise à l?étude d?un équipement petite enfance, mais ne ferme pas la porte à d?autres solutions. Je peux vous garantir qu?en tout état de cause, la proposition d?équipement petite enfance sera étudiée avec le plus grand soin.

Dans ces conditions, je vous demande de bien vouloir retirer votre v?u, dans la mesure où celui-ci est prématuré, et d?accepter le v?u que propose l?exécutif.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Monsieur MENGUY ?

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Monsieur le Maire, nous n?allons pas retirer notre v?u pour deux raisons?

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je prends acte de votre non-retrait.

Simplement, je m?excuse, mais d?une façon générale, je vous le dis à vous mais je le dis pour tout le monde, l?exercice qui consiste à reprendre une argumentation quand on revient vers l?auteur du v?u?

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Non, je ne reprendrai pas ma précédente argumentation.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Vous maintenez, c?est très clair.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - On ne va pas retirer notre v?u. Pourquoi ? Parce que le v?u de l?Exécutif recèle deux écueils principaux.

D?abord, vous parlez d?autres équipements publics culturels intergénérationnels et pour la jeunesse.

Je rappellerai que pour la culture, on a quand même le théâtre Silvia-Montfort, on a le théâtre de la Plaine, on a La Ruche, qui sont des équipements culturels qui, à mon avis, ne font pas défaut à ce quartier. Pour la jeunesse, on a les antennes jeunes et pour l?intergénérationnel, vous l?avez rappelé, Monsieur le Maire, il y a le projet Saint-Michel.

Le vrai équipement public qui manque ici, c?est la petite enfance.

Et puis, sur la forme, permettez-moi de regretter ce genre de procédé, mais c?est signé, cette façon de faire, on est habitué dans le 15e, de vouloir se substituer, par un tour de passe-passe de procédure, au v?u que nous déposons juste pour que, si le fond ne change pas, ce soit l?intitulé qui change et qu?aux élus de l?opposition parisienne on substitue l?exécutif municipal. Ce ne sont pas des façons de faire. Vous devriez plutôt nous rejoindre et voter notre v?u plutôt que de faire de la politique politicienne en essayant de déshabiller Pierre pour habiller Anne.

(Rires et applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons aux opérations de vote.

Monsieur NAJDOVSKI, vous avez la parole

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Juste un mot pour répondre à M. MENGUY sur la méthode, pour vous dire : ne vous sentez pas du tout stigmatisé, puisque nous procédons de la même façon avec les v?ux qui sont déposés par des élus de la majorité municipale, et ce sera le cas d?ailleurs du v?u déposé par les élus du 20e. Il n?y a aucune volonté de stigmatiser qui que ce soit. Nous proposerons même, vous le verrez, dans le cadre du v?u qui a été déposé par vos collègues du 16e arrondissement. Vous voyez, quand on peut travailler en bonne intelligence et en amont, on le fait bien volontiers.

Sachez que nous sommes tout à fait preneurs de cette démarche et qu?il n?y a aucune volonté de brimer qui que ce soit.

M. Jean-François LAMOUR. - Juste un mot. Il a été attaqué personnellement.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je veux bien? On peut passer 10 minutes sur un v?u !

Monsieur MENGUY, rapidement s?il vous plaît ! On s?amuse, mais bon?

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Dans un esprit constructif, Monsieur le Maire, je prends acte de ce que M. NAJDOVSKI vient de dire et je vous propose une rédaction commune du v?u que nous avons déposé. Je vous propose que l?on insère : ?étudie la possibilité de construction sur la parcelle d?un équipement public, et en priorité d?une crèche, au 99, Olivier de Serres?.

Je crois que c?est une rédaction qui ferait la synthèse des deux de façon pragmatique et constructive.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Sauf que ce v?u n?a pas été déposé et que vous avez l?habitude de réclamer que l?on vote sur les v?ux écrits.

(Réactions sur les bancs de l?opposition).

Je m?en remettrai à la sagesse de M. NAJDOVSKI.

D?une façon générale, je me permets, à la lumière de ce que vient de dire Christophe NAJDOVSKI, d?inviter les adjoints, pour la clarté de nos échanges et des séances, à ne pas redemander si les élus dépositaires d?un v?u le retirent ou pas, ils l?ont déposé, l?avis est favorable ou défavorable ; ce sera beaucoup plus simple.

Là, vous voyez bien le petit jeu? Il n?y a pas que vous, Monsieur MENGUY, c?est normal? On redemande le retrait alors qu?on a dit qu?on était contre, ce qui remet un euro dans la machine, et cela repart ; honnêtement, personne n?y gagne.

Les présentations sont limpides de part et d?autre, allons à l?essentiel et soyons efficaces !

Avis défavorable de l?Exécutif sur le v?u n° 94 au bénéfice du v?u n° 94 bis. Je soumets le v?u n° 94 avec un avis défavorable de l?Exécutif?

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Drôle de façon de faire !

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Comme M. NAJDOVSKI vous l?a indiqué, il est tout à fait loisible, y compris avec des élus de l?opposition, de travailler en amont pour arriver à des formulations communes. Je vous invite à vous y préparer pour une autre séance.

M. Jean-François LAMOUR. - Je demande la parole.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Sur le n° 94, avec un avis défavorable, qui est pour ?

M. Jean-François LAMOUR. - Suspension de séance, Monsieur le Maire, puisque vous n?acceptez pas?

(Réactions sur les bancs de la majorité).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - C?est un peu puéril, pardonnez-moi !

Une minute et on reprend !