Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la communication de la Mairie de Paris concernant la mise en place de double sens cyclable dans les zones 30.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2010


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 79 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à la communication de la Mairie de Paris concernant la mise en place du double sens cyclable dans les zones 30.

Il doit nous être présenté par Mme Géraldine POIRAULTGAUVIN, en une minute.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN . - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, le Conseil de Paris a adopté en juin dernier son plan vélo à l?unanimité, et je m?en réjouis. Nous suivons d?ailleurs de près son application dans les quartiers, et notamment l?aménagement des contresens cyclables dans les zones 30 qui sont concernées par cette mesure.

Cette mesure, je le rappelle, découle de la mise en oeuvre du décret du Premier Ministre du 30 juillet 2008 qui modifie le Code de la route et démontre que l?État et la Ville peuvent agir de concert en faveur des déplacements doux dans la ville.

Toutefois, force est de constater que la communication sur la mise en ?uvre de cette mesure n?a pas été suffisante. La faute est certes partagée entre la Ville de Paris et l?État, qui doivent renforcer la prévention et l?accompagnement pédagogique de cette mesure sur ces aménagements nouveaux dans les quartiers.

Sachez d?ailleurs que nos deux députés dans le 15e arrondissement, Philippe GOUJON et Jean-François LAMOUR, ont déposé une question écrite au Gouvernement pour demander un renforcement de la communication.

Un effort de la Ville serait donc également opportun dans l?intérêt de la sécurité des cyclistes mais aussi de tous les autres usagers de la voie publique.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Madame POIRAULT-GAUVIN.

La parole est à Mme Annick LEPETIT pour vous répondre.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Je remercie Géraldine POIRAULT-GAUVIN de nous avoir informés que les députés GOUJON et LAMOUR avaient déposé une question écrite, en sachant que les questions écrites tardent souvent à recevoir une réponse, mais ce n?est pas une critique de ce Gouvernement passé, présent et à venir : c?est tout simplement la loi du genre. En tout état de cause, si nous pouvons plaider ensemble auprès de la déléguée interministérielle par exemple, qui estime qu?elle a déjà fait une campagne en ayant publié un communiqué qui, certes, a été repris par l?Agence France Presse, mais cela n?est pas allé plus loin, je pense que nous finirions sans doute par y arriver.

En effet, vous l?avez dit, nous avons déployé une communication qui est une communication de la Ville de Paris, c?est-à-dire une communication de proximité, qui s?est faite dans les 20 arrondissements, avec l?aide d?ailleurs des mairies d?arrondissement, et directement auprès des habitants. Mais rien ne remplace une campagne nationale, surtout dans le domaine de la sécurité routière, puisqu?il s?agit bien de cela. Il s?agit aussi de nouvelles pratiques, de nouvelles mesures qui sont instituées dans toutes les villes de France aujourd?hui et nous ne sommes donc pas les seuls à Paris à demander une campagne nationale auprès du Gouvernement. Plus nous serons nombreux à le faire, mieux ce sera.

Concernant la communication de proximité, nous continuons à la poursuivre au fur et à mesure des demandes des mairies d?arrondissement puisqu?il y a des plaquettes qui restent tout à fait d?actualité. Rien n?empêche les mairies d?arrondissement d?organiser des expositions, des conférences, avec l?aide des conseils de quartier. Nous sommes à leur disposition pour poursuivre cette communication qui a ?uvre de prévention.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN . - Vous allez voter ?

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Non, je demande le retrait du v?u puisque, encore une fois, j?ai le sentiment que ce v?u ne s?adresse pas au Maire de Paris mais plutôt au nouveau Ministre des Transports.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - C?est très clair. Ce v?u reçoit donc un avis défavorable de l?Exécutif.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.