Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

218 - QOC 2001-393 Question de M. Jack-Yves BOHBOT à M. le Préfet de police concernant les chiffres de la délinquance dans les 13e et 14e arrondissements pour les 9 premiers mois de 2001, ainsi que les effectifs de police qui y sont affectés

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"M. Jack-Yves BOHBOT demande à M. le Préfet de Police de lui communiquer les chiffres relatifs à la délinquance sur les 13e et 14e arrondissements pour l'année 2000 et les 9 premiers mois de l'année 2001.
Il souhaiterait que lui soient communiqués les effectifs des services de police des 13e et 14e arrondissements de Paris pour les années 2000 et 2001."
Réponse (M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE) :
"Je viens d'adresser, le 15 octobre dernier, à l'ensemble des élus de la capitale, une note de synthèse sur l'évolution de la délinquance à Paris au cours des neuf premiers mois de l'année 2001.
Ce document sera suivi, comme chaque année, de l'envoi, au début de l'année 2002, d'une brochure détaillée présentant le bilan global et l'analyse des faits constatés pour chacun des vingt arrondissements de Paris, en 2001.
D'ores et déjà, dans le cadre de la procédure de déclinaison territoriale du contrat parisien de sécurité dans chaque arrondissement, qui vient d'être engagée, en relation très étroite avec les maires d'arrondissement, j'ai demandé que les commissaires centraux communiquent à ces derniers les principales données sur la délinquance dans l'arrondissement et sur l'activité des services de police locaux.
S'agissant des effectifs, il convient de rappeler qu'ils fluctuent, tout au long de l'année, en fonction des différents mouvements de personnels (on enregistre traditionnellement à la fin de l'été un volume important de mutations vers la province, alors que la période septembre - avril est marquée par de nombreuses affectations de jeunes gardiens de la Paix en sortie d'écoles de police). Il n'existe donc pas de chiffres stables pour chacune des années 2000 et 2001, mais il est possible de comparer les effectifs à des dates identiques d'une année sur l'autre.
Aussi est-il proposé de prendre comme référence les chiffres au 1er janvier.
Les effectifs de police, en fonction dans les 13ème et 14ème arrondissements, se répartissent de la manière suivante :
Pour le 13e arrondissement :
Au 1er janvier 2000, 336 fonctionnaires de police et 40 adjoints de sécurité, soit un total de 376 agents ;
Au 1er janvier 2001, 371 fonctionnaires de police et 31 adjoints de sécurité, soit un total de 402 agents.
Pour le 14e arrondissement :
Au 1er janvier 2000, 277 fonctionnaires de police et 38 adjoints de sécurité, soit un total de 315 agents ;
Au 1er janvier 2001, 287 fonctionnaires de police et 31 adjoints de sécurité, soit un total de 318 agents.
Je souhaite préciser que ces états n'intègrent pas les effets du plan de redéploiement engagé en juin dernier, visant à renforcer la présence de la police urbaine de proximité dans les quartiers.
La réalisation complète de ce plan, qui bénéficiera à tous les arrondissements de la Capitale, ne manquera pas d'entraîner, à son échéance au printemps 2002, une augmentation très sensible des effectifs de police actuellement mis à la disposition de ces deux commissariats centraux.
Je rappellerai enfin qu'au-delà des moyens propres, engagés dans chacun de ces arrondissements, ces derniers bénéficient également de l'appui des services à compétence territoriale ou spécialisée (divisions territoriales ou brigades centrales de police judiciaire, brigades anti-criminalité de secteur, compagnies d'intervention en mission de sécurisation, service de protection et de surveillance des réseaux ferrés parisiens, ...)."