Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

106 - IV - Questions du groupe du Mouvement des citoyens.QOC 2001-309 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des Citoyens à M. le Maire de Paris à propos de la création de navettes fluviales sur la Seine

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens attirent l'attention de M. le Maire de Paris sur la nouvelle politique des déplacements à Paris qui vise, en particulier, à renforcer la diversité des modes de transport peu polluants.
A ce titre, l'usage de la voie d'eau, et notamment de la Seine, constitue un axe d'intervention en matière de transport collectif qu'il convient de privilégier.
C'est pourquoi M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens proposent depuis plusieurs années la mise en service d'une ligne régulière de navettes fluviales rapides destinée à desservir la partie centrale de Paris.
Ils proposent de créer cette ligne de transport public de voyageurs sur l'intégralité du bief de Paris, en reliant par exemple les écluses de Suresnes à celles d'Alfortville.
Une étude sur ce sujet avait en effet été réalisée, il y a plusieurs années, par la R.A.T.P. : le potentiel d'une telle ligne de voyageurs avait été estimé à un million de personnes par an. Le Port autonome de Paris était prêt à financer l'aménagement des escales, la R.A.T.P. à participer au capital nécessaire, les collectivités riveraines s'étaient montrées intéressées ainsi que les Bateaux parisiens qui gèrent les batobus. La Seine pouvant constituer l'infrastructure, il reste à financer les bateaux.
Si la Ville de Paris s'investissait dans ce projet, une solution pourrait rapidement être mise au point qui rendrait aussi cette ligne accessible avec la carte orange.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent donc à M. le Maire de Paris de mettre à l'étude, avec l'aide des partenaires concernés, le Port autonome de Paris, la R.A.T.P. et le Syndicat des transports d'Ile-de-France en particulier, la mise en ?uvre d'une telle ligne de navettes fluviales, afin que celle-ci puisse être opérationnelle dans les meilleurs délais."
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"L'usage de la voie d'eau, objet de la présente question orale a déjà fait l'objet d'une étude en 1994 sur les transports par bateaux réalisée par le Conseil général des Ponts et Chaussées.
Ce mode de déplacement sera évoqué dans le cadre du PDP tant pour le déplacement des personnes que pour le transport des marchandises, l'évacuation des déblais et l'approvisionnement des chantiers.
Pour le déplacement des personnes, l'usage de la voie d'eau présente les avantages suivants :
- un système de navettes régulières permettrait d'attirer un grand nombre de touristes et donc de diminuer de façon sensible les nuisances occasionnées par la circulation et le stationnement des autocars de tourisme dans le centre de Paris ; à Bercy, la présence d'un ponton et d'un parc de stationnement pour autocars va dans ce sens, une recherche d'un parc de stationnement pour autocars avec un embarcadère correspondant dans l'Ouest de Paris est à l'étude ;
- certains déplacements parisiens pour loisirs pourraient se faire par ces navettes ;
- certains trajets domicile-travail, pourraient être effectués par le fleuve, les temps de trajet étant plus longs mais plus agréables que par les transports en commun souterrains.
Afin d'essayer de tendre vers un équilibre financier pour ce système de transport, différentes actions seront à engager :
sur le plan technique : augmenter la vitesse autorisée sur le bief de Paris et simplifier les procédures d'accostage ;
- sur le plan commercial : augmenter le nombre d'escales et adapter l'accès à la Ville ceci ayant pour conséquence de disposer d'une flotte importante et d'ouvrir son accès aux détenteurs de carte orange et autres titres habituels de transport en commun ;
sur le plan financier : des investissements par les organismes publics (STIF, Port autonome de Paris, Région, Ville de Paris) y compris celui des bateaux et l'exploitation des lignes sous une forme à déterminer (exemple concession)."