Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

114 - QOC 2001-399 Question de M. Claude GOASGUEN et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Préfet de police relative à la présence d'objets et de sacs d'ordures encombrant les chaussées malgré l'application du plan "Vigipirate"

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"L'application du plan "Vigipirate renforcé" entraîne des suggestions concernant l'utilisation des poubelles publiques. Le plan "Vigipirate" entraîne ainsi des suggestions quant au contrôle des dépôts d'objets dans les rues qui doivent être surveillés, contrôlés et ôtés de la voie publique.
À la grande surprise des Parisiens qui acceptent cette discipline difficile, les rues de Paris sont restées encombrées pendant plusieurs jours de sacs pleins d'ordures débordant largement sur la chaussée sans qu'aucun contrôle ne soit opéré, sans qu'aucune réquisition ne soit faite pour ôter, dans des lieux, stratégiques, les déchets ainsi répandus sur la chaussée.
Les Parisiens ont le sentiment que ni la police ni l'armée ne s'en préoccupent. Ils ont ressenti cela comme un laxisme coupable de la part des autorités chargées d'assurer la propreté et leur sécurité.
Certes la grève des éboueurs constitue un problème mais celle-ci était connue et n'imposait pas des mesures de substitution au moins partielles.
M. le Préfet de police peut-il expliquer à M. GOASGUEN et aux membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" quelles sont les raisons qui l'ont poussé à ne pas intervenir dans ce domaine et quelles seront, en cas de nouveaux incidents, les mesures qu'il compte proposer aux Parisiens pour assurer son rôle de gardien de la sécurité dans le cadre du plan "Vigipirate renforcé"."
Réponse (M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE) :
"Les effectifs de la police de quartier de la Direction de la Police urbaine de proximité, fidélisés sur des aires géographiquement limitées, connaissent parfaitement les secteurs dont ils ont la responsabilité.
Dans le cadre de la mise en ?uvre du plan "Vigipirate" renforcé, ces fonctionnaires ont, notamment, pour instruction de procéder à des contrôles des véhicules en stationnement et des objets ou paquets déposés par des particuliers sur la voie publique.
En cas de détection d'éléments suspects, l'état-major de la Direction de la Police urbaine de proximité est aussitôt saisi, afin que les services spécialisés, notamment le laboratoire central de la préfecture de police, interviennent sur les sites concernés. 382 objets ont ainsi été signalés par la police de quartier, depuis le 11 septembre 2001, et au total, 480 interventions ont été réalisées par les fonctionnaires du Laboratoire central.
Ces instructions étant appliquées avec la plus grande rigueur et toute la vigilance nécessaire, l'absence momentanée de collecte des ordures que vous signalez n'a pas eu d'incidence majeure sur les conditions de sécurité des Parisiens.
Par ailleurs, je tiens à préciser que ce problème ne s'est posé que sur une très courte durée (trois jours), et je puis vous assurer que, comme cela a déjà été le cas dans le passé, sa prolongation aurait conduit la Préfecture de police à prendre les mesures adaptées."