Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

65 - 2001, DAC 327 - Subvention à l'association "Le Génie de la Bastille" (11e). - Montant : 60.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DAC 327 relatif à l'attribution d'une subvention à l'association "Le Génie de la Bastille".
Je donne la parole à M. DAGUENET.
M. Jacques DAGUENET. - ... Je voudrais intervenir pour dire deux choses : la première c'est de dire évidemment, mon accord profond, à la proposition de subvention pour l'association "Le Génie de la Bastille", d'autant plus que cette association est remarquable et reconnue et ce, à plusieurs titres :
- d'abord, elle a un véritable rayonnement. Ainsi, les quatre jours "Portes Ouvertes" organisés par cette association, les 5, 6, 7 et 8 octobre, ont connu un très grand succès qui dépasse d'ailleurs le 11e arrondissement.
La deuxième chose, c'est que je voudrais rebondir sur un des engagements que nous avons pris lors des Municipales.
Je rappelle que nous nous étions engagés à réaliser dans les plus brefs délais un inventaire des lieux libres et disponibles pour accueillir des activités culturelles de création.
Effectivement les artistes à Paris doivent trouver leur place dans la cité au sens propre comme au sens figuré. Les deux sens sont indissociables. Il faut savoir quels lieux peuvent être proposés aux artistes pour créer afin que Paris ne continue pas à être muséifié. La ville lumière doit être en capacité d'accueillir et d'installer de jeunes créateurs et ce même, dans les quartiers les plus riches.
Voilà des questions qui me semblent importantes d'autant plus que des milliers de mètres carrés sont actuellement laissés libres. Beaucoup d'opérations immobilières dans l'attente d'une mise en valeur plus lucrative, laissent des lieux vacants, alors même que des baux provisoires pourraient être passés avec des collectifs d'artistes.
Monsieur le Maire, nous demandons à un ce qu'un inventaire complet des lieux actuellement disponibles soit très vite lancé par la Ville de Paris. Nous sommes attendus sur cette question. Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je donne la parole à M. BLOCHE pour une intervention et pour présenter l'amendement qu'il a déposé.
M. Patrick BLOCHE. - Merci, Monsieur le Maire.
Effectivement, j'évoquerai le projet de délibération et l'amendement que je présente au nom du groupe socialiste et radical de gauche de façon concomitante.
Ce projet de délibération est un projet connu par notre Assemblée. Il vise à l'attribution de la subvention annuelle à une association d'artistes plasticiens qui s'appelle le Génie de la Bastille et qui, historiquement, est la première association constituée par des artistes plasticiens à Paris.
Le Génie de la Bastille ayant vu le jour très exactement il y a 12 ans, il est sûr que la légitimité de cette association ne saurait être contestée.
Cette association s'est fait d'abord connaître en organisant des journées Portes Ouvertes avec une nouvelle édition, au mois d'octobre, dans le quartier Bastille, côté 11e et côté 12e.
Cette association a souhaité aller plus loin, notamment en développant un certain nombre de projets d'échanges entre artistes étrangers et artistes de la Bastille. Des échanges créatifs, visant à ce qu'il y ait des accueils réciproques.
Les artistes de la Bastille se rendant en Corée, ou au Japon ou dans un certain nombre d'autres pays, souvent très loin, et, en contrepartie, les artistes dudit pays se rendant à Paris, en étant accueillis par les artistes membres du Génie de la Bastille.
De fait, le soutien de la Ville à cette association est pleinement justifié.
J'avais déjà eu l'occasion, lors de la précédente mandature de souhaiter qu'un effort un peu plus important soit fait en faveur de cette association.
J'ai d'ailleurs été entendu et je rends hommage à Mme MACÉ de LÉPINAY et donc à ceux qui étaient en responsabilité l'année dernière pour avoir voté et fait voter une subvention exceptionnelle de 60.000 F en dehors de la subvention habituelle attribuée à cette association pour justement soutenir leurs échanges internationaux.
En cohérence avec ce que j'ai fait précédemment avec les ateliers de Ménilmontant, dont je précise d'ailleurs qu'ils sont situés essentiellement dans le 20e arrondissement, comme je l'ai fait à la précédente séance pour les artistes à la Bastille, et en étroite collaboration avec Christophe GIRARD, dans un souci de contribution naturellement positive, je suis amené à proposer un amendement visant de façon proportionnelle aux efforts précédents, à porter cette subvention de 60.000 à 80.000 F.
Comme lors de la dernière séance, l'amendement du même type que j'avais déposé en faveur des artistes à la Bastille avait fait naître certaines interrogations qui ont pu surgir, y compris en 9e Commission, m'a-t-on dit, j'ai souhaité que ma démarche ne soit pas individuelle et qu'elle puisse s'inscrire dans un cadre collectif.
Cet amendement s'appuie, je le signale à notre Assemblée, sur un v?u qui a été présenté et défendu devant le Conseil du 11e arrondissement visant à porter cette subvention de 60.000 F à 80.000 F.
Ce v?u a été adopté évidemment à l'unanimité du Conseil du 11e arrondissement, toutes les familles politiques étant représentées dont celle de Mme TISSOT qui connaît bien cette association pour en avoir été l'interlocutrice à la mairie du 11e avant moi.
Voilà, Monsieur le Maire, la présentation et la logique de cet amendement. J'arrêterai sans doute là mon travail si j'ose dire de remise à niveau. Je vous rassure.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur GIRARD, vous avez la parole pour répondre.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je vais commencer par une confidence : certes, j'ai bien retenu les conseils prodigués par le Président SÉGUIN la dernière fois sur une demande de même nature, et si je suis sensible en effet au charme personnel de M. SÉGUIN depuis que son look à la "Hemingway" a fait quelques ravages dans notre hémicycle, j'ai dû me rendre à la raison.
L'argument que je n'avais pas en 9e Commission lorsque nous avons débattu et quand j'ai découvert un peu tard cette demande, est que Mme TISSOT et le Conseil municipal du 11e, à l'unanimité, ont voté cette demande. Ceci m'enlève, je dirai, un peu de légitimité pour éventuellement faire une demande de retrait à tel ou tel élu qui défend avec vigueur les actions culturelles de son arrondissement, et je pense que c'est le rôle en effet des élus de le faire et Patrick BLOCHE le fait remarquablement bien - avis aux amateurs -.
A partir du moment où il y a unanimité, je pense que mon rôle n'est pas de jouer aux petits chefs et de dire "écoutez, j'ai une position qui est celle-là, qui est une position technique et économique et je n'en bougerai pas".
Je pense que je dois en effet accepter qu'un Conseil d'arrondissement vote telle subvention à l'unanimité car c'est aussi cela la décentralisation.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Les Verts" et socialiste et radical de gauche).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je vous remercie.
Monsieur SÉGUIN, vous avez la parole.
M. Philippe SÉGUIN. - Pour une explication de vote.
Je vais avoir une minute seulement pour résister aux tentations qu'exerce M. GIRARD. Je vais essayer de le faire victorieusement.
Ce que je voudrais dire, c'est que de deux choses l'une, ou bien M. GIRARD évalue mal les subventions et si cette association était si méritante au point d'obtenir les votes qu'il a rappelés, que ne s'en est-il rendu compte auparavant ? J'en arrive à me demander si sur les centaines d'autres subventions que nous votons, il n'a pas commis la même erreur que s'agissant de M. BLOCHE.
C'est une première hypothèse qui pourrait être la bonne.
Ou bien ce sens de la concertation que M. GIRARD reconnaît à M. BLOCHE s'exerce visiblement après que M. GIRARD ait pris les décisions de proposition et pas auparavant.
Ce que je voudrais suggérer à M. BLOCHE dès lors qu'il sent que les mérites des associations de son arrondissement ne sont pas suffisamment reconnus par M. l'Adjoint chargé de la Culture, c'est d'aller le voir avant qu'il ne prépare ses délibérations. Cela nous évitera d'avoir à nous poser des questions dont M. BLOCHE s'est fait l'écho et qu'il a regrettées, à savoir : est-il réservé au président du groupe le plus important de cet hémicycle la possibilité d'obtenir, Conseil après Conseil, une réévaluation, rien que pour lui, des subventions concernant les associations de son arrondissement ?
C'est la raison pour laquelle nous nous abstiendrons sur le principe sur la proposition.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour la République et apparentés", "Démocratie libérale et indépendants", "Ensemble pour Paris", Union pour la démocratie française).
M. Patrick BLOCHE. - Ecoutez, je me suis trouvé amené à prendre cette initiative tout simplement parce que recevant, comme chacun d'entre nous, ce projet de délibération, j'avais constaté que la subvention était d'un montant de 60.000 F comme l'année dernière mais ayant souvenir - vous me détromperez si je fais une erreur - qu'en octobre dernier il y un an, vous aviez fait les portes ouvertes avec M. DEVAQUET et Mme TISSOT dans le cadre tout à fait légitime d'une campagne électorale, je pensais que votre sensibilisation à cette association et à d'autres vous aurait amené a posteriori à prendre une initiative du même type que la mienne.
De ce fait, je suis persuadé que si vous aviez proposé un amendement proposant de porter cette subvention de 60.000 à 80.000 F dans un esprit de concertation qui est celui qui existe entre M. GIRARD et moi-même, je suis sûr que vous auriez reçu le même accueil et que j'aurais eu grand plaisir à dire aujourd'hui combien le groupe socialiste et radical de gauche vous accompagnerait dans ce vote.
M. Philippe SÉGUIN. - Le refus du favoritisme dans notre esprit est tel que même lorsque nous sommes bien reçus dans une association, ça n'est pas une raison pour nous d'aller contre les propositions qui sont formulées par M. l'adjoint à la Culture.
M. Patrick BLOCHE. - Dites les choses plus directement. Vous êtes en train de dire que Christophe GIRARD, adjoint à la Culture, accorde une sorte de droit de tirage au Président du groupe socialiste et radical de gauche par un esprit de favoritisme.
M. Philippe SÉGUIN. - A son corps défendant !
M. Patrick BLOCHE. - Je ne sais si son corps est défendant...
(Rires)
... et vous entrez sur un terrain où je vous laisserai, mais passons...
Cela dit, je voudrais seulement vous faire observer, à mon corps défendant cette fois, que j'ai plaidé la cause des Ateliers de Ménilmontant qui sont situés dans le 20e et que, deuxièmement, la demande que je formule aujourd'hui est une demande qui est appuyée par un v?u unanime du Conseil du 11e.
Donc je suis sûr que Mme TISSOT ou les élus des différentes sensibilités du Conseil en tireront le même bénéfice politique que toutes les composantes du Conseil de Paris aujourd'hui.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci. Les Présidents des groupes n'ont qu'un privilège ici c'est de pouvoir se livrer de temps en temps à un petit débat de ce type. Pour le reste, tous les Conseillers de Paris peuvent proposer des amendements pouvant majorer telle ou telle subvention.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement n° 51 déposée par M. BLOCHE.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition d'amendement n° 51 est adoptée.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 327 amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DAC 327).