Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

162 - QOC 2001-307 Question de Mme Géraldine MARTIANO et des membres du groupe Union pour la Démocratie Française à M. le Maire de Paris sur les problèmes d'éclairage public dans certaines rues de la Capitale

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"Mme Géraldine MARTIANO et les membres du groupe Union pour la Démocratie française, constatant que certaines rues de Paris demeurent encore peu ou mal éclairées et sont donc source d'insécurité pour les riverains ou les passants, demandent à M. le Maire de Paris si la Municipalité envisage de procéder, dans les mois à venir, à un recensement de ces rues pour élaborer un programme d'équipement en éclairage public de celles-ci."
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"L'éclairage public est un élément majeur du cadre de vie nocturne urbain ; il assure confort et sécurité et, à ce titre, il est une préoccupation constante de la municipalité depuis de nombreuses années.
Les niveaux d'éclairement sur les voies et espaces publics sont définis par des normes françaises et européennes qui s'imposent pour tout projet neuf ou de rénovation.
Le fichier technique des installations qui comporte plus de 100.000 points lumineux dans les voies de surface permet de connaître précisément l'ancienneté des équipements.
C'est l'élément principal utilisé pour établir la programmation technique et budgétaire des investissements, en liaison étroite avec les maires d'arrondissement, dans les voies dont l'éclairage doit être modernisé. Ce budget annuel est d'environ 50 millions de francs. D'autres voies sont également traitées lors d'opérations d'aménagement financées sur les budgets d'environnement, d'îlots de rénovation et de voies privées.
Une étude est également en cours pour établir un schéma directeur financier de l'éclairage public. Son objectif est de définir le niveau d'investissement constant qui permet, sur le long terme, d'aboutir au renouvellement des installations lorsqu'elles atteignent l'ancienneté conventionnelle de limite de service. Ce schéma directeur, qui doit être achevé en fin d'année, sera un puissant élément pour une meilleure programmation et une résorption progressive d'une certaine vétusté du parc.
Par ailleurs, la Ville de Paris a confié l'exploitation de l'éclairage public et des illuminations à E.D.F./Eclairage public au titre d'une convention en date du 22 décembre 1989.
Cette convention fixe les tâches imposées à l'exploitant, relatives au maintien du niveau de l'éclairement et de la maintenance des installations.
La Ville de Paris contrôle le bon fonctionnement des installations dans les 80 quartiers de Paris auxquels s'ajoutent les voies des Bois de Boulogne et de Vincennes.
Le taux de pannes constaté est inférieur à 1 % pour 1.500.000 points lumineux contrôlés annuellement et celles-ci sont signalées à un service de dépannage de l'exploitant disponible 24 h / 24 h. La remise en service doit intervenir dans les 48 h au titre de la convention.
Cependant, la Ville de Paris et E.D.F./Eclairage public sont confrontés depuis 2 à 3 ans aux dégradations des installations dues au vandalisme.
La Direction de la Voirie et des Déplacements et E.D.F./EP ont étudié des modifications des installations et de l'alimentation des luminaires pour rendre plus difficiles les dégradations sur les appareils eux-mêmes.
Des aménagements spécifiques sont étudiés au cas par cas en fonction de l'ampleur et de la nature des dégradations, mais la diminution des actes vandalisme nécessite avant tout une surveillance accrue des services de police."