Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

10 - II - Question d'actualité de M. TAITTINGER à M. le Maire de Paris relative aux moyens mis en place pour assurer une propreté de qualité dans la Capitale

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons à la question d'actualité de M. TAITTINGER relative à la propreté dans la Capitale.
La parole est à M. TAITTINGER.
M. Pierre-Christian TAITTINGER, maire du 16e arrondissement. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, pendant la récente campagne municipale il y avait un point sur lequel tous les Parisiens et les candidats étaient d'accord, les efforts qu'il fallait réaliser pour améliorer la propreté dans Paris. A ce sujet, vous aviez fait des déclarations intéressantes.
La situation, aujourd'hui et malheureusement, est tout autre. Je sais que si j'en crois la presse, pendant les dernières vacances vous vous êtes énervé, vous vous êtes demandé si un jour vous ne seriez pas amené vous-même à procéder au balayage de Paris, j'étais d'ailleurs prêt à vous aider dans cette tâche.
Ce que nous constatons à l'heure actuelle c'est que depuis que les mesures de sécurité que la Préfecture de police a demandées ont été prises, mesures qui, souvent, ne paraissent pas correspondre exactement à la réalité des problèmes qui nous sont posés, la situation n'a été qu'en se dégradant.
Nous arrivons à un degré qui, aujourd'hui, n'est plus acceptable. Alors ce que je vous demanderai c'est d'envisager un plan "Vigipirate" pour la propreté, tenant compte de ces servitudes qui sont imposées et pour lesquelles nous n'apportons pas de réponse. Je n'incrimine personne, c'est un état de fait.
Paris est, à l'heure actuelle, une des villes les plus sales d'Europe alors qu'il y a une dizaine d'années elle figurait au contraire parmi les villes exemplaires. Je pense qu'un effort gigantesque s'impose.
Je ne me permettrais pas de vous apporter des solutions, tel n'est pas le rôle d'une question d'actualité, il s'agit seulement d'attirer l'attention du Maire sur un problème que ressentent tous les Parisiens, il s'agit seulement de lui demander d'entreprendre un effort considérable en tenant compte des réalités.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci, Monsieur TAITTINGER.
M. CONTASSOT va vous répondre. Je rappelle à tous les intervenants, à ceux qui posent la question et à ceux qui répondent qu'ils ne disposent pas de plus de 2 minutes 30. Vous avez fort bien respecté votre temps.
M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Un plan d'action spécifique a été conçu au cours de l'été. Il visait à organiser de nouveaux modes d'intervention des services pour offrir aux Parisiens des prestations améliorées. Au-delà de ce plan de relance de la propreté, une réflexion a été par ailleurs engagée pour remédier à une faiblesse structurelle de la propreté à Paris qui tient à l'organisation du travail dans certains arrondissements, ceux où les effectifs des agents municipaux sont insuffisants en fin de semaine.
Cependant, vous le savez, les mesures arrêtées n'ont pas pu être annoncées publiquement et pour certaines pas mises en oeuvre en raison des contraintes posées par le déclenchement du plan "Vigipirate renforcé" qui a nécessité la condamnation d'environ 13.000 des 16.000 corbeilles installées sur l'espace public.
Sur ce point il faut rappeler que les arbitrages budgétaires réalisés en 1997 au moment du dernier renforcement de "Vigipirate" n'avaient pas permis aux services de la Direction de la Protection de l'Environnement de faire l'acquisition d'un parc de réceptacles sécurisés. Le 11 septembre, seuls 1.800 réceptacles sécurisés étaient ainsi disponibles.
Nous avons dû redoubler d'effort, et chaque Parisien a pu le constater, ce qui nous a permis de mettre en place dans Paris près de 6.600 mobiliers "porte sacs".
Ce processus va se poursuivre très activement puisque dès le début novembre nous serons à 13.000 réceptacles opérationnels et début 2002, comme l'a dit Christian SAUTTER ce matin, nous aurons 20.000 corbeilles, donc 4.000 de plus qu'avant le plan "Vigipirate".
Il s'agit là non seulement d'un rattrapage mais d'un dépassement sensible de ce qui existait puisque 2.000 corbeilles supprimées en 1997 n'avaient pas été remplacées pendant les quatre années suivantes.
Par ailleurs, nous avons considérablement augmenté les tournées de collecte et de vidage des corbeilles ainsi que le ramassage des déchets abandonnés près des réceptacles obturés. Cette réactivité permettra d'engager dans de bonnes conditions le plan de relance de la propreté qui sera prochainement mis en oeuvre et appuyé sur une vaste campagne d'information prévue à partir de la mi-février prochain.
Cette campagne fera appel au civisme des Parisiens mais ce ne sera pas suffisant car il faut également prévoir d'autres moyens. Les maires d'arrondissement ont tous été réunis et seront associés de manière extrêmement étroite à ce plan de relance.
Précisons enfin que nous avons d'ores et déjà également remis en ?uvre...
M. LE MAIRE DE PARIS. - Vous avez largement dépassé votre temps, Monsieur CONTASSOT.
M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Je termine... remis en ?uvre les dispositions qui avaient été quasiment arrêtées en début d'année sans doute pour cause d'échéance électorale, visant à verbaliser les contrevenants puisque sur les 3 premiers mois de l'année moins de 120 contraventions par mois ont été délivrées et nous en sommes à plus de 400 en moyenne mensuelle.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.