Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

214 - QOC 2001-389 Question de M. Jack-Yves BOHBOT à M. le Maire de Paris sur la responsabilité de la gestion du Carreau du Temple (3e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"Un adjoint au Maire du 3e arrondissement a demandé aux commerçants du "Carreau-du-Temple" de cesser leur activité du 3 au 11 octobre, prenant prétexte de l'organisation de défilés de haute couture dans cette halle.
Or, seule la Mairie de Paris assure la responsabilité de la gestion du "Carreau-du-Temple.
M. Jack-Yves BOHBOT souhaiterait connaître la position de M. le Maire de Paris sur cette décision municipale contraire à la réglementation édictée par la loi P.M.L."
Réponse (Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe) :
"Aux termes de l'article 10 de la loi P.L.M., les marchés sont des équipements gérés par la Mairie de Paris. Le Carreau-du-Temple en fait partie.
Il est à noter que l'évolution commerciale de ce marché est en régression depuis plusieurs années, le nombre de commerçants diminue et la clientèle est moins présente.
Outre son occupation pour des activités sportives les après-midi, le Carreau-du-Temple est régulièrement sollicité, ces dernières années, pour des manifestations exceptionnelles, défilés de mode, tournages de films, festivals musicaux, pour lesquelles son architecture se prête parfaitement. Les droits d'occupation du domaine public correspondants font l'objet de versements au budget municipal.
Ces derniers mois ont vu un développement de cette activité et la mairie du 11e arrondissement a fait connaître son souhait de revaloriser ce site dans un cadre d'animation culturelle de quartier.
Un projet de réhabilitation du Carreau est actuellement envisagé afin de trouver une solution à la désaffection commerciale du lieu et de permettre une meilleure utilisation de l'espace en veillant à ce que l'ensemble des activités concernées puissent coexister."