Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

101 - QOC 2001-343 Question de M. Jacques DAGUENET et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur la création d'un corps d'agents spécialisés de la Petite enfance dans les crèches

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à la question de M. Jacques DAGUENET à M. le Maire de Paris relative à la création d'un corps d'agents spécialisés de la Petite enfance dans les crèches.
La parole à M. DAGUENET.
M. Jacques DAGUENET. - Merci, Monsieur le Maire.
"Le manque de places en crèche au c?ur de la bataille pour la Mairie de Paris", titrait "Le Monde" du 28 février. Il est certain que le refus de l'ancienne majorité de prendre à bras le corps cette question et, au contraire, les engagements pris à gauche, ont dû compter dans les résultats de mars dernier.
Depuis, chacun sait que la nouvelle majorité a fait de la petite enfance une de ses principales priorités.
Nous nous réjouissons des mesures prises et envisagées, notamment des 750 places annoncées dans le budget 2002. En même temps, créer des équipements nouveaux pour accueillir plus d'enfants, c'est aussi prévoir l'embauche de personnel qualifié pour assurer un accueil de qualité.
Or, la volonté nouvelle s'est trouvée confrontée à l'accumulation de difficultés, notamment à de véritables difficultés de recrutement de personnel qualifié dues à un manque d'attractivité des postes ouverts par la Ville mais aussi aux démarches auprès des écoles de formation des auxiliaires qui ont perdu, c'est le moins qu'on puisse dire, leur dynamisme et enfin aux conditions internes qui dénotaient paraît-il - et cela est un héritage du passé - une certaine idée du management qui entraîne des conditions de travail difficiles. Dernière chose, la mise en place de la R.T.T. nécessite l'embauche de personnels qualifiés.
Devant ces difficultés, la volonté de trouver rapidement des solutions a conduit à envisager la création d'un corps intermédiaire ou polyvalent entre les auxiliaires et les agents de service, à savoir les A.S.E.P.E. Et le projet tel qu'il a été présenté lors du Conseil supérieur de l'administration parisienne, a suscité une réaction, des inquiétudes des personnels et des organisations syndicales mais aussi des parents. C'est ainsi que j'ai été amené à demander le retrait lors de ce Conseil.
Depuis les échanges se sont poursuivis et je souhaiterais connaître, Madame la Maire, où vous en êtes de vos réflexions et des solutions envisagées.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Mme TROSTIANSKY a la parole pour répondre.
Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, la nouvelle municipalité à Paris s'est engagée à augmenter le nombre de places offertes dans les établissements municipaux d'accueil de jeunes enfants et cela implique bien évidemment des besoins supplémentaires en personnel.
Cette action qui intervient parallèlement à la mise à ?uvre de l'aménagement et de la R.T.T. nécessitant également des recrutements supplémentaires rencontre une situation de tension enregistrée en Ile-de-France sur le marché de l'emploi dans ce secteur, compte tenu du nombre limité de candidatures par rapport à celui des offres d'emploi publiques ou associatives.
La Mairie de Paris a d'ores et déjà engagé une vaste action pour remédier à cette situation. Ainsi des rencontres ont été et continuent d'être organisées en Région parisienne dans cinq écoles de formation d'auxiliaires de puériculture, dans huit écoles d'éducateurs de jeunes enfants et de puéricultrices, afin de présenter aux élèves en fin d'étude les possibilités de travail, la diversité des taches et des établissements et les avantages sociaux au sein des services municipaux. Actuellement 2.500 élèves environ des écoles de formation sont accueillis chaque année dans les crèches municipales, dans des stages d'observation en milieu professionnel.
D'autre part je pense qu'un nouveau dispositif qui est à l'étude actuellement pourrait être mise en ?uvre dès 2002 après vote au Conseil de Paris, en vue de proposer des bourses d'étude à des élèves étudiants préparant des diplômes d'auxiliaire et d'éducateur de jeunes enfants en contrepartie d'un engagement de service à la Mairie de Paris et afin de faciliter le recrutement externe.
En outre, le nombre des postes d'élèves permettant à des agents municipaux ou à des infirmiers diplômés de suivre des études pour obtenir une qualification supérieure a progressé dès cette année et augmentera à nouveau en 2002 si les nombres de candidats admis au concours d'entrée des écoles de formation évoluent favorablement.
Enfin, la Direction des Ressources humaines a lancé une campagne de communication par voie d'affichage dans les écoles, les mairies, les panneaux publicitaires de la Ville et de publicité dans des revues spécialisées. D'autres mesures sont envisagées et les actions paraissant appropriées prêt seront mises en ?uvre sans retard.
Concernant la création d'un corps d'agents spécialisés des établissements de la petite enfance, des discussions sont actuellement en cours avec les représentants du personnel qui ont assez largement exprimé leur crainte quant à la polyvalence des missions de ces agents. Aussi je tiens à préciser que l'hypothèse de création d'un nouveau corps ne peut ignorer ces positions.
La réflexion se poursuit donc avec l'ensemble des élus, et vous êtes évidemment M. DAGUENET, le bienvenu et vos propositions et les propositions de l'ensemble des élus dans ce domaine sont les bienvenues afin que l'effort d'augmentation sans précédant du nombre de places s'accompagne également d'une amélioration de la qualité de l'encadrement des jeunes enfants grâce au professionnalisme des agents.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
La parole est à M. DAGUENET.
M. Jacques DAGUENET. - Je vous remercie, Madame la Maire, de votre réponse, je crois qu'elle répond à notre attente, et qu'elle va dans le bon sens. Elle répond à des questions immédiates et en même temps elle ouvre des chantiers, des perspectives à plus long terme. Je trouve que c'est bien. Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.