Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

125 - QOC 2001-410 Question de Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Maire de Paris concernant le devenir de l'Imprimerie nationale (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"Depuis près d'un an les différents médias se font l'écho d'un projet de délocalisation de l'Imprimerie nationale vers la banlieue à l'horizon 2003, et de la vente de ce terrain de 20.000 mètres carrés sur laquelle cette Institution est installée depuis 1920.
Dans la mesure où cet établissement confère au quartier une identité et une animation particulières, Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et les membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" souhaiteraient que M. le Maire de Paris veuille bien :
1°) leur faire savoir quel regard la Municipalité pourrait porter sur ces terrains ;
2°) leur indiquer si elle a déjà engagé des démarches auprès des actuels propriétaires de l'établissement ?
Par ailleurs, ils souhaiteraient que M. le Maire de Paris leur indique si la Municipalité envisage d'engager une procédure de demande d'inscription à l'Inventaire des Monuments historiques pour ce lieu de mémoire afin qu'en particulier, la façade du bâtiment situé rue de la Convention puisse être protégée ?
Parallèlement à ces demandes, Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et les membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants", soucieux de maintenir en ces lieux une activité liée à l'Imprimerie, demandent à M. le Maire de Paris si la Municipalité parisienne pourrait étudier la faisabilité, sur une partie du site, d'un projet de création d'un "Musée vivant" de l'Imprimerie ?
Ouvert aux amateurs de métiers d'art et aux jeunes générations, ce musée interactif deviendrait un lieu de formation permettant la transmission des savoirs, assurerait la conservation du patrimoine détenu par l'Imprimerie (exceptionnelle collection de poinçons, presses datant de Louis-Philippe, etc.) et garderait la mémoire d'une activité qui a fortement marqué l'histoire de ce quartier du 15e arrondissement."
Réponse (M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint) :
"La question orale posée par Mme de CLERMONT-TONNERRE concerne le devenir des terrains et des bâtiments actuellement occupés par l'Imprimerie Nationale, rue de la Convention dans le 15e arrondissement.
La direction de cette entreprise, dont l'État est actionnaire principal, souhaite délocaliser la totalité des activités présentes sur son site parisien et constituer, à Choisy-le-Roi, un pôle industriel moderne. Outre les activités de productions de masse, pour lesquelles l'Imprimerie nationale subit les contraintes de la concurrence et dont la pérennisation impose le transfert sur un site plus favorable, le déménagement concernera les activités d'édition de prestige qui perpétuent le savoir-faire traditionnel de cette institution plusieurs fois centenaire. Ces activités et les objets mobiliers qui y sont associés - poinçons historiques, machines, etc. - seront maintenus et s'intégreront au projet d'un musée de l'imprimerie, dont la création sur le site de Choisy a reçu l'aval du Ministère de la Culture.
Pour le 15e arrondissement, le départ de l'Imprimerie nationale représente un double défi. Il crée une opportunité exceptionnelle pour l'implantation d'activités nouvelles, susceptibles de dynamiser l'activité économique et de soutenir l'emploi dans un secteur marqué par la fermeture récente de plusieurs établissements importants. Il pose simultanément le problème de la réutilisation de bâtiments remarquables, dont la conservation et la mise en valeur constituent un impératif justifié à la fois par la qualité propre de leur architecture et par la nécessité de préserver la mémoire du site et du quartier.
C'est pourquoi la municipalité parisienne est particulièrement attentive au devenir du site.
Compte tenu des enjeux financiers considérables posés par la réutilisation de l'ensemble immobilier de l'Imprimerie nationale, la Ville entend mettre au point les modalités d'une association avec des partenaires, publics ou privés, de nature à lui assurer un contrôle suffisant du devenir du site et lui permettant, le moment venu, de proposer un projet cohérent de valorisation notamment économique.
Cette nouvelle vocation du site devra être compatible avec une protection des bâtiments existants que la Ville souhaite suffisamment étendue pour garantir le maintien de leur intégrité architecturale et de la qualité de leur insertion urbaine. À ce titre, la Ville apportera une attention particulière à la préservation du square qui souligne l'implantation des bâtiments en bordure de la rue de la Convention.
C'est pourquoi la Ville a demandé le report du débat concernant l'Imprimerie nationale lors de la dernière CRPS et a suscité des réunions de travail avec la Préfecture, la SDAP et les différents partenaires du projet."