Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

91 - QOC 2001-358 Question de M. Gilles ALAYRAC, Mme Anne HIDALGO et M. Claude DARGENT et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Préfet de police relative aux nuisances occasionnées par un garage rue Jean-Maridor (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"Les riverains de la rue Jean-Maridor signalent que les activités d'un garage provoquent des nuisances anormales. En effet, cette petite entreprise encombre la rue d'épaves de voitures. Des mécaniciens travaillent sur les véhicules en panne sur le trottoir lui-même. Les dépanneuses stationnent le long de la chaussée, chargent et déchargent les véhicules à longueur de journée, provoquant un blocage de la circulation.
M. Gilles ALAYRAC, Mme Anne HIDALGO, M. Claude DARGENT et les membres du groupe socialiste et radical de gauche souhaiteraient qu'il soit mis un terme rapide à ces nuisances."
Réponse (M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE) :
"Les nuisances occasionnées par le fonctionnement du garage "Perinet-Marquet" situé 17/19, rue Jean-Maridor, à Paris 15e, sont bien connues des services de police locaux qui ont été à diverses reprises sensibilisés à ce problème à la suite de nombreuses interventions.
Le stationnement illicite de véhicules sur la voie publique fait, à cet égard, l'objet d'une attention toute particulière de la part de mes services, qui veillent à effectuer des opérations régulières de répression afin de rétablir des conditions normales d'utilisation de la voie publique et de cheminement des piétions.
C'est ainsi que deux opérations spéciales de verbalisation ont été réalisées entre le 5 et le 28 mai derniers, et entre le 25 juillet et le 10 août derniers.
Celles-ci se sont traduites par l'établissement de 90 procès-verbaux de contravention à l'encontre des véhicules garés en infraction, dont 22 pour stationnement prolongé de plus de sept jours, 18 pour stationnement sur une zone de livraisons, 9 pour stationnement sur un passage protégé pour les piétons, 35 pour stationnement gênant, et 6 pour stationnement sur un emplacement réservé aux grands invalides civils ou de guerre.
L'action de surveillance engagée sur ce secteur sera, bien entendu, poursuivie, et je n'ai pas manqué, à l'occasion de votre intervention, de sensibiliser à nouveau les effectifs de police locaux sur la nécessité de mettre fin à cette situation génératrice de nombreuses nuisances pour les riverains."