Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

197 - QOC 2001-372 Question de MM. Laurent DOMINATI et Jack-Yves BOHBOT à M. le Maire de Paris concernant les centres d'accueil pour les S.D.F. cet hiver

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"MM. Laurent DOMINATI et Jack-Yves BOHBOT souhaiteraient connaître les mesures supplémentaires que compte prendre la Ville de Paris pour assurer aux personnes sans domicile fixe des centres d'accueil permanent pour l'hiver."
Réponse (Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe) :
"Si l'hébergement des plus démunis relève des compétences de l'Etat, l'accueil d'urgence est une priorité de la Ville à la veille de l'hiver. Le principe a été arrêté en liaison avec l'Etat de maintenir à 3.600 places la capacité d'accueil, soit le niveau atteint durant l'hiver 2000-2001.
Dès cet été, la Préfecture a ouvert de nouvelles places et élabore actuellement le plan Atlas de l'hiver prochain, qui déterminera les modalités précises d'accueil d'urgence et sera connu d'ici un mois. La DASS, en relation avec l'A.P.-H.P. prévoir d'ores et déjà plusieurs sites pour l'ouverture de lits grands froids, utilisés lorsque la température descend à moins 5°C. Dans ce cadre, une recherche de places nouvelles est actuellement engagée avec l'aide des services de la Ville et du Département de Paris. L'Etat pilote également l'élaboration du schéma directeur de l'accueil, de l'hébergement et de l'insertion de Paris (SAHIP) avec les associations qui font un travail considérable dans ce domaine, et avec une participation active du CASVP et de la DASES. L'objectif est d'améliorer le fonctionnement du dispositif de régulation de places d'hébergement géré par le Samu Social, en lien avec les différentes associations qui y participent, afin d'assurer une meilleure desserte des places disponibles.
Les difficultés actuelles sont liées à la forte croissance des demandeurs d'asile. En effet, malgré la mise en place de la CADFA qui organise l'hébergement de près de 600 familles, ceux-ci restent aujourd'hui pour beaucoup hébergés dans les hôtels et les centres d'urgence. L'Etat a confié à un Préfet la mission de rechercher des lieux d'accueils adaptés aux besoins spécifiques de cette population et respectant les équilibres au sein de la région d'Ile-de-France et du territoire national pour accueillir au mieux les demandeurs d'asile. Il s'agit de répondre ainsi de façon plus structurelle à la saturation du dispositif parisien d'hébergement.
Pour l'avenir, la politique menée conjointement par l'Etat et la Ville répond à deux objectifs : améliorer la qualité de l'accueil d'urgence et développer les solutions d'hébergement et de logement des plus démunis.
Dans ce cadre, la collectivité parisienne s'est engagée lors de l'adoption du 12e Programme départemental d'Insertion (Conseil de Paris de septembre 2001) à participer à l'humanisation et à la réhabilitation des six centres d'hébergement parisiens (Centre Ney, Pereire, Mie de Pain, Baudricourt, Crimée, G. Sand) à hauteur de 25 millions de francs pour 2001. Cette politique est complétée par un programme de création de 1.500 places en résidences sociales sur les cinq années à venir. Ce rythme sera respecté en 2001 avec l'ouverture de près de 300 places nouvelles qui favoriseront l'insertion par le logement des Parisiens en difficulté en s'inscrivant dans un chaînage vers le retour au logement de droit commun."