Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

138 - QOC 2001-302 Question de Mme Catherine DUMAS à M. le Préfet de police sur les dispositions prises pour contrôler l'accès des voitures aux parkings publics de la Capitale, dans le cadre du plan "Vigipirate"

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à la question de Mme Catherine DUMAS à M. le Préfet de police relative aux dispositions prises pour contrôler l'accès des voitures aux parkings publics de la Capitale, dans le cadre du plan "Vigipirate".
Je donne la parole à Mme Catherine DUMAS.
Mme Catherine DUMAS. - Monsieur le Préfet de police, dans le cadre du plan "Vigipirate", je souhaiterais connaître les dispositions particulières qui ont été prises par les services de la Préfecture de police, vos services, pour contrôler l'accès des voitures aux parkings publics de la Capitale. Ces informations seraient, me semble-t-il, de nature à apaiser les craintes des usagers de ces parcs souterrains, et par conséquent des Parisiens, et ainsi maintenir la fréquentation de ceux-ci.
Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je donne la parole au représentant du Préfet de police.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Oui, Madame la Conseillère, dès la mise en ?uvre du plan "Vigipirate" renforcé, l'ensemble des effectifs de police concernés et les forces de renfort ont été sensibilisés à la nécessité d'accroître leur vigilance et des instructions ont été données, en particulier en cas de découverte d'objets suspects.
Les parkings publics de la Capitale n'échappent pas à ces consignes de vigilance. C'est ainsi que, dès le 12 septembre dernier, le lendemain des attentats de New York, la Préfecture de police a organisé une réunion de sensibilisation à l'attention des administrations et des chefs d'établissement recevant un public nombreux. A cette occasion, une fiche "réflexe" a été diffusée qui rappelait en particulier la possibilité, pour les gestionnaires de site, de faire procéder à la fouille des bagages et des véhicules lors des contrôles d'accès, toute personne refusant de se soumettre à ces formalités se voyant alors interdire l'accès au site concerné.
Je puis vous préciser que de nombreux gestionnaires de site, suivant les conseils et recommandations donnés par les services de la Préfecture de police, ont d'ores et déjà renforcé leurs systèmes de gardiennage.
Certains ont d'ailleurs recours à des dispositifs de vidéosurveillance dont il paraît utile de souligner, de nouveau, tout l'intérêt. Particulièrement dissuasives à l'égard des délinquants et rassurantes pour les propriétaires de véhicules, les caméras de surveillance constituent un atout précieux pour la police judiciaire puisque les enquêteurs disposent, avec les bandes enregistrées, d'une possibilité d'identification de premier ordre, s'agissant de petits délinquants connus localement.
Bien entendu, cela est un peu annexe par rapport à la question posée.
Ces initiatives privées viennent, bien évidemment, conforter la surveillance opérée par rondes et patrouilles aux abords de ces parkings.
Cette vigilance accrue de la part des forces de l'ordre et des responsables des sites accueillant du public, mais également de l'ensemble des Parisiens qui font preuve, en cette période délicate, d'un sens aigu des responsabilités et de discernement, est de nature à limiter, de manière optimale, tout risque d'atteinte à la sûreté des personnes et des édifices.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Mme DUMAS a la parole.
Mme Catherine DUMAS. - Je remercie, Monsieur, pour ces précisions mais, si je puis me permettre, peut-être faudrait-il renouveler ces consignes parce que j'ai moi-même fait cette expérience, plusieurs fois, au parking de la Concorde, qui est proche de l'Ambassade des Etats-Unis, dans une zone géographiquement sensible - c'est le moins que l'on puisse dire - et j'ai été surprise, encore récemment, qu'il n'y ait aucune fouille de véhicule. Il y a peut-être des surveillances par vidéo, qui ne sont pas apparentes mais ceci dit, les coffres des véhicules ne sont pas fouillés.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Je prends note.