Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

202 - QOC 2001-377 Question de MM. Laurent DOMINATI et Jack-Yves BOHBOT à M. le Préfet de police au sujet du nombre de "points-écoles" surveillés et de sorties d'écoles non protégées par arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"Un certain nombre de passages pour piétons, situés à proximité immédiate d'écoles, font l'objet d'une surveillance par un fonctionnaire de police, aux heures d'entrée et de sortie des élèves.
Or, il s'avère que certaines écoles ne bénéficient pas d'une surveillance régulière, ce qui augmente les risques d'accidents corporels pour les élèves.
MM. Laurent DOMINATI et Jack-Yves BOHBOT demandent donc à M. le Préfet de police de leur indiquer, pour la rentrée 2001, arrondissement par arrondissement, le nombre précis de "points écoles" recensés et de points surveillés, de leur apporter des précisions sur les sites protégés en permanence et ceux qui ne le sont pas.
Ils lui demandent également de bien vouloir leur faire connaître les moyens qu'il compte déployer pour assurer pleinement la sécurité des jeunes Parisiens dont les écoles ne font pas l'objet d'une surveillance permanente."
Réponse (M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE) :
"La surveillance des écoliers de la capitale est, de longue date, l'une des préoccupations constantes de la préfecture de police dont l'action se traduit, au début de chaque année scolaire, par la mise en ?uvre d'un dispositif de protection des élèves aux heures d'entrée et de sortie des classes.
La liste des points d'école est mise à jour chaque année, lors de la rentrée scolaire, en relation étroite avec les maires d'arrondissement et les chefs d'établissement et en tenant compte à la fois de l'importance des groupes scolaires concernés, de l'âge et du nombre des enfants qui fréquentent ceux-ci, des équipements de voirie existants (tels que les signaux lumineux), et des conditions de circulation.
Ces points sont classés par ordre de priorité en fonction de leur dangerosité.
Le nombre de points tenus dans chaque arrondissement peut connaître des fluctuations en fonction des contraintes d'emploi des personnels et de l'indisponibilité momentanée de certains agents.
C'est ainsi que sur les 650 points d'école répertoriés, de l'ordre de 400 points sont tenus, en moyenne, quotidiennement.
A cet égard, un contrat d'objectifs avait été signé avec la Ville de Paris qui prévoyait le recrutement de 200 agents locaux de médiation sociale dont une partie tenait une trentaine de points d'école quotidiennement l'année dernière.
Cette année, la Mairie de Paris a décidé, au titre du budget primitif 2001, de procéder au recrutement de 500 agents locaux de médiation sociale supplémentaires, afin, dans un premier temps, de prendre en charge les points actuellement tenus par les effectifs de la préfecture de police, et, dans un deuxième temps, d'assurer la surveillance des autres points.
Cette mesure permet de recentrer progressivement ces fonctionnaires de police, sur des missions de prévention et de lutte contre la délinquance dans le cadre de la police de quartier. Un groupe de travail regroupant mes services ainsi que ceux de la Mairie de Paris se réunit régulièrement afin d'examiner les conditions et les modalités de ces transferts.
Quoi qu'il en soit, je puis vous assurer que la mission de protection des élèves, aux heures d'entrée et de sortie des classes, continue à faire l'objet d'un suivi particulièrement attentif de la part de mes services, qui s'attachent en permanence à corriger les insuffisances qui peuvent être constatées dans tel ou tel arrondissement."