Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

131 - QOC 2001-416 Question de Mme Laurence DOUVIN et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Maire de Paris à propos de l'état de saleté des rues de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"Les rues de Paris sont dans un état de saleté alarmant, ce qui provoque le mécontentement et l'incompréhension d'un grand nombre d'habitants. La grève des éboueurs, l'application du plan "Vigipirate renforcé" et l'incivisme de ceux qui déposent des sacs n'importe où sur les trottoirs, conjuguent les difficultés.
Quelles mesures compte prendre M. le Maire de Paris face à ces problèmes qui sont particulièrement sensibles dans les rues piétonnes et dans celles où sont installées des marchés et commerces alimentaires, notamment rue Poncelet (17e), qui est particulièrement étroite et très fréquentée et où commerçants et riverains se plaignent de la saleté et des risques sanitaires encourus."
Réponse (M. Yves CONTASSOT, adjoint) :
"Les services de la Propreté mettent en ?uvre tous les moyens pour maintenir chaque arrondissement dans le meilleur état de propreté possible.
Les effets négatifs du plan Vigipirate sont progressivement réduits par la collecte systématique des sacs plastique de substitution, collecte qui peut s'effectuer plusieurs fois par jour.
Bien qu'affecté par un mouvement de grève de très courte durée au début du mois, le rythme de ramassage des ordures ménagères a retrouvé son cours normal grâce aux mesures arrêtées par le service du Nettoiement dès la levée du mouvement.
Les problèmes sur les voies de marché, notamment rue Poncelet dans le 17e arrondissement sont générés par la présentation à la collecte d'un nombre important de cageots et cartons de gros volume sur un site exigu et bordé de commerces de bouche en pleine activité à 13 h 30. Afin de tenter d'y remédier, les services étudient les moyens d'inciter les commerçants à limiter leurs dépôts au contenu de leurs bacs.
Enfin, une vaste campagne d'information "propreté" sera lancée au printemps 2002 pour tenter d'enrayer la montée galopante de l'incivisme, commune à tous les arrondissements, mais particulièrement sensible dans certains secteurs."