Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

26 - Vœu n° 29 présenté par Mme GÉGOUT et M. DAGUENET, au nom du groupe communiste, relatif à la situation du centre de recherche et de production pharmaceutique de Romainville du groupe Aventis

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Mme Clémentine AUTAIN, adjointe, présidente. - Nous passons au v?u n° 29 présenté par Mme GÉGOUT et M. DAGUENET, au nom du groupe communiste relatif à la situation du centre de recherche et de production pharmaceutique de Romainville du groupe Aventis.
Mme Catherine GÉGOUT, vous avez la parole.
Mme Catherine GÉGOUT. - Il s'agit de l'ancienne entreprise Roussel-Uclaf qui depuis des années subit un démantèlement, et notamment le centre de recherche de cette entreprise; c'est une entreprise pharmaceutique qui a été reprise par le groupe "Aventis", et petit à petit ce centre de recherche est démantelé. Ils ont découvert une très grande quantité de médicaments extrêmement importants pour la santé publique. Le groupe a décidé qu'au-dessous d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel, un médicament ne valait pas la peine d'être exploité, donc ils ont orienté toute leur politique dans ce sens et cela pose un problème absolument gravissime, aussi bien en termes de santé publique, bien qu'il s'agisse d'un groupe privé mais il développe des médicaments qui sont utiles à la santé publique, et qu'en terme d'emplois aussi puisque ce site, qui rassemblait à Romainville 2.600 salariés en 1986 n'en avait plus que 1.400 en 1995 et aujourd'hui 400 vont encore être retirés.
Alors évidemment cela pose un problème puisqu'il s'agit d'une entreprise privée, mais un centre de recherche ne peut pas fonctionner par petits morceaux. Il ne resterait plus à Romainville que les recherches sur les maladies infectieuses, suite aux ventes de domaines de recherche, telles que les recherches sur les maladies osseuses, sur les maladies dites orphelines, les maladies neurodégénératives ; toutes ces maladies là étaient travaillées par des équipes de chercheurs de haut niveau qui sont en train d'être dilapidées.
Donc évidemment cela ne relève pas directement de la Ville de Paris mais aussi bien en termes d'emplois qu'en termes de santé publique, il serait assez normal que la Ville de Paris contribue à essayer de sauver ce site et de limiter cette dilapidation en intervenant dans toutes les structures dont elle fait partie, notamment évidemment au niveau régional.
Je vous remercie.
Mme Clémentine AUTAIN, adjointe, présidente. - Merci.
M. SAUTTER a la parole.
M. Christian SAUTTER, adjoint. - Madame la Maire, le v?u qui vient d'être défendu par Mme GÉGOUT est relatif au dépérissement, si j'ai bien compris, d'un centre de recherche et de production pharmaceutique qui est installé à Romainville.
Ceci n'est pas véritablement sur le territoire de Paris et j'ai interprété le v?u présenté par Mme GÉGOUT et par ses collègues du groupe communiste comme une sorte de v?u d'appel pour attirer l'attention de notre collectivité sur le risque qui pouvait exister pour l'industrie pharmaceutique française, pour sa recherche de haut niveau si, selon Mme GÉGOUT, les recherches de ce centre étaient considérablement affaiblies.
Je voudrais dire, au nom de l'Exécutif, que nous avons entendu le message de Mme GÉGOUT. Je crois qu'il n'est pas de la compétence du Maire de Paris d'intervenir en ce domaine, mais elle a, me semble-t-il, atteint le but qu'elle poursuivait, c'est-à-dire que l'on évoque cette question importante.
L'Exécutif ayant donc entendu le message de Mme GÉGOUT et des élus du groupe communiste, je lui propose de retirer son v?u, sinon je serai obligé de demander à voter contre, ce qui serait bien dommage car il s'agit d'une question à l'évidence importante mais qui n'est pas du ressort de la collectivité parisienne.
Madame GÉGOUT, je vous ai entendue, je vous propose donc que vous retiriez ce v?u.
Mme Clémentine AUTAIN, adjointe, présidente. - Madame GÉGOUT, souhaitez-vous retirer ce v?u ?
Mme Catherine GÉGOUT. - Pas vraiment parce que ce qui est affirmé dans le v?u n'indique pas du tout que c'est la faute du Maire de Paris si ce centre est dilapidé ; il propose d'agir dans tous les lieux où nous pouvons le faire, de manière à ce que cette situation n'évolue pas dans un sens négatif.
C'est une affirmation du souhait de participer au sauvetage de ce centre. D'ailleurs, la Ville de Paris, en ce moment, organise, en collaboration avec le groupe "Aventis" et l'Institut Pasteur, une exposition : "le train du génome" qui montre son intérêt. La Ville est concernée parce que ses habitants sont des malades potentiels qui ont besoin de ces médicaments et qu'il y a de nombreux employés parisiens dans le site de Romainville.
On ne demande pas au Maire de Paris ce qu'il ne peut faire, mais d'affirmer que nous nous sentons concernés.
Voilà, je ne vois pas en quoi cela pourrait poser un problème de voter un tel v?u.
M. Christian SAUTTER, adjoint. - Je crois que nous nous sentons tous concernés et votre objectif ayant été atteint, je vous réitère le voeu que vous retiriez votre v?u puisqu'on ne peut pas demander au Maire de Paris d'intervenir dans tous les domaines sur l'ensemble du territoire français.
Mme Clémentine AUTAIN, adjointe, présidente. - On va éviter de passer la soirée en jeu de ping-pong.
Madame GÉGOUT, vous avez la parole.
Mme Catherine GÉGOUT. - Je préfère le maintenir.
Mme Clémentine AUTAIN, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 29 déposée par Mme GÉGOUT.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 29 est repoussée.