Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

117 - QOC 2001-402 Question de M. Claude GOASGUEN et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Préfet de police sur la nature des dispositions prises en application du plan "Vigipirate"

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"M. Claude GOASGUEN et les membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" souhaitent attirer l'attention de M. le Préfet de police sur l'application du plan "Vigipirate".
L'insatisfaction des Parisiens est très grande devant les espoirs suscités de la mise en place du système "Vigipirate renforcé". La présence policière et militaire ne paraît pas à la mesure des déclarations gouvernementales. Par exemple les édifices de culte, notamment les synagogues qui ont fait l'objet d'une grande affluence au cours des fêtes de la nouvelle année juive, n'ont pas bénéficié de la surveillance que la situation au Proche-Orient et sur le plan international aurait nécessité.
M. Claude GOASGUEN et les membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" voudraient connaître très exactement la nature des dispositions qui ont été prises et quelles sont les dispositions adoptées et notamment concernant désormais la protection contre les éventualités d'emploi d'armes chimiques ou bactériologiques."
Réponse (M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE) :
"Les événements dramatiques, qui ont eu lieu le 11 septembre 2001 sur le territoire américain, m'ont conduit à adopter un certain nombre de mesures de sécurité spécifiques à Paris, dont pour des raisons que vous comprendrez, je ne présenterai que les grandes lignes :
Destinées à protéger les personnes et les biens, ces dispositions, qui s'inscrivent dans le cadre du plan "Vigipirate" renforcé, mobilisent, en Région Ile-de-France, 5.000 policiers, 1.000 CRS et gendarmes, ainsi que 600 militaires.
Les sites sensibles de la capitale, ainsi que l'ensemble des lieux publics et établissements recevant du public, qu'ils soient en surface ou en sous-sol, ont vu leur surveillance renforcée.
Par ailleurs, les responsables des différents grands secteurs d'activité ont été sensibilisés, à l'occasion d'une réunion que j'ai organisée dès le 12 septembre dernier, à la nécessité de prendre des dispositions pour renforcer les mesures de sécurité interne. Des conseils leur ont été prodigués ainsi que l'intérêt de se rapprocher des "officiers Vigipirate", désignés dans chaque commissariat central d'arrondissement, en charge de l'ensemble du dispositif au niveau local.
Le contrôle de l'espace aérien fait de son côté l'objet de mesures spécifiques.
En ce qui concerne les fêtes de la nouvelle année juive que vous évoquiez, des surveillances renforcées ont été exercées aux abords des lieux de culte et salles utilisées à cette occasion.
Ce dispositif très important, qui a concerné au total 139 sites, s'est traduit par la combinaison de très nombreuses gardes statiques avec de fréquentes rondes et patrouilles aux abords des bâtiments.
La Préfecture de police a par ailleurs pris un certain nombre de dispositions depuis quelques années pour faire face au risque d'actes terroristes chimiques ou bactériologiques.
C'est ainsi que :
- les policiers et sapeurs-pompiers chargés de ces interventions ont été équipés en tenues de protection et masques adaptés à ces risques précis ;
- un dispositif de décontamination et de premiers soins pour les personnes intoxiquées a été mis en place et l'équipement éventuel des personnes à évacuer, en masques ou cagoules de protection, a été prévu ;
- la formation du personnel amené à intervenir en de pareilles circonstances a fait l'objet d'une attention toute particulière.
En dernier lieu, je souhaite insister sur la nécessaire vigilance de tous et sur un certain nombre de recommandations qui ont été largement diffusées et qui relèvent du bon sens :
- la surveillance des entrées du public ou du personnel ;
- le contrôle de la circulation des flux de véhicules, de marchandises ou de matériels entrant dans les établissements ;
- la stimulation de l'attention des personnels de tous les établissements à l'égard de leur environnement ;
- le rappel de la procédure en cas de découverte d'objets non identifiés et manifestement abandonnés.
Je puis, en tout état de cause, vous donner l'assurance de la mobilisation de l'ensemble des effectifs engagés dans ce dispositif, pour garantir la sécurité des Parisiens qui font actuellement preuve de beaucoup de sang froid, d'un sens aigu des responsabilités et de discernement."