Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

180 - QOC 2001-438 Question de M. Eric AZIERE, Mme Marielle de SARNEZ et des membres du groupe Union pour la Démocratie Française à M. le Maire de Paris concernant l'expérimentation de crèches familiales à horaires décalés

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"Pour beaucoup de Parisiens, les horaires de travail sont de plus en plus variables et de plus en plus décalés : 30 % des salariés commencent leur travail avant 7 heures 30, le finissent après 20 heures 30 ou travaillent régulièrement le week-end.
L'attachement de l'U.D.F. à la responsabilisation de l'individu, à la proximité et à la décentralisation, porte à proposer des modes d'accueil de l'enfant "sur mesure", qui soient respectueux des rythmes de vie de l'enfant, puis des parents et des professionnels de la Petite enfance.
Une crèche familiale, à horaires décalés, sous l'autorité de la Municipalité, répondrait à toutes ces exigences. Son coût est moindre que celui d'une crèche collective, sa capacité d'accueil bien plus importante et la qualité de la prestation rendue à l'enfant incomparable.
M. le Maire de Paris est-il prêt à expérimenter rapidement ce type de structure ? Quelles mesures entend-il prendre rapidement pour les Parisiens dont les horaires de travail ne sont pas ceux des services publics traditionnels ?"
Réponse (Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe) :
"A Paris en matière de Petite enfance le premier besoin auquel nous devons faire face est de pallier l'importante pénurie de places de garde dont pâtissent les Parisiennes et les Parisiens.
C'est bien ce que nous faisons en créant 4.500 places durant cette mandature et 400 dès 2001.
Notre deuxième objectif prioritaire est d'apporter aux Parisiens une réponse qualitative et bien adaptée à leurs besoins.
C'est tout l'enjeu des Bureaux des Temps. La démarche engagée par les bureaux des temps, à titre expérimental, dans cinq arrondissements, entre les mois de septembre 2001 et juin 2002, vise entre autres, à une évaluation des besoins en matière d'horaires d'ouverture des équipements de la petite enfance.
Cette démarche fera l'objet d'une concertation étroite et organisée, dans ces quartiers pilotes, entre les élu(e)s, les habitant(e)s, les associations, les personnels de la ville et les organisations syndicales mais également les services de l'Etat et les entreprises. Elle permettra d'approcher plus finement les besoins des familles parisiennes en ce domaine et d'envisager des solutions mieux adaptées.
Il conviendrait de rappeler que les crèches familiales sont des lieux ou se retrouvent ponctuellement autour d'activités communes des assistantes maternelles ayant en charge des enfants en accueil permanents.
Aujourd'hui, deux établissements de ce type fonctionnent dans les 13e et 20e arrondissements avec des horaires élargis. Ces deux crèches familiales, gérées par l'association "Enfant Présent" peuvent accueillir 24 h/24 h des enfants dont les parents sont confrontés à des contraintes professionnelles ou à des difficultés familiales passagères.
S'il est vrai que le coût d'investissement d'une crèche familiale est moins onéreux que celui d'une crèche collective, son coût de fonctionnement est en revanche beaucoup plus élevé.
Les ouvertures et horaires décalés des établissements Petite enfance sont une réponse possible aux besoins en matière d'organisation du temps des parisiens. Nous menons également une réflexion sur les possibilités d'installer également à Paris des structures pilotes proposant des services à domicile ponctuel et adapté à toutes les familles."