Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

167 - QOC 2001-425 Question de M. Yves POZZO DI BORGO et des membres du groupe Union pour la Démocratie Française à M. le Maire de Paris sur les mesures à prendre pour assurer la sécurité des piétons, trop touchés par les accidents de circulation

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"Un article du journal "Le Monde", du 20 septembre 2001, indiquait que pendant les 6 premiers mois de l'année 2001, il y a eu 57 morts dus aux accidents de circulation, dont 22 piétons.
M. Yves POZZO DI BORGO et les membres du groupe Union pour la Démocratie française demandent à M. le Maire de Paris quelles mesures il compte prendre dans Paris pour faire appliquer le nouveau Code de la route qui donne la priorité aux piétons.
Quelles consignes va-t-il donner aux fonctionnaires de police pour que les automobilistes respectent les passages piétons et pour éviter que les trottoirs soient utilisés régulièrement par les motos, les vélos, et très souvent les rollers qui circulent à une vitesse excessive ?"
Réponse (M. Christophe CARESCHE, adjoint) :
"Statistiquement, sur dix ans (1989/1999), le nombre des victimes d'accidents corporels a diminué à Paris de près de 15%, le nombre de morts a baissé de plus de 10%. Le nombre des victimes piétons a diminué de plus de 25 %.
La gravité des accidents de circulation est deux fois moins importante à Paris que pour le milieu urbain français.
En ce qui concerne les accidents de circulation impliquant un piéton, ils ont rarement lieu sur les trottoirs. Parmi les 22 piétons tués au 1er semestre 2001, aucun ne l'a été sur un trottoir. Ceux-ci sont d'ailleurs protégés contre l'envahissement des véhicules à l'aide de barrières et de potelets. Toutefois, des actions de contrôle des services de police pourraient être renforcées vis-à-vis des deux roues circulant parfois sur les trottoirs, risquant ainsi de mettre en cause la sécurité des piétons.
Les accidents impliquant des piétons ont, ainsi, lieu sur chaussée et pour deux tiers environ d'entre eux en dehors des carrefours et passages piétons.
Pour les accidents localisés au niveau des carrefours et des passages piétons, la responsabilité incombe dans la moitié des cas aux piétons, le plus souvent en raison du non-respect des signaux lumineux.
Des mesures sont prévues pour améliorer le niveau de sécurité au niveau des traversées piétons par l'aménagement, sur les voies larges, de refuges axiaux d'une largeur minimale de 1,50 mètre. D'autre part l'équipement des traversées piétons, par des signaux piétons à diodes électroluminescentes très visibles, est maintenant généralisé.
Enfin, des campagnes et actions de communication sont régulièrement menées auprès des piétons et plus particulièrement des personnes âgées, pour qui la gravité des accidents est beaucoup plus élevée.
L'ensemble des projets d'aménagement d'espace public désormais proposés par la nouvelle municipalité concourt à l'amélioration de la sécurité des usagers et notamment celle des piétons. En effet, la volonté de diminuer la place jusqu'alors donnée à la voiture a pour conséquence de réduire les flux automobiles et donc les dangers potentiels qu'ils représentent.
Cette volonté se verra d'ailleurs traduite dans les prescriptions contenues dans le cahier des charges d'aménagement des quartiers verts (suppression des itinéraires de transit, élargissement des trottoirs) actuellement en cours d'élaboration.
Il en va de même des études engagées sur les espaces civilisés qui ont pour objectifs de réduire les nuisances automobiles, de favoriser les modes de circulations douces et ainsi d'augmenter la sécurité et le confort des traversées piétonnes sur ces axes tout en requalifiant l'espace public."