Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

185 - QOC 2001-419 Question de M. Christophe LEKIEFFRE à M. le Préfet de police concernant le stationnement permanent de véhicules dans le quartier "Montorgueil - Saint-Denis" (2e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"M. Christophe LEKIEFFRE interroge M. le Préfet de police sur le quartier "Montorgueil - Saint-Denis" (2e).
De très nombreux riverains l'ont interpellé sur l'envahissement quasi permanent de véhicules dans ce quartier, dont l'accès est limité, et tout stationnement de longue durée, interdit.
Or depuis quelques semaines, "Montorgueil - Saint-Denis" est devenu un véritable parking, par exemple, rue d'Argout, où des véhicules, souvent de société, stationnent tout au long de la journée, en toute impunité.
On remarque aussi depuis quelques temps, principalement le week-end, la présence de vendeurs de fleurs à la sauvette, au comportement très agressif, qui d'ailleurs se ravitaillent auprès d'un camion stationné irrégulièrement rue Bachaumont.
M. Christophe LEKIEFFRE demande donc à M. le Préfet de police, quelles mesures il compte prendre afin de rendre à ce quartier toute sa sérénité."
Réponse (M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE) :
"Les accès à la zone piétonne du quartier Montorgueil-Saint-Denis sont actuellement contrôlés par un dispositif électronique géré depuis un poste central.
Du personnel spécialisé a été spécialement affecté à la surveillance de ce secteur afin de pallier les limites de ce système. En effet, celui-ci ne permet pas de lutter contre les pénétrations abusives commises par certains véhicules, qui profitent du passage de véhicules autorisés pour accéder aux différents sites, ou contre le stationnement prolongé de véhicules au-delà du temps imparti.
A l'heure actuelle, 41 agents de surveillance de la Ville de Paris et deux fonctionnaires de police sont affectés à cette mission.
Leur action de surveillance s'est ainsi traduite, du 1er septembre au 10 octobre 2001, par la rédaction de 7.467 procès-verbaux de contravention, et l'enlèvement de 92 véhicules.
S'agissant de la présence de vendeurs à la sauvette, je puis vous indiquer que les différentes rondes effectuées par les fonctionnaires de police ont permis de relever, au cours des neuf premiers mois de l'année, sur les 1er et 2e arrondissements, 958 contraventions pour ventes à la sauvette.
Cependant, ces patrouilles n'ont pas permis de constater la présence de vendeurs de fleurs à la sauvette, à proximité de la rue Bachaumont, à Paris 2e.
Quoi qu'il en soit, l'action de vigilance exercée sur ce secteur ne manquera pas d'être maintenue par les effectifs locaux, auxquels je n'ai pas manqué de renouveler les instructions à la faveur de votre intervention."