Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

122 - QOC 2001-407 Question de M. René LE GOFF et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Préfet de police sur les travaux d'amélioration de la caserne de pompiers rue du Château-Landon (10e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


Libellé de la question :
"Quelle est la situation des travaux de rénovation prévus pour la caserne de pompiers située rue du Château-Landon dans le 10e ?
Quelles mesures seront prises pour le relogement des familles de pompiers pendant les travaux ?
La réponse à ces questions nous permettra de mieux comprendre l'évolution.
Aussi M. René LE GOFF et les membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" demandent-ils à M. le Préfet de police de leur indiquer à quelle date aura lieu ce changement et quelle est la future utilisation de la caserne "Château-Landon"."
Réponse (M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE) :
"Le projet de restructuration et d'extension du poste de commandement de compagnie de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris de "Château-Landon" est une opération complexe qui intègre à la fois des travaux de construction et de réhabilitation.
L'activité opérationnelle de ce poste de commandement ne pouvant être interrompue, le principe de son transfert pendant la durée du chantier, a été retenu. Les familles ont, quant à elles, été relogées dans d'autres casernes.
Une partie des anciennes pompes funèbres municipales, propriété de la Ville de Paris, situées 104, rue d'Aubervilliers, ont été mises à la disposition de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris afin d'assurer le relogement provisoire des locaux opérationnels. Une convention en ce sens a été signée le 28 février 2000, pour la période allant du 1er septembre 2000 au 30 juin 2003.
Je précise que ce site, désaffecté depuis plusieurs années, devait faire l'objet de travaux préalables à l'installation du poste de commandement, dont la durée avait été estimée à quatre mois.
A cet effet, le Conseil de Paris avait autorisé, par délibération du 26 avril 2000, le lancement d'un appel d'offres et voté une autorisation de programme d'un montant de 6,367 millions de francs. Or, la commission d'ouverture des plis du 4 janvier 2001 a déclaré l'appel d'offres infructueux, le montant des offres dépassant l'enveloppe financière prévisionnelle.
Une estimation de l'autorisation de programme complémentaire, portant le montant total de l'enveloppe à 9,331 millions de francs, a alors été soumise à la Direction des Finances et des Affaires économiques de la Mairie de Paris, qui par courrier du 16 mars 2001 a autorisé la Préfecture de police, à relancer l'appel d'offres sur la base de cette nouvelle enveloppe.
C'est ainsi qu'une nouvelle consultation a été lancée, étant précisé que l'échec de la première consultation conduisait à retarder l'opération de relogement provisoire, ainsi que les travaux de réhabilitation du poste de commandement de compagnie "Château-Landon" qui ne seraient achevés, selon le nouveau calendrier, qu'en novembre 2004.
Or, la commission d'appel d'offres qui s'est réunie le 5 septembre 2001 a décidé de ne pas examiner ce dossier bien que deux offres soient recevables et techniquement conformes.
En effet, par courrier du 24 septembre 2001, la Mairie de Paris a indiqué qu'il convenait que soit envisagée une solution de relogement différente de celle faisant l'objet de la convention, compte tenu de nouvelles perspectives d'utilisation de ce site à court terme par la Ville de Paris.
Compte tenu des conséquences très lourdes en termes de coût et de délais qu'entraînerait la recherche d'un nouveau site d'accueil, et de l'impossibilité de poursuivre l'instruction de l'opération de restructuration et d'extension en cause, de nouveaux principes de phasage des travaux, qui permettraient de réduire au maximum la période d'occupation du site de la rue d'Aubervilliers, sont en cours d'étude. Un courrier en ce sens sera prochainement envoyé à M. le Maire de Paris.
En tout état de cause, cette démarche implique que les logements des familles ne seront livrés que dix à douze mois après les locaux opérationnels du poste de commandement de compagnie."