Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

88 - QOC 2001-355 Question de M. Daniel VAILLANT, Mme Claudine BOUYGUES, M. Daniel MARCOVITCH et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris au sujet des mesures à prendre pour assurer la propreté dans le quartier de la Chapelle (18e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à la question posée par Mme BOUYGUES à M. le Maire de Paris au sujet des mesures à prendre pour assurer la propreté dans le quartier de la Chapelle (18e).
Vous avez la parole, Madame BOUYGUES.
Mme Claudine BOUYGUES. - J'associerai à cette question mes collègues Annick LEPETIT, Daniel VAILLANT et Daniel MARCOVITCH sur un problème récurrent qui a encore été évoqué hier matin par M. Bertrand DELANOË, le Maire de Paris. Celui-ci concerne la propreté de certains de nos quartiers qui n'est pas assurée où n'est pas suffisamment assurée.
Je parlerais notamment de celui que je connais le plus précisément : le quartier de la Chapelle, et des rues : Riquet, Philippe-de-Girard, Marx-Dormoy où les habitants se sentent purement et simplement oubliés des services de la Propreté.
C'est vrai que des objets encombrants jonchent les rues pendant souvent plusieurs jours, sans être ramassés, en dépit des appels des riverains. Le lavage des rues n'est pas non plus suffisamment assuré.
J'étais déjà intervenue sur ce sujet dans le cadre du budget, au mois de juillet dernier, mais je m'aperçois que, malgré les engagements qui avaient été pris, et je sais que le Maire de Paris et son adjoint, M. CONTASSOT, tentent de réaliser des avancées dans ce domaine-là, c'est encore insuffisant, notamment dans ces secteurs qui souffrent déjà de nombreux autres problèmes.
Avant d'aborder d'autres questions, si celle de la propreté était réglée, je suis persuadée que les habitants seraient capables de les accepter. Mais il y a un ras-le-bol général qu'il faut absolument régler au plus vite.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à M. CONTASSOT.
M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Les services de la Propreté déploient dans le 18e d'importants moyens, je le dis très clairement, pour maintenir l'arrondissement dans le meilleur état de propreté possible.
Pour ce qui concerne le quartier de la Chapelle, les rues font l'objet d'un balayage quotidien et d'un lavage deux à trois fois par semaine. Mais ce qu'il faut savoir, c'est que dans le 18e arrondissement, la propreté des rues pose de véritables difficultés en raison d'un mode de travail hérité des précédentes mandatures et qui concernent la moitié des agents de la Propreté de Paris, soit 2.000 personnes.
Ce rythme de travail, je vais vous expliquer, cela demande un peu d'attention, ce rythme de travail induit de fait une rupture dans la continuité du service public de par l'absence de la moitié des effectifs le samedi et le lundi, et une absence quasi totale le dimanche.
M. Alain DESTREM. - C'est les 35 heures !
M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Cela n'a rien à voir. C'est une décision liée à la privatisation de la collecte des ordures ménagères et je crois savoir que vous y étiez pour quelque chose du côté de la droite.
Pour remédier à ce problème, la Ville a engagé des discussions pour étendre le travail organisé sous forme de roulement.
M. Alain DESTREM. - L'Etat ne sait même pas les faire.
M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Dans un cadre négocié, le travail des agents recrutés depuis quelque temps a été organisé sous forme de roulement et, par ailleurs, depuis un mois, un engin supplémentaire est affecté le dimanche à la collecte de dépôts sauvages dans le 18e.
Ceci étant, et vous le savez, depuis un peu plus d'un mois maintenant, les agents du nettoiement se heurtent à des difficultés du fait de la mise en place du plan "Vigipirate renforcé". Pour l'heure, les 968 corbeilles implantées dans le 18e arrondissement ont été neutralisées et 442 d'entre elles remplacées par des porte-sacs. 44 % du parc est ainsi opérationnel à ce jour. La totalité du parc de l'arrondissement sera opérationnel d'ici la fin du mois d'octobre.
De plus, les rotations de collectes, notamment autour des colonnes à verre, ont été sensiblement augmentées.
Enfin, une vaste campagne d'information sur la propreté sera lancée dans la Capitale au printemps 2002 pour tenter de trouver une solution à l'incivisme commun, ceci étant, à l'ensemble des arrondissements.
Il est rappelé enfin que Bertrand DELANOË et moi-même, nous avons déjà annoncé l'engagement d'un vaste plan de propreté dans lequel les maires d'arrondissement seront particulièrement impliqués. Plusieurs réunions sur ce thème ont déjà été tenues.
La mise en ?uvre de ce dispositif, dont il est rappelé qu'il constitue une priorité de l'équipe municipale, a du cependant être légèrement modifiée et réaménagée du fait de ce plan "Vigipirate" renforcé.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.