Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

90 - QOC 2001-357 Question de M. Claude DARGENT, Mme Anne HIDALGO, M. Gilles ALAYRAC et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris sur le prolongement du tramway T2

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2001


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La question suivante de M. Claude DARGENT à M. le Maire de Paris concerne le prolongement du tramway T2.
La parole est à M. DARGENT.
M. Claude DARGENT. - Merci, Monsieur le Maire. C'est donc une question qui porte sur la prolongation du tramway T2, tramway T2 qui joint actuellement Issy-les-Moulinaux à la Défense et qui rencontre un vif succès, qui se voit notamment au travers de sa fréquentation.
Ce tramway Val-de-Seine T2 doit être prolongé d'Issy-les-Moulineaux à Ballard, voire la porte de Versailles. Or, dans le projet initial, il était prévu d'emprunter le site de la voie ferrée dite Petite ceinture. La prolongation du tramway T2 est tout à fait nécessaire. Elle répond à son succès et surtout elle va contribuer à décourager le recours à la voiture individuelle pour les trajets banlieue-Paris, ce qu'on ne peut qu'approuver puisque cela rencontre tout à fait les objectifs de l'actuelle municipalité.
Néanmoins, par rapport aux principes sur lesquels la nouvelle majorité du Conseil de Paris a été élue, l'utilisation de la Petite ceinture ferroviaire pour cette prolongation pose un problème manifeste. Cet espace a en effet pour vocation à rester un espace vert dont le 15e arrondissement manque énormément. Des crédits d'études ont d'ailleurs été inscrits au budget 2001 par la nouvelle municipalité afin d'utiliser cette emprise pour la réalisation d'une véritable coulée verte.
L'utilisation de la petite ceinture ferroviaire pour le T2 entre l'immeuble de France télévision, sur les bords de la Seine, et Ballard, et a fortiori la porte de Versailles, empêcherait cette coulée verte de rejoindre le parc André-Citroën. C'est la raison pour laquelle nous souhaitons savoir comment la nouvelle Municipalité envisage le dommage environnemental que constituerait l'implantation du T2 sur la petite ceinture ferroviaire, tout en parvenant à réaliser cette liaison nécessaire entre Issy-les-Moulineaux et Paris.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Pour répondre, La parole est à M. GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint. - Je remplace M. BAUPIN... bien qu'on ne m'ait pas proposé les Transports !
Le contrat de plan 2000-2008 prévoit le prolongement dans Paris de la ligne de tramway T2.
Le dossier présenté par R.F.F., maître d'ouvrage de l'opération, lors de la concertation préalable, envisage un prolongement de la ligne T2 jusqu'à la place Balard et la porte de Versailles en empruntant à partir du boulevard Victor l'emprise de la Petite ceinture ferroviaire.
De ce fait, entre le boulevard Victor et la porte de Versailles, elle serait parallèle à la future ligne de tramway créée sur les boulevards des Maréchaux (T.M.S.), ce qui peut apparaître redondant. C'est pourquoi, à la demande de la Ville, plusieurs hypothèses différentes ont été examinées.
L'une d'elles est apparue particulièrement intéressante à l'ensemble des partenaires : T2 emprunterait le réseau R.F.F. à partir de la station Val-de-Seine, puis rejoindrait la voirie proprement dite en empruntant une voie créée en prolongement de la rue Henry-Farman et atteindrait ainsi la porte de Sèvres.
L'itinéraire utiliserait ensuite la rue d'Oradour-sur-Glane puis l'avenue Ernest-Renan. Le terminus serait implanté porte de Versailles en correspondance directe avec le tramway des Maréchaux et la ligne 12.
Cette variante devrait être intégrée dans le schéma de principe de la ligne T2 en cours de préparation afin d'être soumise aux différents partenaires du contrat de plan, bien entendu.
Cette solution permettrait non seulement de desservir de nombreux usagers jusque là mal desservis par les transports en commun (quartiers de l'Héliport, l'Aquaboulevard et secteur nord d'Issy-les-Moulineaux), mais permettrait aussi, comme le Maire de Paris s'y est engagé clairement, d'aménager en liaison avec R.F.F. une coulée verte sur l'emprise de la Petite ceinture ferroviaire, particulièrement entre le parc Georges-Brassens et le parc André-Citroën.
(Applaudissements sur tous les bancs de l'Assemblée).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur GIRARD, je voulais faire un test : pouvez-vous nous dire ce que signifie R.F.F. ?
M. Alain DESTREM. - Non, non !
M. Christophe GIRARD, adjoint. - Il me semble que c'est le Réseau ferroviaire français.
(Applaudissements sur tous les bancs de l'Assemblée).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Réseau ferré...
Monsieur DARGENT, vous avez la parole, pour une minute.
M. Claude DARGENT. - En l'occurrence, je crois que c'est très exactement Réseau ferré de France, mais nous remercions M. GIRARD pour le caractère tout à fait poétique de la restitution qu'il a faite de la réponse en question.
Je voudrais, de façon moins plaisante, me féliciter de la direction que prend actuellement le dénouement de cette affaire qui, par une concertation, permet de redresser une opération qui était gênante à maints égards pour le 15e arrondissement et de la transformer en une opération qui, sous tous les aspects, devrait donner satisfaction à ses habitants.
Merci.
M. Alain DESTREM. - Surtout que cela avait été demandé par la précédente équipe municipale, dont la majorité du 15e !
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Si vous êtes d'accord, tout va bien.