Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

54 - QOC 97-19 Question de M. Pierre AIDENBAUM, Mmes Malvina PIN, Elisabeth LARRIEU et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris relative aux missions des agents de la Propreté.

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1997



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à la question orale de M. Pierre AIDENBAUM, Mmes Malvina PIN et Elisabeth LARRIEU à M. le Maire de Paris relative aux missions des agents de la Propreté.
Je vous en donne lecture :
" Un audit interne des services de la Propreté de Paris a été réalisé pour identifier les points faibles et dégager des perspectives d'amélioration des missions des agents de la propreté de la voie publique parisienne.
M. Pierre AIDENBAUM, Mmes Malvina PIN, Elisabeth LARRIEU et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Maire de Paris de leur communiquer les conclusions de cette enquête, engagée depuis plus de 3 mois, les dispositions préconisées pour assurer l'équité du traitement entre tous les quartiers ainsi que les moyens envisagés pour que les services agissent efficacement dans les rues étroites du centre de Paris. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint.
En septembre 1995, le Maire de Paris présentait les grands traits de sa politique sociale. Il engageait, en particulier, les services municipaux à s'adapter aux attentes des Parisiens comme à celles des agents.
Par ailleurs, cette volonté rejoignait et confortait la démarche déjà engagée aux Services techniques de la Propreté de Paris. De multiples initiatives locales visaient à améliorer la qualité du service rendu aux Parisiens dans le domaine de la propreté des quartiers et à concevoir des possibilités nouvelles de mobilisation et de modernisation des moyens des services.
Le responsable des services a donc jugé opportun de dynamiser ce mouvement et d'entamer un travail de réflexion collective : le projet de service. Débuté avec l'année 1996, il vise à recenser les missions et les objectifs assignés à la Propreté de Paris. Dans un premier temps, il a permis de dégager les principaux problèmes de propreté et les initiatives prises localement pour y remédier.
Il a été suivi d'un audit interne qui a permis d'identifier les points faibles et de dégager les perspectives d'amélioration. Un comité de pilotage, composé de responsables de la Direction de la Protection de l'environnement et des S.T.P.P., a retenu dix thèmes, considérés comme prioritaires, tels que la lutte contre le dépôt sauvage d'objets encombrants, contre les déjections canines, la meilleure intégration des agents dans leur territoire géographique, etc.
Il convenait ensuite de valider ces axes de progrès, d'élaborer des propositions et de bâtir des plans d'actions. Pour ce faire, près de 150 volontaires de tout grade ont constitué des groupes de travail inter-hiérarchie. Leurs propositions de plans d'action, remises en fin d'année 1996, sont en cours de validation. Il faut en effet rappeler que toute modification d'organisation du service doit recevoir l'aval des organismes paritaires avant d'être expérimentée sur le terrain.
Garder et améliorer l'aspect de propreté des rues, des trottoirs et des chaussées de Paris constituent un défi quotidien pour les services de la Propreté et une préoccupation constante de la Municipalité. L'égalité de traitement de tous les quartiers constitue donc un principe de base de l'organisation et du fonctionnement des S.T.P.P. qui transparaît bien dans l'énoncé de leur mission générale : Paris Propre Partout et en Permanence.