Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

37 - I - Questions des groupes " Paris-Libertés " et " Rassemblement pour Paris ".

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1997



QOC 97-5 Question de M. Jean-Pierre BURRIEZ et des membres du groupe " Paris-Libertés " à M. le Maire de Paris au sujet du musée des Arts africains et océaniens (12e).
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous commençons nos travaux par les questions orales des groupes " Paris-Libertés " et " Rassemblement pour Paris ".
La première d'entre elles, posée par M. BURRIEZ, est ainsi libellée :
" Après le dépôt des conclusions du médiateur Jean-François DENIAU, il semble peu vraisemblable que le musée des Arts africains et océaniens puisse accueillir le musée de la Marine.
Aussi, M. Jean-Pierre BURRIEZ et les membres du groupe " Paris-Libertés " souhaiteraient-ils que M. le Maire de Paris leur précise les projets de la Ville de Paris pour ce musée. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint.
Comme l'indique M. le Conseiller de Paris, les conclusions du médiateur Jean-François DENIAU conduisent à penser qu'il n'est pas envisagé que le musée des Arts africains et océaniens puisse accueillir le musée de la Marine.
Ce musée est du ressort exclusif de l'Etat qui en assume totalement la charge et est responsable de ses grandes orientations culturelles.
Dans ces conditions, la Ville de Paris n'a pas à se prononcer sur le contenu des projets de l'Etat.
Il convient toutefois de rappeler que le terrain de 10.612 mètres carrés sur lequel il a été érigé appartient à la Ville de Paris. Il a été concédé à l'Etat par convention de 1927 et avenant en 1954. Cette convention précise que l'Etat s'engage à en maintenir l'affectation pour un bien d'utilité publique et que tout changement d'affectation devrait faire l'objet d'un accord préalable de la Ville de Paris.