Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par les groupes M.R.C. et communiste relatif au devenir du gardiennage des Chalets de nécessité.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2005


 

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 29 dans le fascicule, relatif au devenir du gardiennage des chalets de nécessité, déposé par les groupes M.R.C. et communiste.

La parole est à Mme TAÏEB.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Monsieur le Maire.

En effet, les parcs et jardins de la Ville de Paris disposent très souvent en leur sein de ce qu?on appelle ?les chalets de nécessité? qui sont utiles aux usagers des parcs et jardins.

Longtemps ces chalets de nécessité ont été confiés à la surveillance de gardiennes ou gardiens - je ne sais pas si c?est exclusivement des gardiennes - qui étaient agents de la Ville de Paris.

Aujourd?hui encore certains chalets fonctionnent selon ces modalités. Cela sert à l?accueil des usagers, à la sécurisation des lieux, au nettoiement, au débouchage des conduits d?évacuation, à la surveillance. Bref, les gardiennes de chalet ont contribué jusqu?ici au maintien d?un service de grande utilité pour les parcs et jardins.

Les fonctions de gardiennage et de nettoiement ont été externalisées suite à l?adoption de la délibération DPJEV 2004

023. De ce fait, les gardiennes de chalets disparaissent peu à peu des parcs et jardins de la Ville de Paris. Corrélativement à leur départ et à leur remplacement par des entreprises chargées du nettoiement, les petits méfaits se multiplient et les lieux d?aisance que sont ces chalets de nécessité deviennent de moins en moins propres et sont donc désertés par leurs usagers habituels.

 

C?est le cas notamment des jardins Bleustein-Blanchet, de la Moscova, Alésia-Ridder, Montholon, gare de Charonne ou encore André-Citroën. Les personnels des Parcs et Jardins font donc face à la dégradation accélérée de ces chalets. Ces personnels occupent une partie de ces chalets qui servent de vestiaires et où ils peuvent aussi se restaurer. Aussi conviendrait-il de décider d?un moratoire sur l?externalisation des fonctions de gardienne de chalet, et dans un second temps au terme des contrats qui lient la Ville aux entreprises chargées désormais de ces fonctions, la remunicipalisation des fonctions de gardiennage des chalets serait mise en ?uvre.

Je vous remercie.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, MadameTAÏEB.

Monsieur VUILLERMOZ, vous étiez inscrit ? Très bien.

Avis de l?Exécutif, Monsieur CONTASSOT ?

M. Yves CONTASSOT, adjoint - Comme vous le savez, l?amélioration des conditions d?accueil des usagers constitue un des objectifs prioritaires de la municipalité. Nous nous devons d?offrir un niveau d?hygiène et de confort qui réponde aux normes actuelles, et c?est bien dans ce cas que nous avons décidé de modifier les conditions d?accès dans les toilettes publiques gratuites, je le précise - des parcs et jardins.

Ce qu?il faut quand même savoir, c?est que lorsque vousévoquez cette question, Madame TAÏEB, vous oubliez un élément essentiel : ces gardiennes de chalet ne remplissaient pas la fonction depuis l?ouverture du jardin jusqu?à la fermeture. Ces toilettes publiques n?étaient donc accessibles que lorsqu?il y avait une gardienne. Le reste du temps, elles étaient totalement fermées au public.

C?est bien pour améliorer les conditions d?accessibilité que nous avons mis en place un nouveau dispositif qui permet d?avoir ces toilettes accessibles tout au long de la journée.

A ce jour, il y a 142 jardins et cimetières qui sont équipés de toilettes publiques gratuites. Depuis la mise en ?uvre de la gratuité des toilettes en 2002, l?activité de certaines gardiennes a été modifiée. Comme vous l?avez dit : certaines continuent d?exercer le nettoyage de ces cabines. En revanche, nous avons développé un nouveau système de toilettes qui ne nécessite pas l?affectation d?une gardienne par site.

Il est donc plus rationnel de confier l?entretien de ces cabines à un prestataire privé en attendant d?avoir les nouvelles cabines qui seront autonettoyantes, et c?est pour cela que je ne peux pas admettre le v?u tel qu?il est formulé.

D?autant plus que si on l?acceptait, cela reviendrait à fermer dans les faits l?accès aux cabines pour plus de la moitié du temps. Ce qui, je pense, ne serait pas le meilleur service que l?on puisse rendre aux Parisiens. Je donne donc un avis négatif.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur CONTASSOT.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes M.R.C. et communiste, assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.