Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par les groupes de la majorité municipale relatif à l’occupation de la pelouse de Reuilly par les cirques.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2005


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 30 dans le fascicule, relatif à l?occupation de la pelouse de Reuilly par les cirques, sur lequel M. NAJDOVSKI est inscrit.

Allez-y, vous avez la parole.

M. Christophe NAJDOVSKI. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce v?u est présenté au nom de la majorité municipale du 12e arrondissement et il a été adopté par le conseil du 12e arrondissement du 5 décembre dernier.

Permettez-moi tout d?abord de faire une remarque liminaire et de me féliciter que ce v?u ait été présenté en 4e Commission, qui traite des questions d?environnement et d?espaces verts, alors que jusqu?à présent la question des manifestations sur la pelouse de Reuilly était abordée sous le prisme événementiel. Cela montre donc qu?il y a, aujourd?hui, une volonté partagée de la majorité municipale de considérer la pelouse de Reuilly comme un espace pleinement situé dans un site naturel classé qui est le bois de Vincennes.

Cette remarque étant faite, le v?u concerne donc l?accueil des cirques sur la pelouse de Reuilly. Chaque année en effet, la pelouse accueille divers cirques, notamment pendant la période hivernale. Et cette année en particulier, quelques cirques supplémentaires se sont installés à titre exceptionnel : Ô Cirque, dans le cadre de l?année du Brésil en juillet et août, et le Cirque Romanès en ce moment même.

Le Conseil du 12e arrondissement a pris acte et approuve bien entendu la politique de la Municipalité parisienne en faveur du développement des arts circassiens pour lesquels, depuis quatre ans, les aides de la Ville sont passées de 19.800 euros à

452.000 euros.

Néanmoins, au regard des difficultés liées à la recherche d?emplacements pour les différents cirques, il n?est pas souhaitable de concentrer la réunion de ceux-ci en un nombre restreint d?endroits, notamment sur la pelouse de Reuilly.

Depuis 2002, une réflexion et une action ont été engagées par la municipalité sur la réduction des nuisances liées à l?occupation de la pelouse afin de mieux intégrer les diverses manifestations dans leur environnement urbain et de préserver le bois de Vincennes.

Par ailleurs, le Conseil de Paris a adopté un v?u pour que la charte ?Droit de cité pour le cirque? soit réellement appliquée à Paris et que chaque arrondissement contribue à l?accueil des cirques dans un effort partagé. A cet égard, la pelouse de Reuilly doit être un lieu d?accueil parmi d?autres et non un des lieux d?implantation exclusifs et accueillir les cirques dans le cadre d?une stricte mise en ?uvre de la charte d?aménagement durable des bois.

Enfin, nous devons considérer que le Conseil de Paris a adopté un voeu pour une requalification paysagère de la pelouse de Rueilly qui soit compatible avec les activités existantes.

 

C?est pourquoi nous vous proposons le v?u suivant sur proposition du Conseil du 12e arrondissement : tout d?abord que les périodes d?occupation de la pelouse de Reuilly soient strictement limitées à 6 mois par an, toutes manifestations confondues, que le calendrier des manifestations prenne en compte les attentes des riverains quant à une occupation plus locale de ce lieu emblématique du 12e arrondissement, que dans cet objectif, une distinction soit préalablement établie entre les grandes structures circassiennes qui occupent la pelouse de novembre à janvier et les structures plus petites que la Ville veut encourager, tout comme d?autres types d?occupations : utilisations pour les manifestations, etc. Je pense notamment au cinéma en plein air qui a été organisé par le conseil de quartier mais encore le ?Roller Parc? qui est présent l?été, etc.

Enfin, que la Ville de Paris veille avec la plus grande rigueur à la compatibilité des différentes manifestations avec la charte d?aménagement durable du bois de Vincennes.

Je vous remercie.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - L?occupation effective de la pelouse de Reuilly est actuellement limitée, en effet, à six mois par an. Les trois grands cirques ont occupé la pelouse en 2005 du 1er octobre au 29 janvier, soit quatre mois.

L?occupation par la Foire du Trône s?étalant traditionnellement sur huit semaines, la pelouse de Reuilly a été occupée durant six mois, conformément aux souhaits exprimés dans le v?u.

Les discussions actuellement menées autour du calendrier 2006, le sont sur ces mêmes bases. La concertation en cours est la suivante. Une réunion s?est tenue à l?Hôtel de Ville le 28 novembre dernier afin de caler un calendrier prévisionnel 2006. Elle associait les responsables de l?ensemble des cirques, la Mairie du 12e arrondissement, la D.P.J.E.V. et la Direction des Affaires culturelles.

M. LEBAN, 1er adjoint de M. TAITTINGER, maire du 16e arrondissement, a confirmé, malheureusement, le souhait de la mairie du 16e arrondissement de ne plus accueillir de cirque, square Parodi, car il y aurait des plaintes de riverains contre le campement des cirques et du cirque Romanès mais j?y reviendrai après.

Lors de cette réunion, la mairie du 12e arrondissement et sa maire, Mme BLUMENTHAL, ont fait part de leur volonté de ne pas aller au-delà des six mois d?occupation actuelle. Cette demande a été prise en compte. Les cirques Pinder, Phénix et Gruss, n?étant pas en mesure de formuler avec précision leur demande de dates pour le moment, il a été décidé de provoquer une réunion prochaine entre la Ville, les cirques et la mairie du 12e, exclusivement consacrée au planning d?occupation de la pelouse de Reuilly.

Une réunion se tient ce soir à la mairie du 12e arrondissement afin d?évoquer, avec les trois grands cirques que je viens de citer, les problèmes de stationnement et de circulation.

Quant à la recherche de nouveaux emplacements, elle se poursuit. Le terrain sis 62, rue René-Binet dans le 18e arrondissement est disponible jusqu?en 2009. Ce site est actuellement occupé alternativement par le chapiteau de l?association ?La rue et compagnie? et la ?Prévention routière?.

Les activités de la ?Prévention routière? ne donnant pas satisfaction aux partenaires locaux, il est prévu de les supprimer afin de créer un pôle cirque permanent sur ce site. Est-ce à dire un autre cirque? Romanès qui pourrait s?installer ainsi d?octobre à avril ?

Une proposition a également été formulée par ?De rue de cirque?, association coopérative que nous finançons pour la première année, qui sera étudiée par les services de la Ville au square Itzaac Rabin, côté rue de Bercy dans le 12e arrondissement.

Permettez-moi d?attirer l?attention du Conseil de Paris et des Maires d?arrondissement sur une attitude qui m?inquiète car le cirque est la 2e pratique culturelle des Franciliens après le cinéma. Lorsque les cirques sont là, à Paris, leurs succès est indéniable, puisque les chapiteaux sont pleins, que les familles sont nombreuses, que c?est un loisir populaire, démocratique, assez merveilleux, et que si la Ville n?est plus capable d?accueillir les cirques, c?est un mode d?expression culturelle qui disparaîtra et, pour prendre en exemple le cirque Romanès qui est un petit cirque familial, fragile, plein de poésie, je crois que nous ferions une grave erreur.

La Ville ne peut pas être simplement une magnifique ville de musées et de patrimoine, et dieu sait si le patrimoine est important à la compréhension de notre histoire et de la civilisation, mais une ville est bonne, juste et généreuse quand elle partage et accueille ce qu?elle a de plus fragile et de plus créatif.

Donc, prenons garde à ne pas devenir une ville qui ne serait finalement qu?un magnifique jardin botanique, et je ne dis rien contre mon ami M. CONTASSOT, mais ne faisons pas de notre ville un village botanique ou une ville tellement minérale qu?elle n?aurait que des musées et que les vestiges du passé.

Donc, je demande vraiment à tous les maires d?arrondissement d?être solidaires, du 16e au 20e en passant par le 12e, le 13e, le 14e, le 15e, tous les grands arrondissements qui ont un peu d?espace, de savoir accueillir à la fois les cirques de création mais aussi les grands cirques car cela fait partie de la tradition parisienne. Paris est la capitale du cirque, à moins que nous ne voulions qu?en effet le Québec, le Canada, Montréal deviennent cette capitale avec le ?Cirque du soleil?.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et ?Les Verts?).

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur GIRARD.

La parole est à M. CONTASSOT.

M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Je vois que M. LEGARET conteste avec efficacité la décision du maire du 16e et je m?en félicite puisque, effectivement, il applaudit les propos de Christophe GIRARD qui condamnaient l?attitude de la mairie du 16e qui refuse d?accueillir un cirque, sur un espace spécifiquement aménagé. Je dois dire que j?ai du mal à comprendre que l?on se félicite à la fois de la volonté de la Mairie de développer les arts de la rue, et notamment le cirque, et qu?en même temps, quand on le peut, on empêche dans son arrondissement l?installation d?un cirque sur, encore une fois, un espace spécifiquement aménagé.

 

Si ce v?u arrive en 4e Commission, ce n?est pas le fruit du hasard. Il ne s?agit pas de l?activité des cirques. Il s?agit de savoir si les espaces verts sont les lieux dans lesquels on installe tout ce qu?on ne sait pas installer ailleurs ou si effectivement il faut prévoir des équipements dédiés pour un certain nombre d?activités, qu?elles soient sportives, artistiques, culturelles ou autres.

Je crois qu?il faut trouver un bon équilibre et que les espaces verts ne peuvent pas être l?endroit, encore une fois, où l?on met tout ce que l?on ne sait pas mettre ailleurs. C?est bien l?objectif de cette demande à laquelle je souscris tout à fait, évidemment, qui est de limiter dans le temps, comme aujourd?hui, l?occupation de la pelouse de Reuilly. Nous avons souvent évoqué cet pelouse qui est dans un espace boisé classé qui pose de nombreux problèmes, y compris de nuisances, aux riverains. Nous allons progressivement vers une reconquête de cet espace. En attendant, on doit limiter strictement son occupation.

Donc, je donne un avis extrêmement favorable à ce v?u.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur CONTASSOT.

La parole est à M. NAJDOVSKI, pendant une minute.

M. Christophe NAJDOVSKI. - Je voulais simplement signaler que, concernant les endroits susceptibles d?accueillir des cirques à Paris, j?ai fait une proposition auprès d?un conseiller du cabinet du Maire de Paris, pour que sur les terrains du Nord-Est où nous avons 200 hectares, nous réservions un espace, par exemple 1 %, 2 hectares, pour l?accueil de manifestations qui permettrait de faire en sorte que l?on trouve une place pour toutes les activités à Paris.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.

Un mot, Monsieur VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ. - Oui, absolument. Par rapport à ce que vient de dire Christophe NAJDOVSKI, il me semble que le Maire adjoint chargé de la culture du 19e arrondissement est très favorable à ce genre de chose et que nous le faisons déjà beaucoup.

Il me semble logique qu?il y ait une répartition. Mais que cette répartition se fasse à cet endroit, tel que c?est proposé, me semble aussi être une bonne chose !

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes de la majorité municipale, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2005, V. 481).

Je vous remercie.