Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DVD 257 - Programme Mobilien en faveur du réseau principal de bus. - Approbation du programme de la 1ère phase d’aménagement de l’Axe Mobilien 62. Autorisation à M. le Maire de Paris de solliciter les subventions correspondantes auprès des différents partenaires.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2005


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DVD 257 relatif au programme Mobilien en faveur du réseau principal de bus. Approbation du programme de la 1ère phase d?aménagement de l?Axe Mobilien 62, sur lequel un amendement technique n° 24 a été déposé par l?Exécutif.

Je voudrais demander à tous les orateurs d?essayer de faire un effort de concision, si nous voulons terminer cette séance dans de bonnes conditions. Merci.

Madame BELLENGER, vous avez la parole.

Mme Geneviève BELLENGER. - Merci, Monsieur le Maire.

A l?heure où s?achève la Conférence de Montréal sur les conditions de prolongement du protocole de Kyoto, au cours de laquelle le Président de la Royal Society - et je parle un peu pour

M. LELLOUCHE, vu les propos qu?il avait tenus hier lors du débats budgétaire -, dans son mot d?adieu, exhortait ?les politiques, qui sont actuellement plus préoccupés par les cours de l?action que par les conséquences pour la planète, à agir et à couper le lien entre croissance économique et augmentation des émissions de gaz à effet de serre? - je ferme les guillemets.

A l?heure où une récente étude commandée par la Ville de Paris met en exergue une véritable fracture modale entretenue par les protagonistes du tout-voiture, ce premier programme d?aménagement de l?axe Mobilien 62 tombe effectivement à pic.

Il tombe à pic, car la ligne 62 constitue une ligne paradigmatique pour des dizaines de milliers d?usagers et, comme l?on dit : un être vous manque et tout est dépeuplé ! Cela aurait pu être le ressenti de milliers d?usagers si, malgré les 63 kilomètres de site protégé réalisés depuis 2001, rien n?avait été fait dès cette mandature pour améliorer la qualité de service de cette rocade sud.

Caractérisée par un niveau de fréquentation particulièrement important, d?environ 54.000 voyages par jour, en augmentation de 3 % entre 2003 et 2004, ce qui la classe au deuxième rang du réseau parisien en terme de trafic voyageur, juste après la ligne PC et devant les lignes PC 2 et PC 3, la ligne 62 assure une desserte stratégique en rocade sud de Paris : nombreux bureaux, hôpitaux, lycées, universités, espaces verts. Elle est en interconnexion avec 10 lignes de métro, la ligne C du R.E.R. et 7 lignes du réseau banlieue d?autobus dont Orly bus.

Paradoxalement, cette ligne du réseau parisien connaît des difficultés de circulation catastrophique - qui ne les connaît pas ? -, liées à la tenue de huit marchés sur son itinéraire, aggravées par un trajet sur des rues étroites et très commerçantes : congestion importante avec des temps d?attente pouvant atteindre 20 à 25 minutes, vitesse commerciale entre 6, 10, au mieux 12 kilomètres/heures l?après-midi, bus bondés 7 jours sur 7, même le dimanche, bien loin des critères de confort de la R.A.T.P., notamment pour les familles et les personnes handicapées, mais aussi une situation favorable à des comportements agressifs et à des taux importants de vol à la tire, comme l?a précisé le contrat départemental de sécurité sur cette ligne ; sans parler des diverses humiliations que doivent subir les lycéens, salariés, dues à la très pauvre fiabilité de la régularité de la ligne, en arrivant en retard.

Il s?agira, dans un premier temps, bien sûr, d?accompagner le projet de restructuration de la ligne par la R.A.T.P., avec un matériel plus capacitaire, notamment, et nous le demandons fortement, sans réduire la fréquence de cette ligne. Il s?agira également, avec la mise en place par la Ville de Paris d?une priorité de bus aux carrefours, de réaliser des aménagements de voirie susceptibles d?améliorer sa fluidité, d?assurer la sécurité de ses usagers et l?accessibilité des P.M.R., en limitant, aux arrêts, le stationnement illicite ou celui lié aux livraisons et en améliorant les correspondances pour favoriser l?intermodalité et la desserte de grands équipements publics.

 

Ce programme a fait l?objet de conférences itinérantes avec l?ensemble des partenaires, les représentants d?usagers, les conseils de quartier et, ce qu?il n?est pas inutile de souligner, la Chambre de Commerce et d?Industrie et les associations de commerçants. Dans un climat très consensuel, à ma connaissance, chaque arrêt, chaque situation particulière a fait l?objet d?un diagnostic et de propositions précises intégrant l?ensemble des contraintes.

Résultat : 30 points bénéficieront de quais de bus, accompagnés d?une aire de livraison ou de parcs deux-roues selon les besoins, 3 nouveaux points d?arrêt seront créés desservant le parc de Bercy, la nouvelle station ?Météor? face à la B.N.F. ou, encore, la station Alésia, ligne 4, réduisant ainsi une interdis-tance très dissuasive entre deux arrêts.

De plus, l?environnement sera valorisé et le confort de la marche amélioré, notamment grâce à l?amendement présenté par l?Exécutif municipal qui obligera les exploitants des cars HERTZ, qui se garent le plus souvent en double file sur la rue d?Alésia, au droit du 187-195, à se conforter à la législation en vigueur, cela au plus grand bonheur des riverains.

Nous souhaitons cependant solliciter votre attention sur deux points particuliers dans le cadre de cette première étape d?aménagement. Il nous semblerait effectivement pertinent de mettre à profit l?année 2006 pour prolonger la concertation afin de trouver des solutions pérennes sur le problème du marché Convention, en exploitant toutes les possibilités : gestion adaptée de l?usage public au moment de la tenue du marché ou relocalisation partielle de celui-ci, ce marché Convention demeurant malgré tout un point noir de premier ordre sur l?itinéraire de la ligne. Tout comme nous souhaitons l?accélération de l?installation de caméras fixes pour inciter au respect des couloirs peints, compléments nécessaires vu le contexte urbain dans lequel évolue la ligne 62.

Mais d?ores et déjà, la première étape d?aménagement de la ligne 62 constitue, me semble-t-il, un signe fort adressé aux Parisiens et aux franciliens qui n?en peuvent plus de cette galère 7 jours sur 7 et, comme on le dit pour certains quartiers, sur cette ligne trop longtemps abandonnée.

Il est vraiment temps d?accélérer le tempo, à commencer par celui de l?Etat pour débloquer le S.T.I.F. afin de valoriser l?image des hommes et des femmes qui, depuis des dizaines d?années et dans des conditions de transport lamentables, ont fait le choix d?un déplacement citoyen, afin d?impulser une véritable envie de prendre le bus, bien entendu le bus 62 !

Merci.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur COUMET, voulez-vous ajouter quelque chose ?

M. Jérôme COUMET. - Je vais faire rapide et je ne vais pas intervenir sur le même plan.

Je voulais d?abord dire qu?il s?agit d?une ligne qui intervient sur un axe parallèle aux Maréchaux et c?est pourquoi - je le dis ici publiquement - nous étions réservés au niveau de la mairie du 13e pour des interventions lourdes concomitantes aux aménagements du tramway. Et je remercie Denis BAUPIN de nous avoir écoutés.

Je souhaite profiter de ce projet de délibération pour souligner notre très vif intérêt au sujet d?un projet de la R.A.T.P. qui consiste en la scission en 2 lignes de la 62, dont nous parlons en ce moment : une branche permettant de relier la future université et le Jardin des Grands Moulins, et une branche reliant la place d?Italie à la rue Neuve-Tolbiac.

Liaison très difficile aujourd?hui.

Ce projet, outre l?intérêt pour les quartiers desservis, outre la liaison par 2 bus de la future station des Olympiades de la ligne 14, aurait un grand intérêt pour assurer une meilleure régularité de cette ligne.

Aussi je me permets de te solliciter très directement, cher Denis, afin que tu puisses relayer ce beau projet auprès du

S.T.I.F. qui compléterait intelligemment le dispositif que tu nous présentes aujourd?hui.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci pour cet appel qui sera entendu, je n?en doute pas.

 

Monsieur NAJDOVSKI, vous avez la parole. Rapidement aussi.

M. Christophe NAJDOVSKI. - Merci, Monsieur le Maire.

Délibération après délibération, le programme de la Municipalité en matière de déplacement prend corps. Avec la mise en ?uvre du programme Mobilien, l?engagement pris devant les électeurs de donner priorité aux bus à Paris se concrétise.

Aujourd?hui, après les lignes de bus 38, 91, 27, 60 et 21, la ligne de bus 62 va être labellisée Mobilien. Le programme concernant la ligne 62 est prudent. Compte tenu des travaux de réalisation du tramway des Maréchaux Sud, il a été décidé de réaliser les aménagements en deux temps. Dans un premier temps : pendant le chantier. Et puis dans un second temps, à la livraison du tramway. Nous espérons que la deuxième phase permettra d?amplifier les réalisations qui seront programmées.

Les aménagements programmés à l?heure actuelle sont essentiellement ponctuels, ils permettront toutefois de manière très concrète et pragmatique d?améliorer le confort et l?accessibilité des usagers, notamment des personnes à mobilité réduite.

De nouveaux points d?arrêt seront créés, la gestion des livraisons sera facilitée et des difficultés ponctuelles de circulation seront résolues par la mise en place de quelques couloirs de bus dans le 12e arrondissement, de 2 couloirs de bus plus précisément.

Ces aménagements seront utiles et le dédoublement de la ligne avec la création de la ligne 64, prévue pour l?an prochain, entre la place d?Italie et la place Gambetta, améliorera également l?offre de transports en commun.

Il conviendra cependant à terme, lorsque le tramway des Maréchaux Sud sera en service, de réfléchir à des aménagements plus lourds pour la ligne 62. En effet, les conditions dégradées de circulation du bus sur certains secteurs comme la rue de la Convention, la rue d?Alésia ou la rue de Tolbiac plaident pour des réaménagements ambitieux, comme des mises à sens unique assorties de contresens pour les bus, les vélos, les taxis et les véhicules d?urgence. C?est donc avec cette perspective qu?il faut nous projeter afin de parvenir à faire à terme de la ligne 62 un véritable métro de surface.

Je vous remercie.

 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Je donne la parole à Mme CATALA.

Mme Nicole CATALA. - Merci, Monsieur le Président.

Le projet de transformation de la ligne 62 en Mobilien s?inscrit évidemment dans la conception d?ensemble des déplacements à Paris que met en oeuvre progressivement cette municipalité, cette majorité municipale. C?est-à-dire que c?est une lutte à tous crins contre les voitures et une promotion des transports en commun qui est d?une efficacité très contestable.

Toujours est-il que cette politique a déjà manqué son but premier, puisque vous la justifiez au nom de la lutte pour la santé publique. Elle a déjà manqué son but en ce sens que la pollution n?a pas diminué à Paris et donc tous les investissements que vous avez fait à grands frais se révèlent inopérants.

Cette politique manichéiste a de surcroît pour conséquence une aggravation des conditions de vie et des conditions d?existence de tous les Parisiens qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller travailler. Et il y en a beaucoup plus que vous ne voulez le croire, et pour cela la vie quotidienne est devenue infiniment plus stressante, infiniment plus fatigante qu?elle ne l?était auparavant.

Je reviens un instant à ce projet qui, dites-vous, fait partie d?un programme d?ensemble portant sur l?attractivité de 17 lignes d?autobus.

Je me suis demandée, en prenant connaissance de ce projet, si la nécessité que vous affichez, que vous proclamez d?améliorer la ligne 62 ne tenait pas en partie au moins au retard qu?ont pris les travaux du tramway. Retard qui appelle un moyen de déplacement nouveau pour compenser le ralentissement de la Petite Ceinture, du PC, et donc, vous voulez installer un mode de transport plus efficace et plus rapide dans le sud de Paris.

Le problème, c?est que les Mobiliens que vous avez réalisés jusqu?ici, vous les avez implantés sur des axes larges, et ils ont d?ailleurs eu comme conséquence pour la plupart de tuer le commerce local.

Là, indépendamment des conséquences sur le commerce, nous sommes en présence d?axes peu larges, qu?il s?agisse de la rue de la Convention, de la rue de Vouillé, de la rue d?Alésia ou de la rue de Tolbiac. Et donc ce couloir de bus qui sera protégé sur certains sites, en tout cas qui sera à certains endroits marqués par des avancées de trottoir de plusieurs mètres sur la voirie actuelle, entraînera des conséquences désastreuses sur la fluidité de la circulation qui laisse déjà à désirer.

Je me demande vraiment comment les personnes, comment les ambulances aussi, comment le S.A.M.U. arriveront à se déplacer rue d?Alésia lorsque vous aurez installé ce couloir de bus qui va couvrir une grande partie de la rue.

Et j?ai un exemple récent malheureusement où, dans une circonstance dramatique, le S.A.M.U. n?est pas arrivé assez tôt.

Je vous mets en garde contre ces conséquences-là dans des rues qui ne sont pas larges, qui sont très fréquentées et qui resteront inévitablement fréquentées.

J?ai, pour ma part, tendance à considérer que le manichéisme n?est pas une bonne façon de traiter les affaires publiques?

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Où se trouve le manichéisme ?

Mme Nicole CATALA. - Oui, mais justement vous en êtes porteur, Monsieur BAUPIN. Je voudrais aussi vous demander, c?est la seule question que je vous poserai, s?il y avait sur ce sujet de la réalisation d?une ligne supplémentaire de Mobilien une véritable demande populaire.

Merci, Monsieur le Président.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Madame KUSTER, vous étiez inscrite ?

Elle ne renonce pas.

Mme Brigitte KUSTER. - Avant d?intervenir, Monsieur le Maire, sur le détail de ce projet de délibération lié au Mobilien, je voudrais faire part aux membres de notre haute Assemblée d?une étude de deux économistes rendue publique aujourd?hui dans la presse sur les conséquences de votre politique en matière de circulation.

En effet, les chiffres donnés sont en totale contradiction, pour certains d?entre eux, avec les vôtres parlant d?une augmentation de polluants de 54 % due à l?augmentation des encombrements chiffrés, d?après les auteurs, à 834 millions d?euros par an du fait notamment des heures perdues évaluées à 60 millions d?heures par an.

Et votre commentaire, Monsieur le Maire, sur ces données nous intéresserait.

J?en reviens au Mobilien 62 dont il s?agit, dans le projet de délibération que nous étudions, de prévoir la première phase d?aménagement.

Les lignes 26 et 62 doivent faire l?objet d?une réorganisation sous la forme de trois lignes sur le modèle des arcs formés par les lignes PC1, PC2 et PC3. Cela est une bonne idée sur le plan de l?exploitation et de la régularité, d?autant plus que la création de la nouvelle ligne 64 permettra de diversifier l?exploitation avec la création d?antennes, notamment vers la place de la Nation.

Par contre, ce tronçonnage de la ligne 62 obligera les voyageurs occasionnels à payer plus d?un ticket, pour un trajet allant du cours de Vincennes à Alésia par exemple, qu?ils font actuellement avec un seul ticket. C?est d?ailleurs le même cas de figure que pour le tramway qui obligera les personnes qui effectuent actuellement le trajet entre la Porte de Charenton et la Porte de Saint-Cloud avec un seul ticket et qui devront en payer trois une fois le T.M.S. mis en service.

C?est la raison pour laquelle je souhaiterais, Monsieur le Maire, savoir ce que vous comptez faire, et ce que compte faire le Maire de Paris, pour obtenir la tarification horaire sur les autobus, comme cela se pratique dans la quasi totalité des autres villes du monde.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.

 

M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. Je voudrais remercier nos collègues pour ces interventions. D?abord, Mme BELLENGER, dont la connaissance et l?attachement à la ligne 62 sont connus de tous et qui a rappelé très largement tous les avantages de l?aménagement qui est proposé aujourd?hui et a répondu d?ailleurs par avance à Mme CATALA sur l?attente très forte des nombreux usagers de cette ligne. Comme l?a dit Mme BELLENGER, c?est la deuxième ligne parisienne en terme d?efficacité d?utilisation selon les usagers du bus.

Donc, en réponse à Mme BELLENGER, je confirme que j?ai demandé au S.T.I.F. et à la R.A.T.P. d?étudier la possibilité de mettre des véhicules plus longs sur cette ligne, des véhicules articulés, à condition de ne pas diminuer pour autant la fréquence. Pour l?instant, j?imagine que cette proposition est à l?étude puisque je n?ai pas eu de nouvelles.

J?ai bien entendu aussi votre demande en ce qui concerne la recherche de solutions pérennes pour le marché Convention. Nous avons d?ailleurs une réunion de travail qui est prévue au début de l?année prochaine avec le gestionnaire de ce marché de façon à regarder quelle réponse pourrait être apportée.

Enfin en ce qui concerne les caméras fixes qui pourraient être posées, il faudra que nous voyons avec la Préfecture de police. Il y a aujourd?hui un programme de premier test de caméra fixe, qui a priori pour l?instant donne des résultats intéressants. Donc il faudra regarder ensuite quelles sont les lignes prioritaires pour des implantations qui pourraient être faites mais j?ai bien entendu votre proposition que la ligne 62 puisse en bénéficier.

Je voudrais dire à M. COUMET et à M. NAJDOVSKI, puisqu?en fait leurs interventions portaient sur les mêmes questions, d?une part, que c?est en effet parce que la ligne est parallèle au T3 que nous avons choisi de faire des premiers aménagements, je dirais, modérés sur cette ligne en attendant de voir ce qui se passera une fois que le tramway sera en place.

Bien évidemment, l?objectif du tramway est de faire en sorte que beaucoup d?usagers actuels de l?automobile sur ces trajets, si ce n?est sur les rues Alesia, Convention, etc., ou parallèles sur les Maréchaux, soient dorénavant utilisateurs du T3. Cela pourrait entraîner une diminution très significative de la circulation automobile, ce qui pourrait nous exonérer d?aménagements lourds pour la ligne 62.

En ce qui concerne la ligne 64, je voudrais vous confirmer donc qu?elle fait bien partie des projets que nous étudions avec la RA.T.P. Actuellement, comme vous le savez, nous n?avons pas de Conseil d?Administration du S.T.I.F. donc nous ne pouvons pas délibérer sur un projet comme celui-là mais il est clair que c?est un projet qui est extrêmement intéressant et permettrait d?apporter une meilleure déserte du sud-est de Paris, y compris en rocade, et y compris pour le 20e arrondissement à proximité des lycées Maurice-Ravel et Hélène-Boucher, qui gênèrent eux aussi des flux importants.

J?ai bien entendu d?ailleurs à ce sujet la question totalement légitime de Mme KUSTER en ce qui concerne le tronçonnage et donc ses conséquences sur la tarification. C?est un sujet qui est revenu dans de nombreuses réunions PDP que j?ai tenues ces dernières semaines dans les différents arrondissements. C?est vrai que la situation actuelle est stupide, je n?hésite pas à le dire et nous aurions préféré, nous, que le syndicat des transports d?Ile-de-France, lorsqu?il était de compétence Etat sache régler ce problème. C?est maintenant un héritage pour nos collectivités, et évidemment nous serons porteurs auprès de Jean-Paul HUCHON, Président du Conseil régional, d?une proposition pour modifier cet état de fait.

Madame CATALA, vous nous avez traités de manichéens. Je crains de devoir vous renvoyer le compliment, vu l?intervention d?arrière-garde que vous avez eue sur ce projet. Je voudrais vous indiquer malgré tout, vu que vous semblez vous opposer fortement à ce projet, que aussi bien le Conseil d?arrondissement du 15e arrondissement que celui du 16e arrondissement ont donné un avis favorable, voire très favorable à ce projet, et que M. TRÉMÈGE nous rappelait sur ces bancs hier que le Mobilien avait été impulsé par la municipalité précédente. Donc j?ai du mal à comprendre que vous qui faisiez partie - et comment ! - de cette municipalité ne vous inscriviez pas dans cette continuité et continuiez à porter un discours de nostalgie du tout automobile.

Je n?ai pas vraiment envie de revenir sur tous ces arguments. Simplement, contrairement à ce que vous avez indiqué en ce qui concerne la pollution de l?air, aujourd?hui elle baisse. Elle baisse pour la pollution de fond, comme nous l?indique AIRPARIF. Il faut toutefois constater que la pollution de proximité ne baisse pas, ce qui semble une contradiction au premier abord. AIRPARIF l?explique notamment par les conséquences du réchauffement climatique et de l?augmentation de la température qui modifient la composition chimique de ces polluants.

D?ailleurs Mme BELLENGER a eu raison de rappeler qu?il y a eu à Montréal une conférence extrêmement importante. Je crois savoir qu?un Président de la République française avait tenu il y a quelques années des propos importants sur ?notre planète qui brûle? et que ce sont là des questions que nous devons nous poser. D?ailleurs ce sont les questions que ne se sont pas posées les soi-disant économistes auxquels vous avez fait allusion, qui ont rendu publique une étude dont vous serez sûrement intéressée d?apprendre qu?elle a été commandée par l?Automobile Club de l?Ouest, ce qui pour une étude dite indépendante laisse sérieusement à désirer.

Franchement, si vous voulez, je peux vous donner l?exemplaire que j?ai de la version provisoire de cette étude. Je vous en fait passer une copie sans aucun problème, vous verrez ! Franchement, par rapport au travail très sérieux que peut faire AIRPARIF sur la pollution de l?air par exemple, là on a vraiment l?occasion de constater que des gens qui veulent faire une démonstration à charge savent poser des équations qui n?ont pas grand sens pour essayer de la démontrer.

 

Vous savez, je suis très tranquille très serein par rapport à cela, je connaissais bien M. PRUDHOMME, j?ai eu l?occasion à de nombreuses reprises de débattre avec lui - Oui, il s?appelle PRUDHOMME - et M. GERONDEAU qui fait partie du lobby automobile et défend des intérêts catégoriels et commerciaux. C?est son droit mais de là à se présenter comme un expert indépendant cela pose problème. En tout cas, je vous invite vraiment à voter ce projet de délibération. Je me félicite que tous les arrondissements concernés aient donné des avis favorables à ce projet de délibération et j?espère bien que notre Conseil sera aussi unanime.

(Applaudissements sur les bancs des groupes ?Les Verts?, socialiste et radical de gauche, communiste et du Mouvement républicain et citoyen).

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet d?amendement n° 24 déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet d?amendement n° 24 est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 257 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2005, DVD 257).