Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DDEE 157 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une nouvelle convention pluriannuelle d’objectifs avec l’association “La Goutte d’Ordinateur” (18e) prévoyant une subvention de fonctionnement au titre de 2005. - Montant : 50.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2005


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président.- Nous passons à l?examen du projet de délibération DDEE 157 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une nouvelle convention pluriannuelle d?objectifs avec l?association ?La Goutte d?Ordinateur? (18e), prévoyant une subvention de fonctionnement au titre de 2005.

Monsieur DOMINATI, vous avez la parole.

M. Laurent DOMINATI. - Merci, Monsieur le Maire.

Il s?agit d?une subvention de 50.000 euros à une association qui exerce depuis 2000, soutenue à l?époque par le Gouvernement et le secrétaire d?Etat à l?Économie solidaire et depuis 2001 par la Municipalité parisienne. Depuis 2001, on pourrait avoir un bilan de l?activité exacte de cette association qui se propose de renforcer le lien social, de lutter contre toute forme de discrimination, de créer de nouvelles solidarités intergénérationnelles. Tout cela, c?est bien, c?est beau, c?est une phraséologie que l?on connaît et ce que qu?on aimerait plutôt savoir c?est en quoi elle est utile.

En effet, quand on étudie réellement les activités depuis 2001, on n?est pas assailli par la pertinence du bilan, Monsieur le Maire. En quand on regarde les statuts de l?association et son bilan financier, on s?aperçoit finalement que dans ce qui nous est présenté, pour le bilan que vous nous présentez, il y a eu 70 heures de consultation d?ordinateur. En effet, 140 euros de recettes à 2 euros de l?heure, cela fait 70 heures. Vous avouerez, Monsieur le Maire, que pour une association qui reçoit

50.000 euros de subventions, ou bien ce bilan est faux ou bien c?est assez faible. C?est même extrêmement faible.

 

On peut me dire : oui mais il y a quand même quatre associations adhérentes dans le 18e arrondissement, vous remarquerez que quatre associations adhérentes pour 100 euros chacune, ce n?est pas beaucoup non plus. Et 99 personnes, même s?il y a un soutien de quatre associations - ce qui est à peu près logique puisqu?en réalité il est indiqué que cette association fonctionne en réseau avec d?autres associations donc il est logique qu?elles adhèrent - je ne trouve pas que l?activité de cette association, en tout cas à partir des documents qui nous sont fournis - mais peut-être y en a-t-il d?autres et peut-être allez-vous nous prouver que cette association fonctionne réellement a permis effectivement de résoudre la fracture numérique, puisque c?est le terme généralement employé - souvent trop facilement d?ailleurs - et nous aimerions avoir des précisions sur l?action réelle de cette association qui est subventionnée depuis des années et qui apparemment n?a pas une activité aussi visible et évidente que cela.

Mais j?ajoute que peut-être qu?il y a une explication. Car en fait quand on regarde le nombre d?associations qui sont subventionnées par arrondissement, on s?aperçoit que dans le 18e arrondissement, il y a presque un guichet ouvert, Monsieur le Maire. En effet, on remarque que depuis juin 2005, par exemple, sur le total des subventions aux associations délivrées par le Maire de Paris, 3.235.000 euros ont été alloués aux associations du 18e arrondissement. Par comparaison pour le 17e arrondissement, de taille sensiblement identique, le chiffre est de

468.000. Ainsi, par habitant, il y a des subventions pour le 18e arrondissement de 17,50 euros et le deuxième arrondissement qui est le plus important par habitants est le 20e avec 9,91 euros.

Donc, vous ne pouvez pas nous empêcher de considérer que finalement si une association veut avoir des subventions, que ce soit pour résoudre la fracture numérique ou pour faire ceci ou cela, il vaut mieux s?inscrire dans le 18e arrondissement et aller voir les élus du 18e arrondissement que s?inscrire dans le 20e ou dans le 17e ou dans le 4e arrondissement. Je ne parle pas du 16e arrondissement, qui lui n?a quasiment droit à rien, mais vous expliquerez que, effectivement, là, la fracture numérique est moins importante. Je fournis peut-être la réponse en même temps que la question. J?aimerais savoir pourquoi on subventionne une association qui ou n?a pas de bilan ou bien a un bilan si peu montrable qu?il est préférable de ne pas montrer, et puis la réponse, c?est-à-dire qu?à partir du moment où cette association a un salarié qu?il faut bien continuer à payer une fois que le gouvernement socialiste a disparu, il faut poursuivre, et que le meilleur guichet d?accès à l?argent public à Paris étant le 18e arrondissement, cette association a trouvé la bonne adresse ! Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame AUFFRAY, vous défendez le 18e arrondissement, qui en a bien besoin, qui le mérite?

Mme Danièle AUFFRAY, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Si j?avais su que M. DOMINATI était si intéressé, je l?aurais convié ce matin même. Il y avait une réunion ici même à l?Hôtel de Ville de l?ensemble des E.P.N., que nous animions, qui montre bien que nous suivons de près ce qui se fait et que les différentes subventions ne sont pas jetées ainsi au hasard.

Je vais reprendre quand même point par point ce qui a été dit.

Plus globalement, sur la territorialisation. Certes, les E.P.N. sont territorialisés. Ils sont, pour l?essentiel, dans les quartiers ?politique de la ville?, mais j?ai le plaisir d?annoncer à M. DOMINATI qu?en 2006, nous allons ouvrir le prochain E.P.N. dans le 17e arrondissement, dans un quartier du 17e arrondissement qui en a besoin : celui des Épinettes.

Voilà un premier point sur la territorialisation.

Je reviens sur l?affluence et l?utilité de ces E.P.N. Un audit a été fait par la Caisse des dépôts, dont nous rendions compte, justement, ce matin. Je le tiens aussi à la disposition de M. DOMINATI. Cet audit de la Caisse des dépôts et consignations a pointé peut-être quelques faiblesses auxquelles nous allons remédier, mais qui ne sont pas de la nature de la fréquentation. La fréquentation est extrêmement haute dans tous les E.P.N. Ceci veut dire que cette politique que nous avons entreprise était vraiment nécessaire et elle est nouvelle, inutile de le dire.

Je tiens à la disposition tous les chiffres que M. DOMINATI voudra concernant l?ensemble des E.P.N. et précisément concernant ?la Goutte d?Ordinateur? qui a été un des premiers à être ouvert. Ses calculs ne sont pas extrêmement justes ; d?abord, ce n?est pas 2 euros par heure, c?est 1 euro par heure. Et de toute manière, la plupart des gens qui le fréquentent le font par le biais des associations et ne sont donc pas soumis à cette redevance. On ne peut donc pas faire de calcul comme cela.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 157.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DDEE 157).