Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DU 218 - Aménagement du quartier des Halles. Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché de maîtrise d’oeuvre relatif à la restructuration des espaces publics intérieurs des Halles, en sous-sols et rez-de-chaussée. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer, avec la Région Ile-de-France, le STIF, la RATP et la Société civile du Forum des Halles de Paris, représentée par Espace Expansion, une convention relative au financement d’études portant sur la restructuration des circulations intérieures et des accès du Forum des Halles et notamment du pôle de transport.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2005


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DU 218 relatif à l?aménagement du quartier des Halles.

M. LEGARET était inscrit, je ne le vois pas.

Monsieur DOMINATI, vous avez la parole.

M. Laurent DOMINATI. - Merci, Monsieur le Maire.

Vous avez vu que dans les Alpes, Monsieur l?adjoint au Maire, on a découvert un homme préhistorique. Et toutes les personnes qui ont découvert ce très vieil homme sont frappées d?une sorte de malédiction.

Et je commence à avoir peur, Monsieur CAFFET. Y aurait-il la malédiction du Forum des Halles ?

Déjà, pour faire sortir l?actuel Forum, il avait fallu plus qu?un trou. Il n?y avait pas que CHIRAC dans l?affaire? Cela remonte à bien plus loin, si vous connaissez l?histoire des Halles et vous la connaissez.

Mme Martine DURLACH, adjointe. - Dès sa naissance.

 

M. Laurent DOMINATI. - CHIRAC a réussi à le sortir, mais il y a tellement de monde au Forum des Halles, maintenant, qu?il est quelque peu victime de son succès et il y a surtout le problème de la gare.

Le Maire s?est dit qu?il devait balayer le souvenir chiraquien et faire un nouveau projet. Cela commence mal !

Tout d?abord, il y a le choix de l?équipe MANGIN, choisie, mais pas retenue. Je lis votre aveu : ?Il est prévu que le périmètre et le contenu de la mission pourront être adaptés pour être mis en cohérence avec le projet du carreau, lorsque son concepteur aura été retenu?.

Donc, je vous remercie de dévoiler enfin que ce que nous disions est exact, c?est-à-dire que M. MANGIN a été choisi, et son cabinet, mais pour ne pas faire le projet MANGIN.

Ce n?est pas la seule victime, l?architecte qui ne verra pas son ?uvre. L?autre victime, c?est la S.E.M. Centre. On a eu le malheur de lui confier la mission de pilotage du Forum des Halles. La délibération qui porte sur les circulations a été mandatée pour faire des études. Des études ont déjà été réalisées et vous avez voté des budgets pour la S.E.M. Centre pour faire ces études? Oh, pas exactement celles-là, mais j?y reviendrai.

La S.EM. Centre, terminé. Plus de S.E.M. Centre ! Cela continue mal !

Ce projet de délibération aussi, cela commence mal ! On n?a pas le projet. Vous connaissez comme moi la complexité du dossier et ce système de passe-passe qui a consisté à choisir MANGIN, l?équipe SEURA, etc., mais à lui dire finalement qu?il présidera un concours international, qu?il définira un cahier des charges, mais qu?il ne fera pas le projet. Donc, il y aura deux projets.

Là, comme on n?a pas le projet, on commence par quoi ? Par le sous-sol. On ne sait pas ce qu?il y aura au-dessus, mais il faut faire le sous-sol, pour faire une circulation de personnes en sous-sol.

Ce n?est pas mal de construire les fondations sans savoir ce que sera la structure. C?est assez original, mais on peut réfléchir et travailler avant. Là, on va plus loin car on décide de créer une nouvelle sortie place Marguerite de Navarre, face au NOVOTEL.

Par conséquent, avant même d?avoir défini ce que sera et le jardin et le carreau, etc., vous avez déjà décidé. Ce n?est pas mal ! C?est visionnaire, finalement ! Je suppose qu?il y a quelques révélations là-dessous.

Je suis inquiet pour les différents partenaires de ce projet et comme ils ne sont pas minces (la R.A.T.P., le S.T.I.F. et UNIBAIL), si vous parvenez à porter cette malédiction auprès de tout le monde, cela va faire désordre.

J?ajoute que dans le projet que vous établissez sur la circulation des personnes, vous incluez un partenariat avec la R.A.T.P., mais vous indiquez bien que l?aménagement des salles à l?intérieur de la gare ne vous concerne pas et concerne la

R.A.T.P. ou plutôt le R.E.R. et la S.N.C.F., eux seuls.

C?est problématique car c?est là que cela se passe ; les gens viennent de là, de la gare. Vous n?incluez pas non plus votre projet de gare de fret. Une gare de fret, cela change tout car vous concevez, du rez-de-chaussée jusqu?au sous-sol, circulation et activité.

Je voudrais savoir comment M. SEURA pourra faire ses études sans savoir ce qu?il y aura au-dessus et sans savoir ce qui sera totalement en dessous.

En quelque sorte, de quoi s?agit-il ? Vous faites des études en sous-sol, mais vous ne savez pas ce qu?il a au-dessus et au-dessous.

Je juge ce projet très inquiétant ; je dirai même presque mystique. Pour en arriver là, il doit y avoir des révélations que nous ne connaissons pas.

Je me contenterai d?une seule question, Monsieur le Maire. En dehors des inquiétudes qui sont les miennes et que vous avez bien comprises, vous dites que vous continuerez le dispositif de concertation permanente, etc., et j?ai bien vu que vous l?aviez fait car quand une association râle un peu trop, vous lui donnez une subvention. C?est une méthode de démocratie participative très appréciée des associations. Mais, je passe, ce n?est pas l?essentiel.

Premièrement, que deviennent les études S.E.M. Centre ? Que valent-elles ? Si elles valent quelque chose, nous aimerions bien les connaître et si elles ne valent rien nous aimerions le savoir.

Deuxièmement, est-ce la S.E.M.E.A.-15 qui va maintenant succéder, puisqu?elle n?est pas partie prenante dans ce dossier, à la S.E.M. Centre qui disparaît ? Est-ce Mme Anne HIDALGO, maintenant, le chef de projet ?

Troisième point, à combien de dépenses en sommes-nous, en accumulant les différentes délibérations ? J?ai oublié de vous dire, pour ceux qui n?ont pas eu les délibérations, que le marché que vous avez signé est de près de 5 millions d?euros, 5 millions d?euros conditionnels puisque l?on ne sait pas tout à fait ce qui va se passer. Il y a en effet une tranche ferme et trois tranches conditionnelles.

Remarquez, c?est assez malin pour inciter les gens à aller vite. Ainsi, comme SEURA ne touchera cet argent que si cela continue, je pense qu?il sera bien disposé vis-à-vis de tout le monde, c?est-à-dire vis-à-vis de la Ville, de la R.A.T.P. et d?UNIBAIL.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur BLET, vous avez la parole.

M. Jean-François BLET. - Monsieur le Maire, aux Halles, si j?ai bien compris, on va enlever le bas avant de rhabiller le haut.

Le projet de délibération qui nous est soumis a en effet pour objet de lancer des études et marchés portant sur la restructuration des espaces publics, des circulations intérieures et accès au Forum. Ces études et marchés seront confiés à l?équipe SEURA-MANGIN, lauréate du marché de définition du projet des Halles.

Lors de la commission d?appel d?offres, il était toutefois apparu que l?organisation des circulations intérieures n?était pas le point fort du projet SEURA-MANGIN. Dans le rapport de la

S.E.M. Centre sur les quatre projets présentés, le projet MANGIN était jugé ainsi : ?Le pôle d?échange R.E.R. n?est pas mieux identifié. Des accès supplémentaires sont créés. Les cheminements sont plus confortables mais rallongés. Une solution d?accès direct au projet est jugée satisfaisante?.

 

Seul le projet Koolhas bénéficiait d?une appréciation jugée très satisfaisante sur l?évacuation directe et simplifiée du public. Les pôles d?échange métro et R.E.R. étaient clairement identifiés et les accès diversifiés. Les cheminements étaient raccourcis et plus confortables. Un accès direct était créé à la salle d?échanges R.E.R. et c?était même la force de ce projet en termes d?aménagement.

Certaines idées du projet Koolhas mériteraient ainsi d?être reprises, notamment concernant la création d?accès directs entre les niveaux souterrains et la surface.

Sans souhaiter nécessairement la reprise intégrale des propositions de Koolhas pour le sous-sol, un de nos amendements demande donc que les scénarios de circulation et d?aménagement des niveaux souterrains proposés par SEURA-MANGIN prévoient la création d?un ou plusieurs accès directs entre la gare

R.E.R. et le niveau de la rue. Ces accès directs permettront d?améliorer la sécurité du public et de fluidifier les flux piétons.

La réflexion qui va être menée sur les rapports entre la surface et le sous-sol implique également d?anticiper sur la couverture ou non du trou des Halles. Actuellement, une large partie du Forum n?est pas couverte et est ouverte au grand jour. C?est même une exception parmi la manie d?enterrer les centres commerciaux à travers la planète? les hypercentres, pardon !

Or le projet MANGIN prévoit la couverture du trou par le fameux carreau qui est en fait un gigantesque couvercle qui risque d?être un étouffoir. Dans sa version ultime, il envisage toutefois des évolutions possibles et d?éventuelles percées. Il y aura, nous le savons, une nouvelle consultation sur ce problème.

Le concours d?architecture portant sur le carreau devrait permettre de se détacher encore davantage de ce projet de couverture et de couvercle. Nous pourrions alors envisager des structures infiniment plus ouvertes, de type diadème, magnifiées par l?imagination d?architectes aussi talentueux que Santiago CALATRAVA, qui en est un des spécialistes, Franck GEHRY ou bien d?autres que je ne citerai point.

C?est dans la perspective d?une structure plus ouverte, moins figée formellement que ce carreau étouffant, que nous proposons dans notre deuxième amendement que ?les circulations soient organisées autour d?un ou plusieurs puits de lumière, permettant d?assurer l?apport en lumière naturelle vers les réseaux inférieurs?. Cet apport de lumière est un des éléments positifs des Halles actuelles. Ne nous en privons pas.

Par ailleurs, l?actualité récente a porté sur l?absorption de la S.E.M. Centre par la S.E.M.E.A.-15. Faute de débat préalable et de présentation de ce projet de fusion pour l?heure au Conseil de Paris, nous nous interrogeons légitimement sur les conséquences de cette absorption pour la mise en ?uvre du projet des Halles. D?où notre volonté d?un groupe de travail qui associerait les élus chargés de définir l?avenir des S.E.M. d?aménagement dont la S.E.M.E.A.-15.

En confiant les Halles à la S.E.M.E.A.-15, qui est déjà maître d?ouvrage de l?opération du centre commercial Beaugrenelle, la Mairie de Paris pourra ainsi compter sur un bras armé fiable pour mettre en ?uvre des opérations d?aménagement, de partenariat public-privé avec les hypercentres commerciaux, initiées par ces promoteurs qui sont parmi les plus grands prédateurs en matière d?immobilier et de foncier, opérations dont l?objectif est de réaliser pour eux l?extension de surfaces commerciales existantes par dizaines de milliers de mètres carrés ou la création de nouveaux hypercentres régionaux, y compris dans Paris. Et ce, nous le savons, au détriment des commerces de proximité, au détriment du lien social qu?il crée dans les quartiers. C?est pour cela que nous nous opposerons à de nouveaux projets de ce type, éventuellement.

Toutefois, la première conséquence de cette fusion de

S.E.M. n?a rien d?opérationnel. Elle est purement organisationnelle avec le départ du directeur et du président de la S.E.M. Centre, coupables d?avoir marqué leur préférence pour un projet différent de celui qui aurait recueilli la préférence du Maire.

L?absorption de la S.E.M. centre par la S.E.M.E.A.-15 semble ainsi davantage répondre à une logique punitive sur ce plan qu?à la logique de rationalisation du fonctionnement des S.E.M. parisiennes, illustrée par un autre projet, souhaitable celui-là, de création d?une S.E.M. immobilière gérant le patrimoine conventionné de la R.I.V.P. et de la S.A.G.I.

Non, notre collègue LE GARREC n?a pas démérité. S?enthousiasmer pour Koolhas ou Nouvel n?est pas un crime. Valéry GISCARD d?ESTAING glosait naguère sur les déçus du socialisme, mais la Mairie de Paris, dans sa créativité tumultueuse inaugure une nouvelle catégorie sociopolitique : par-delà les dépités du socialisme, voici les décapités du socialisme ! Quelle fabuleuse époque !

Alain LE GARREC, soyez remercié pour le remarquable travail que vous avez effectué et pour l?exceptionnelle qualité de la concertation que vous aviez mise en place.

(Mouvements divers dans l?hémicycle).

M. Christophe CARESCHE. - Monsieur BLET, ce n?est pas... Bon !

Je donne la parole à M. CAFFET.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Merci, Monsieur le Maire.

Je ne me laisserai pas entraîner dans un débat polémique sur les personnes parce que je crois que le Conseil de Paris n?est pas le lieu où doivent se développer des polémiques sur les personnes, mais le lieu où nous parlons de projets.

Pour ma part, Monsieur BLET, je porte une grande considération au président de la S.E.M. Paris-Centre, Alain LE GARREC, je lui garde toute mon amitié et?

(Mouvements divers dans l?hémicycle).

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - ? et vous pourriez vous dispenser dans cette enceinte de ce genre de commentaire que je trouve particulièrement malvenu.

 

Moi, je m?intéresse au fond de ces dossiers, compliqués, comme le disait M. DOMINATI. Donc je ne me laisserai pas entraîner dans un débat sur les personnes, que les choses soient bien claires ! Ni aujourd?hui, ni demain, tant que je siégerai dans ce Conseil !

Ceci étant précisé, peut-être quelques réponses, même s?il n?y a vraiment rien de nouveau dans ce débat, si ce n?est l?inquiétude de M. DOMINATI? récente d?ailleurs, parce que je ne l?avais jamais vraiment entendu s?exprimer auparavant.

M. Laurent DOMINATI. - Ah si !

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Et l?indifférence de M. LEGARET, le maire du 1er arrondissement, qui ne se déplace même pas pour ce dernier projet de délibération sur les Halles, puisque c?est bien le dernier projet de délibération sur les Halles que nous prenons, avec l?attribution du dernier marché de maîtrise d??uvre - non pas à M. SEURA, comme vous l?avez dit, Monsieur DOMINATI, mais à David MANGIN - et, en même temps, une convention qui va nous permettre d?avancer parce que la Ville ne peut pas progresser sur le lien entre le sursol et le sous-sol sans avoir l?accord, y compris financier d?ailleurs, d?un certain nombre de partenaires. Comment imaginer que l?on puisse avancer sans l?accord de la R.A.T.P., et sans sa collaboration ? Sans l?accord et la collaboration du S.T.I.F. ? En même temps, nous associons la Région Ile-de-France et Espace Expansion.

Donc nous avons, avec ce projet de délibération, le dernier marché de maîtrise d??uvre. Je voudrais rappeler quand même, je le fais maintenant de manière répétée, que David MANGIN est déjà chargé d?un certain nombre de tâches essentielles : la conception du jardin, la conception et les études sur les voiries souterraines, la conception des espaces publics, et à présent un marché de maîtrise d??uvre pour des études avec nos partenaires - ce que va permettre ce projet de délibération - portant sur les liens entre le sursol et le sous-sol.

Et s?il y a un point sur lequel je suis d?accord avec M. BLET? mais il n?écoute même pas ma réponse !

M. Jean-François BLET. - Mais si !

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - C?est que, effectivement, le concours sur le carreau sera quelque chose d?extrêmement ouvert, et il est logique de confier à David MANGIN la préparation et la rédaction du cahier des charges en lien, justement, avec la spécification des liens entre le sursol et le sous-sol.

Quant aux tranches fermes et aux tranches conditionnelles, Monsieur DOMINATI, vous avez perdu l?habitude de regarder des marchés ! Dans trois marchés sur quatre, ou quatre sur cinq, il y a toujours une tranche ferme et des conditionnelles. Ce n?est pas une nouveauté?

M. Laurent DOMINATI. - Dans ces proportions ?

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Vous devriez regarder un peu plus souvent les projets de délibération qui portent sur ces marchés de maîtrise d??uvre et vous vous apercevrez que c?est pratiquement systématique.

J?en viens aux amendements qui ont été présentés par le groupe ?Les Verts? et par Jean-François BLET.

Le premier porte sur les puits de lumière. Je suis d?accord avec cet amendement, mais je voudrais simplement le déplacer d?une phrase parce que c?est un amendement qui commence par la phrase suivante ?d?organiser les circulations? et, dans le premier alinéa, nous parlons justement des circulations.

Ce que je vous propose, c?est d?adopter cet amendement n° 49 en disant simplement : à l?article 3 de la convention ?contenu et planning des études?, après ?la mission d?étude évoquée ci-dessus devra notamment permettre?, ajouter entre le 1er et le 2e alinéa la phrase suivante, le reste sans aucun changement.

Donc c?est une précision de la phrase qui est contenue dans la convention et un déplacement d?un alinéa de cet amendement, de manière à ce que le libellé de la convention soit un peu plus cohérent. Sous cette réserve-là, j?accepte votre amendement. Quant au second qui porte sur la création d?un ou plusieurs accès directs entre la gare R.E.R. et le niveau de rue, dans le scénario prévu par cette convention, j?en suis également d?accord, cette fois, sans changement de place.

Si vous en êtes d?accord, Monsieur BLET, sur l?amendement n° 50, il y a un avis favorable de l?Exécutif et sur l?amendement n° 49 un avis favorable, mais en le déplaçant d?un alinéa dans le texte de la convention.

M. Gérard LEBAN. - Monsieur le Maire.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Oui.

M. Gérard LEBAN. - Ce n?est pas l?habitude de M. CAFFET, mais il parle de courtoisie. Je trouve qu?il n?est pas très courtois de dire ce que vous avez dit de Jean-François LEGARET qui est toujours présent, qui ne savait pas qu?il y avait une séance mercredi. Il a un rendez-vous de santé pris depuis longtemps, il va arriver dans quelques minutes, mais dire de M. LEGARET qu?il ne s?intéresse pas au problème des Halles, vraiment, il est présent tout le temps au Conseil et il s?intéresse particulièrement à son quartier.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je ne pense pas que M. CAFFET voulait mettre en cause M. LEGARET.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Vous m?en excuserez auprès de M. LEGARET et je le ferai dans les minutes qui viennent s?il arrive.

 

M. Gérard LEBAN. - Merci.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous allons passer aux votes.

Monsieur BLET, l?amendement n° 49 ?

M. Jean-François BLET. - Je suis d?accord sur la modification proposée par Jean-Pierre CAFFET.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Vous vous ralliez à l?amendement.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - C?est le n° 49 qui est modifié de la manière suivante : après ajouter, on ne met pas ?alinéa suivant? mais on met ?ajouter entre le 1er et le 2e alinéa?.

C?est tout.

 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. D?accord, que ce que soit bien précisé.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - C?est un déplacement de texte.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition d?amendement n°49 amendée, déposée par le groupe ?Les Verts?.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition d?amendement n° 49 amendée est adoptée.

L?amendement n° 50, Monsieur CAFFET ?

 

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Avis favorable.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition d?amendement n° 50 déposée par le groupe ?Les Verts?.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition d?amendement n° 50 est adoptée.

Monsieur VUILLERMOZ, vous avez la parole.

 

M. Jean VUILLERMOZ. - Je veux dire un mot car c?est vrai qu?avec les deux amendements qui viennent d?être adoptés avec lesquels nous n?avons pas de problèmes principaux puisque, globalement, dans le projet pour les Halles, nous étions favorables à ce genre de chose.

Il nous semblait positif d?avoir ce qu?il est appelé ici des puits de lumière, permettant d?assurer l?apport en lumière naturelle vers les niveaux inférieurs. Il nous semblait aussi nécessaire que l?accès direct avec la gare R.E.R. soit fait au niveau de la rue.

Le problème, c?est qu?évidemment nous nous trouvons dans une situation où, par rapport au projet initial, on revient complètement sur les orientations qui avaient été décidées. C?est quand même un petit problème et c?est dans ce sens que nous allons nous abstenir sur ce projet de délibération.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 218 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2005, DU

 

218).