Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

41 - 2003, ASES 110 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention de mandat de maîtrise d'ouvrage avec la Société d'économie mixte de la Ville de Paris pour la construction d'une crèche collective de 60 berceaux, d'un logement de fonction et d'une aire de stationnement, 79-81, rue de Pixérécourt (20e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2003


M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Est-ce le calme avant la tempête ?... Nous passons à l'examen du projet de délibération ASES 110 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention de maîtrise d'ouvrage avec la société d'économie mixte de la Ville de Paris pour la construction d'une crèche collective de 60 berceaux, d'un logement de fonction et d'une aire de stationnement, rue de Pixérécourt.
Je donne la parole à Marie-Pierre MARTINET.
Mme Marie-Pierre MARTINET. - J'espère que la tempête n'arrivera pas par ma voix !
Ce projet de délibération a un avantage et un intérêt assez particuliers : il est au croisement de plusieurs thématiques.
Je vais commencer par le sentiment des Verts sur le verre à un quart vide et les regrets qu'aucune crèche prévue en H.Q.E. ne soit prévue dans le 20e et qu'il n'y en ait qu'une seule à Hérold sans qu'on n'ait pu vraiment en discuter au sein de la majorité. Regret par ailleurs que la Ville n'ait pas fait le choix d'acquérir la parcelle voisine, ni même de négocier un achat partiel qui aurait permis de réaliser un vrai jardin pour cette crèche, je ne parle même pas d'un vrai projet d'urbanisme cohérent sur ce secteur car nous aurions eu l'occasion, dans le 20e, de donner un peu d'air aux enfants de l'arrondissement.
Après les regrets, les souhaits.
Ce sont des choses beaucoup plus concrètes. Il se trouve qu'en face de cette future crèche, au 76-82 de la rue de Pixérécourt, est implanté un centre d'accueil de jour "La colline" pour des enfants poly-handicapés de 6 à 13 ans, doublé d'un service de soins à domicile pour des enfants de 0 à 8 ans.
On le sait, les enfants ont besoin de bouger malgré des poly-handicaps et de s'exprimer, et ils n'ont malheureusement pas accès à un espace vert à proximité.
Ainsi, nous pensions que l'opportunité pouvait être faite de leur offrir cet accès puisque la future crèche se trouve exactement de l'autre côté de la rue.
Bien sûr, il faudrait un accord ou une convention entre les deux structures et voir les modalités dans lesquelles cela pourrait se faire.
Cependant, puisque nous avons le projet très en amont ici, le moment est bien choisi pour que les deux structures puissent travailler avec l'architecte de façon à ce que la crèche et le jardin soient parfaitement accessibles aux enfants du centre et que le parcours qui leur permette d'accéder au jardin puisse éventuellement éviter de traverser tout l'établissement.
Très rapidement en conclusion, nous devons tout mettre en ?uvre pour aérer les structures de petite enfance, créer des passerelles entre les différents types de structures, ouvrir la connaissance aux autres, intégrer la différence, permettre l'accès de toutes et tous dans un partage de l'espace bien pensé en amont, et je crois aussi garantir un bâti de qualité.
Quand je disais au début de mon intervention que nous étions à la croisée de plusieurs thématiques, nous sommes dans une approche transversale : il s'agit à la fois de la petite enfance, de l'urbanisme et du handicap. Il faut bien préparer notre Ville et les futures générations dans une politique d'intégration de toutes et tous.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Marie-Pierre MARTINET.
Pour répondre, je donne la parole à Olga TROSTIANSKY.
Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Ce projet de construction de crèche avec 60 berceaux qui sont prévus, est bienvenu dans le 20e arrondissement qui est un des arrondissements qui souffrent beaucoup de pénurie de places en crèche.
C'est vrai qu'il y a beaucoup de projets, il y a sept cents places dans la mandature pour le 20e, sur les 4.500 places. Déjà plus de 150 ont été réalisées entre 2001 et 2002 et je crois qu'en 2003 il y en aura à peu près 70 qui seront créées.
On essaie à la fois dans la distance et aussi assez rapidement de trouver des solutions pour répondre aux besoins du 20e arrondissement.
C'est vrai que, par rapport aux questions que vous avez posées, notamment la première sur les normes H.Q.E., nous avons décidé ensemble, à une séance du Conseil de Paris, de mener une expérimentation, conscients qu'il fallait expérimenter ces normes H.Q.E. C'est la crèche Hérold dans le 19e qui a été choisie.
J'ai eu l'occasion de dire, lors de la 6e Commission, à Violette BARANDA qui se posait des questions, qu'un groupe de travail existe au niveau de la Direction du Patrimoine et que l'on va mettre en place, sur l'été, entre juin et juillet, une séance spécifique pour regarder au niveau de cette crèche ce que cela veut dire.
Il va y avoir une séance de travail où seront associées Violette BARANDA et Nicole AZZARO à leur demande et l'ensemble des élus intéressés par le sujet évidemment. Et ce en lien, vous l'avez rappelé, puisque c'est un sujet transversal, avec mes collègues Jean-Pierre CAFFET et Yves CONTASSOT.
Par rapport au sujet du jardin que vous avez abordé, c'est un terrain qui a été acheté par Bouygues. J'ai compris que, sur ce sujet, on essayait d'avancer, la porte n'est pas fermée puisque la mairie du 20e essaie d'étudier la rétrocession au moins d'une partie de ce terrain. Cela va, je pense, dans le sens de votre demande.
Par rapport au troisième point, je suis vraiment très favorable au projet de passerelle que vous avez évoqué. Je crois qu'il faut qu'on envisage tout d'abord un échange entre ces deux structures pour voir s'il y a cohérence, si c'est un projet qui peut être partagé par rapport au projet pédagogique spécifique de ces deux établissements et voir s'il y a cohérence entre cette structure qui offre un certain nombre de prestations aux jeunes entre 6 et 13 ans et ce projet de crèche.
Mais je suis tout à fait favorable à ce qu'on puisse, avant d'envisager une convention, y travailler et que l'on voie s'il y a une cohérence entre ces deux projets.
Voilà ce que je voulais vous dire par rapport aux questions que vous avez posées.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Madame TROSTIANSKY.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 110.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, ASES 110).