Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

105 - QOC 2003-501 Question de Mme Brigitte KUSTER et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police relative à la baisse de fréquentation touristique de l'île de la Cité (1er), en rapport avec son interdiction aux autocars de tourisme

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2003


Libellé de la question :
"Depuis avril dernier, les groupes de touristes qui souhaitent accéder à l'île de la Cité pour visiter Notre-Dame, doivent le faire par des navettes fluviales qui se sont substituées aux autocars.
Si l'idée paraît sympathique, attractive et pertinente, elle ne semble pas avoir convaincu les tours-opérateurs qui sont en train de délaisser cette visite, voire pour la plupart de la rayer de leur programme.
Ceci a des conséquences catastrophiques pour les commerçants de l'île de la Cité déjà touchés par la baisse de fréquentation touristique en raison de la conjoncture internationale.
C'est pourquoi, se faisant l'écho des inquiétudes des commerçants de l'île de la Cité, Mme Brigitte KUSTER et les membres du groupe U.M.P. demandent à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police d'étudier des lieux de dépose rapide et de reprise sans stationnement aux abords de l'île de la Cité."
Réponse (M. Jean-Bernard BROS, adjoint) :
"Depuis le 5 avril 2003, la circulation (exceptés sur les axes traversant), l'arrêt et le stationnement des cars de tourisme sont interdits sur les îles de la Cité et Saint-Louis. A cette même date, a été mis en place un service de navettes fluviales pour permettre aux groupes de touristes d'accéder aux îles.
Deux mois plus tard, il est encore prématuré de tirer un bilan de cette mesure. Cependant, les premiers éléments font apparaître les points suivants :
- L'interdiction de circulation et d'arrêt sur les îles de la Seine est globalement bien respectée et unanimement saluée par les riverains.
- La fréquentation des navettes fluviales est actuellement à un niveau insuffisant (équivalent d'une cinquantaine d'autocars par mois), mais les passagers de ces navettes sont globalement très satisfaits du service offert. Cette trop lente montée en puissance du dispositif fluvial est principalement due à une insuffisance de communication des services de Maison de la France dans certains pays.
- Certains cars continuent de déposer les groupes aux abords plus ou moins immédiats des îles, soit de manière licite (hors de la zone touristique où l'arrêt est interdit), soit de manière illicite. Cependant, le nombre de cars se livrant à cette pratique dans le quartier a été divisé par 5 par rapport à l'année 2002.
- Certains commerçants de l'île de la Cité se plaignent d'une baisse du chiffre d'affaire. Dans un contexte de baisse générale du nombre de touristes étrangers à Paris résultant d'une situation internationale troublée, la fréquentation de la cathédrale ne semble pas avoir spectaculairement baissé, bien qu'il soit difficile d'avoir des chiffres précis à ce sujet en l'absence de billetterie. L'île de la Cité demeure l'un des sites les plus connus de la Capitale, et il paraît difficile pour un organisateur de voyages de la supprimer de son programme. Il est cependant clair que la fréquentation rue du Cloître-Notre-Dame, auparavant idéalement placée entre la cathédrale et l'ancienne aire de reprise des groupes, a baissé. Le jalonnement piéton qui permet aux groupes de visiteurs de rejoindre l'escale Tournelle en empruntant cette rue va être renforcé.
Les îles de la Seine restent accessibles aux touristes par les navettes fluviales, les nombreuses stations de métro, de bus et de R.E.R. alentour. Un bilan complet du nouveau dispositif sera dressé à l'issue de la période estivale. Des mesures d'adaptation pourront être prises en conséquence.
Néanmoins, la mise en place d'aires de dépose et de reprise pour les cars de tourisme aux abords des îles a fait l'objet par le passé de nombreuses études. Il est apparu qu'il était impossible de mettre en place de telles aires sans créer d'importantes nuisances pour les riverains, compte tenu de l'extrême fréquentation du site. D'aucuns évoquent la création d'aires sur les berges de la Seine. Contraire à la volonté de la Municipalité de permettre aux Parisiens de se réapproprier les bords de Seine, de tels projets sont surtout irréalistes, les berges de la Seine étant classées au patrimoine mondial par l'UNESCO."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Le système des navettes fluviales a été mis en place le 5 avril 2003 suite à l'interdiction de circulation, d'arrêt et de stationnement des autocars de tourisme sur l'île de la Cité. Il permet le transport et la dépose des touristes souhaitant visiter la cathédrale de Notre-Dame.
En ce qui concerne la fréquentation des navettes fluviales, il apparaît que le système a été mis en place progressivement car les organisateurs de voyage n'ont pas intégré la possibilité de prendre ces navettes dans leurs prestations pour l'année 2003. En revanche, le nouveau système sera pris en compte sur les brochures 2004 éditées par les tours opérateurs étrangers.
En ce qui concerne les commerces, il semble que la fréquentation touristique ait baissé. Toutefois, il n'est pas encore possible de distinguer ce qui ressort de la crise touristique actuelle ou des conséquences de l'interdiction des autocars sur l'île de la Cité.
Afin de pallier ce recul de la fréquentation, un fléchage directionnel sera mis en place pour guider les groupes sortant de la cathédrale et se dirigeant vers l'escale "Tournelle".
En tout état de cause, les riverains semblent satisfaits de l'interdiction faite aux autocars de circuler et de s'arrêter dans l'île, interdiction qui met fin à des nuisances qu'ils dénonçaient depuis longtemps.
Ce n'est toutefois qu'à l'issue de la saison touristique que l'on pourra juger objectivement l'ensemble des conséquences du nouveau dispositif. A cet égard, une réunion destinée à faire le bilan du système des navettes fluviales doit se tenir à l'issue de la saison touristique, à la fin de l'été.
Quant à la recherche de zones de déposes et de reprises des touristes, la Préfecture de police a proposé à la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Mairie de Paris d'étudier les possibilités situées rue des Fossés-Saint-Bernard."