Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

92 - QOC 2003-472 Question de M. Philippe GOUJON à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police concernant l'installation d'un "laser quest" au rez-de-chaussée de l'immeuble sis 273-277, rue de Vaugirard (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2003


Libellé de la question :
"M. Philippe GOUJON appelle l'attention de M. le Maire de Paris et de M. le Préfet de police sur l'inquiétude des riverains et des habitants du 273-277, rue de Vaugirard (15e) due à l'installation imminente en rez-de-chaussée de l'immeuble d'une salle de jeux consacrée à un "laser quest", jeu agressif et violent consistant à simuler des affrontements armés entre individus. Ce type de jeu, heureusement encore peu répandu en France, n'est actuellement installé que sur des terrains situés à l'écart des villes, souvent en zone industrielle.
L'implantation d'un tel équipement à Paris aura pour effet le développement important de ce genre d'activités, notamment par la médiatisation qui en résultera.
D'autre part, les accès de l'immeuble en question ne paraissent pas du tout adaptés à une fréquentation importante du public, ce qui amènera de nombreuses nuisances.
Pour toutes ces raisons, M. Philippe GOUJON demande à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police de prendre toutes les mesures à leur disposition pour empêcher l'implantation d'un "laser quest", 273-277, rue de Vaugirard."
Réponse de M. le Maire de Paris non parvenue.
Réponse
(M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"La Préfecture de police a été saisie début mai 2003, par l'E.U.R.L. "laser quest Paris", d'un dossier d'aménagement.
Il s'agit de transformer un ancien garage situé au rez-de-chaussée d'un immeuble d'habitation sis 273-277, rue de Vaugirard (15e), en une salle de jeux, appelée "laser-quest", consistant en la confrontation d'équipes au moyen de pistolets à laser.
Ce dossier a été transmis aux services techniques de sécurité (Service des architectes de sécurité, Brigade de sapeurs-pompiers de Paris, Laboratoire central).
Ces services techniques ont émis plusieurs observations majeures concernant :
- le type d'établissement (le pétitionnaire propose le type X - établissement de sports couverts - alors qu'il s'agit d'un établissement de type P -jeux- ) ;
- l'utilisation même de pistolets à laser non répertoriés pour répondre à une norme N.F. ;
- les conditions de désenfumage ;
- l'absence d'accord de la copropriété pour utiliser le hall de l'immeuble comme issue de secours.
Ces observations ont été confirmées par la délégation permanente de commission de sécurité du 3 juin 2003.
En conséquence, une demande de dossier complémentaire permettant de répondre à toutes ces observations a été adressée le 6 juin 2003 au pétitionnaire.
Par ailleurs, si l'établissement diffuse de la musique amplifiée à titre habituel, il doit répondre aux dispositions du décret n° 98-1143 du 15 décembre 1998 et faire réaliser une étude d'impact sur l'environnement, soit par un bureau d'étude, soit par un acousticien qualifié.
Ce document définira les mesures à mettre en ?uvre pour respecter la sécurité auditive du public et la tranquillité du voisinage en évitant toute nuisance sonore.
Dans l'attente de la production de ces éléments complémentaire et de l'avis favorable des services techniques, l'ouverture de cet établissement n'est pas, en l'état, autorisée."