Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

91 - QOC 2003-471 Question de M. Philippe GOUJON à M. le Préfet de police sur les dispositions prises pour prévenir la délinquance cet été à Paris

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2003


M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Nous allons continuer avec une question de M. GOUJON à M. le Préfet de police concernant les dispositions prises pour prévenir la délinquance cet été à Paris.
La parole est à M. GOUJON.
M. Philippe GOUJON. - Merci, Monsieur le Maire.
La délinquance continue de reculer dans des proportions très importantes à Paris depuis la mise en ?uvre d'une politique radicalement nouvelle par le Ministre de l'Intérieur.
Encore au mois de mai, nous avons pu enregistrer une baisse de 6 % de la délinquance générale, de 11 % de la délinquance de voie publique et même de 20 % de la délinquance dans le métro...
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
... ce qui est très favorable pour nos concitoyens, quand le métro fonctionne !
L'été, des dispositions spécifiques sont prises habituellement par la Préfecture de police pour tenir compte de la période de vacances où nos concitoyens sont amenés à être confrontés à des risques nouveaux.
Je souhaiterais donc que M. le Préfet de police puisse me décrire rapidement, puisqu'on en a déjà parlé cet après-midi, le dispositif "Ville vie vacances" relevant de son administration et notamment des moyens policiers qui lui sont consacrés en comparaison avec l'an passé.
Je souhaiterais également savoir si l'opération "Eté-cambriolage" est reconduite cette année et avec quels moyens ?
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Je donne la parole à M. BAY.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Monsieur le Maire, Monsieur le Président, comme vous l'avez rappelé, ce point a été abordé pour partie cet après-midi. Vous voudrez bien m'excuser s'il y a quelques redites dans mes propos.
(Exclamations sur les bancs du groupe U.M.P.).
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Je peux répéter...
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - M. GOUJON ne se prive pas de répéter la même chose depuis le début de la journée !
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Je rappelle que le dispositif "Ville vie vacances" est un dispositif partenarial associant à la fois la Mairie de Paris, la Préfecture de Paris, la R.A.T.P. et la Préfecture de police dans des opérations destinées à apporter à des jeunes - plus de 1.000 en tout cas en 2002 - des activités sportives, culturelles et éducatives.
Ce dispositif fonctionne bien depuis maintenant neuf ans, à la satisfaction des Parisiens et notamment des Parisiens les plus défavorisés qui peuvent, à travers ce dispositif, occuper leurs enfants durant les périodes de vacances scolaires.
La Préfecture de police s'est engagée dans ce dispositif et, en 2002, nous avons pu développer de nouvelles activités. Comme je vous l'ai indiqué, deux centres de loisirs ont été ouverts au stade Paul-Valéry et au parc de Choisy-le-Roi, étendant ainsi la gamme d'activités.
S'agissant du nombre de fonctionnaires de la Préfecture de police, qui sont tous volontaires - c'est important de le rappeler - nous allons engager, en 2003, 90 fonctionnaires qui animeront 17 sites répartis sur 11 arrondissements.
Comme je l'ai indiqué, je le redis, en 2003 toujours, nous allons étendre le nombre de sites puisque deux nouveaux sites seront ouverts : le premier dans le 15e arrondissement, sur le terrain d'éducation physique Bessin, le second dans le 19e, celui de Jandelle.
J'en viens maintenant, Monsieur le Maire, aux actions de sécurisation puisque le dispositif de prévention durant l'été a deux volets principaux, outre bien entendu l'activité quotidienne des services de police.
Le deuxième volet d'activité concerne des actions de sécurisation pendant l'été, afin de prévenir la délinquance. Il s'agit du dispositif "opération tranquillité vacances". Il consiste, en premier lieu, en la présence renforcée de fonctionnaires de police dans les sites fréquentés, notamment les sites touristiques et en second lieu, ce qui est important pour les Parisiens, en une surveillance par des passages réguliers aux domiciles parisiens dont les habitants, absents au minimum une semaine, ont signalé aux services de police cette absence, ce qui permet aux patrouilles de vérifier que ces sites n'ont pas fait l'objet de cambriolage.
Ce dispositif fonctionne très bien et les témoignages de satisfaction des parisiens sont nombreux.
Durant l'été 2002, 5.700 déclarations ont été recueillies dans les commissariats, ce qui a permis d'organiser près de 80.000 patrouilles de policiers.
J'attire votre attention sur un point : aucun cambriolage sur un site signalé n'a été enregistré.
Ce dispositif sera reconduit en 2003. Par ces deux actions, la Préfecture de police témoigne de sa volonté ferme de lutter, à Paris, contre toute forme de délinquance.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Monsieur.
Monsieur GOUJON, vous voulez encore répéter ?
M. Philippe GOUJON. - Non, sinon simplement pour demander à M. le Représentant du Préfet de police de bien vouloir transmettre nos remerciements au Ministre de l'Intérieur pour son action.