Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

49 - 2003, JS 387 - Approbation de l'adhésion de la Ville de Paris au Groupement d'intérêt public "Paris-Ile-de-France 2012"

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2003


M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération JS 387 sur lequel un amendement technique n° 16 bis a été déposé par Pascal CHERKI. Ce projet de délibération concerne l'approbation de l'adhésion de la Ville de Paris au groupement d'intérêt public "Paris-Ile-de-France 2012".
Je donne la parole à M. René LE GOFF, pour le groupe U.M.P.
M. René LE GOFF. - Monsieur le Maire, la création d'un G.I.P. "Paris-Ile-de-France 2012" n'est pas un événement en soi, mais constitue une étape importante pour la déclaration officielle de candidature à l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2012 qui sera présentée au C.I.O. par le Président du C.N.O.S.F., Henri SERANDOUR, mi-juillet.
La composition du G.I.P. au niveau du comité fondateur et du comité de candidature n'est pas non plus une surprise et correspond à des structures habituelles pour ce type d'événements.
La seule question que nous nous posons concerne le comité de soutien et surtout de savoir qui sera le Président de ce comité.
Mais revenons à l'essentiel. Le groupe U.M.P. votera avec enthousiasme cette délibération et confirme que ses élus souhaitent tous notre réussite dans cette candidature de Paris à l'organisation des Jeux de 2012.
Nous aurions cependant aimé que le projet de délibération rappelle que le G.I.P. aura aussi pour mission d'associer les Parisiens dans cette candidature afin de bénéficier d'un véritable soutien populaire. La mention sur le soutien populaire vaut bien celle des Jeux olympiques écologiques et aurait mérité de figurer dans le texte.
Enfin, pour être complet, la précision donnée page 7 sur le fonctionnement du comité de candidature laisse à penser qu'il pourrait ne se réunir qu'une seule fois par an.
Si c'est le cas, vous comprendrez aisément que cela serait notoirement insuffisant pour associer les élus du Conseil de Paris aux travaux du G.I.P.
Il conviendrait alors d'organiser des réunions spécifiques et régulières pour les Présidents de groupe afin de les associer pleinement à l'avancement du dossier de candidature et aux décisions à prendre.
Comme vous le voyez, nous sommes toujours enthousiastes et vigilants.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Monsieur LE GOFF. Nous n'en doutons pas !
La parole est à Pascal CHERKI.
M. Pascal CHERKI, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Je tiens à rappeler, Monsieur LE GOFF, mais vous en avez conscience, je le sais, que nous avons choisi dans le cadre des discussions que nous avions avec nos collègues de la Région et nos partenaires de l'Etat, de pouvoir faire en sorte qu'il y ait six représentants titulaires et six représentants suppléants de la Ville de Paris.
Pourquoi ce chiffre ? Parce que c'est le nombre de groupes qui sont représentés dans cet hémicycle et que nous avons à c?ur de ne pas avoir une représentation à la proportionnelle, au poids politique des uns et des autres. Nous avons souhaité que l'ensemble des groupes puisse être représenté par un ou une membre titulaire et un ou une membre suppléant. Donc nous avons mis dans la constitution cet G.I.P. l'ensemble des formations politiques du Conseil de Paris sur un pied d'égalité. Je dis cela pour, s'il y avait encore des interrogations de votre part, vous montrer que par ce geste nous avons voulu associer largement l'ensemble de la représentation du Conseil de Paris et je me félicite bien évidemment déjà des propositions qui ont été faites par chacun des groupes dans le cadre des représentants qu'ils vont désigner dans ce G.I.P. qui sont tous des femmes et des hommes très attachés à l'aventure olympique.
Cela me permet de vous dire que bien évidemment dans la délibération concernant le G.I.P. il est marqué qu'il y aura une réunion par an. Cela ne veut pas dire une réunion au maximum par an. Mais un G.I.P. est obligé de prévoir au moins une assemblée générale annuelle.
Après il se réunira à chaque fois qu'il l'estimera nécessaire et il est bien évident - mais vous en avez l'expérience, Monsieur LE GOFF, puisque nous sommes tous les deux membres d'un autre G.I.P., celui qui organise les Championnats du monde d'athlétisme - qu'il se réunit plusieurs fois par an et ce ne sont pas de simples causeries puisque nous discutons de questions lourdes, du budget, de l'organisation matérielle de ces championnats. Les décisions sont prises dans ce cadre bien évidemment. Le G.I.P. ne pourra pas fonctionner en assemblée générale permanente, c'est le rôle de la Direction générale que de travailler et de préparer l'ensemble des décisions qui pourraient être prises par le G.I.P. jusqu'à la finalisation de son dossier de candidature, au-delà de la simple déclaration de candidature, de la réponse aux critères du cahier des charges du C.I.O., au-delà de ces réunions là l'activité sera assez importante.
Nous nous tenons et je me tiens, et l'ensemble des adjoints concernés par le dossier - nous sommes nombreux à intervenir dessus au niveau de la Ville de Paris - se tiennent de manière permanente à la disposition des groupes politiques et de l'ensemble des Conseillers de Paris qui souhaiteraient sur tel ou point avoir des éclaircissements ou des informations et je pense que nous ne manquerons pas de nous voir comme nous l'avons fait préalablement à l'annonce par le Maire de Paris de la candidature qui n'a été faite qu'à partir du moment où nous avions pris les consultations nécessaires.
Quant à l'association des Parisiens, c'est une évidence. Autant la question de faire des jeux écologiques est un choix politique assumé en tant que tel non seulement par le Maire de Paris mais je pense qu'il recueille l'aval de l'ensemble du Conseil, car nous avons tous la volonté de faire en sorte que ces jeux correspondent en termes de respect de la qualité des bâtiments, d'insertion dans la Ville, à une volonté forte et donc de ce point de vue là il était important de le manifester.
C'est un atout de la candidature au regard des autres dossiers qui pourraient être présentés par d'autres collectivités et de ce point de vue là Paris pourrait et devra être exemplaire. En ce qui concerne l'association des Parisiens, c'est une évidence. Le lancement de campagne a recueilli un accord certain auprès de la population parisienne. C'est une longue campagne qui nous attend jusqu'en 2005 de ce point de vue et nous aurons dans le cadre du G.I.P., avec votre concours, Monsieur LE GOFF, puisque vous en serez un membre éminent et actif, le moyen et le moment venu le temps nécessaire pour justement engager ces actions de mobilisation des Parisiennes et des Parisiens.
Je vous remercie.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Merci, Monsieur CHERKI.
Donc, je mets aux voix, à main levée, le projet d'amendement technique n° 16 bis déposé par l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet d'amendement n° 16 bis est adopté.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération JS 387 ainsi amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération amendé est adopté. (2003, JS 387).